9.3 C
Zaragoza
3.4 C
Huesca
-0.4 C
Teruel
29 febrero 2024

Huesca est douce: les succès d’une province qui enchante par ses desserts

Brescó, Tricas, Berdún, Albás, Dueso, Vilas, Echeto, Ascaso… tels sont les noms de quelques-unes des pâtisseries centenaires que l’on trouve à Huesca. Le territoire de Huesca s’enorgueillit d’une tradition pâtissière exceptionnelle en Espagne qui, ces dernières années, a été récompensée par plusieurs prix nationaux. Ces prix mettent en valeur le bon travail des boulangeries de la province, dont la Route des sucreries, une attraction touristique basée sur la saveur, permet de découvrir les desserts classiques et les innovations qu’elle propose.

L’un des exemples les plus clairs de la douceur de Huesca en matière de reconnaissance est celui de Raúl Bernal. Ce natif de Huesca, qui dirige la pâtisserie Lapaca dans la ville de Huesca, a été choisi l’année dernière comme meilleur maître chocolatier d’Espagne, un titre qu’il a conservé après l’avoir obtenu en 2011, et a également remporté le prix du meilleur chocolat du pays en 2023. Il a également remporté le prix du meilleur chocolat du pays en 2023. “Cela consolide ce que nous avons fait ; cela a été une année assez incroyable”, dit-il à propos des prix qu’il a reçus.

Le meilleur maître chocolatier et le meilleur bonbon d’Espagne, à Huesca

Pour Bernal, cette tradition culinaire de Huesca est clairement influencée par l’autre côté des Pyrénées, car “la France est la référence mondiale en matière de pâtisserie”. De plus, sa proximité géographique avec la Catalogne, l’une des régions les plus importantes du secteur au niveau national, lui permet de bénéficier d’une culture et d’une formation dans le domaine de la pâtisserie. Et, dans cette équation du succès de Huesca, il ajoute aussi le poids du caractère anticonformiste de ses habitants : “La plupart des gens ont bougé, voyagé, se sont formés et c’est ce qui vous fait grandir”, explique-t-il.

Le meilleur bonbon d’Espagne, de Lapaca. PHOTO : Lapaca.

La vision de ce maître est très proche de celle du président de la corporation des confiseurs de Huesca, Jesús Tolosana. Celui qui est également directeur de la pâtisserie Tolosana, l’une des plus connues de la province, récompensée en 2023 par le troisième prix de présentation au Salón Gourmets avec sa célèbre tresse d’Almudévar, est d’accord pour souligner l’influence française, surtout dans des villes comme Jaca ou Graus, et dans des desserts classiques comme le gâteau russe.

“Mais je pense que le succès est dû au fait que la pâtisserie de Huesca dispose traditionnellement d’une bonne base pour former des maîtres pâtissiers qui, à leur tour, se sont éloignés de la pâtisserie d’origine ; une école très particulière s’est créée”, explique-t-il.

Tradition et nouvelles tendances

Une école qui vit actuellement un grand moment, auquel s’ajoutent les prix mentionnés ci-dessus, comme celui reçu en 2022 à Madrid Fusión par le chef pâtissier du restaurant Tatau, le Valencien Ausiàs Signes, ou celui reçu par Tolosana lui-même en tant que meilleur gérant de Huesca, la même année.

Tresse d’Almudévar. PHOTO : Tolosana

Parmi les raisons du succès de la guilde, son président en cite deux principales : “L’une, la tradition, et l’autre, les nouvelles tendances”. Ainsi, à la trajectoire des entreprises déjà consolidées, dont un bon nombre sont plus que centenaires, s’ajoutent de nouvelles incorporations comme Bernal, qui ouvrent de nouvelles voies dans cet univers culinaire.

Un présent pour lequel ils prévoient également un avenir, comme le conclut le créateur de Lapaca : “Il y a des entreprises qui s’ouvrent avec des gens jeunes et enthousiastes et j’aimerais penser qu’il y a une nouvelle génération. Il y a une bonne école à Huesca”. Il cite en exemple la pâtisserie Vincelle à Jaca, ou Cristina Marco, de Postres Sin Gluten.

Tolosana considère également qu’il existe un vivier de talents dans la province, même s’il souligne qu’il est difficile de trouver une relève générationnelle. “Récemment, trois pâtisseries ont fermé leurs portes parce qu’elles n’ont pas trouvé de remplaçant, mais quatre ou cinq nouvelles ont également été créées avec des jeunes très bien formés, ce qui est une garantie pour l’avenir”, explique-t-il. Face à ce scénario, il estime qu’il faut adapter la formation professionnelle aux circonstances actuelles et la rendre attrayante pour les jeunes.

Raúl Bernal, meilleur maître chocolatier d’Espagne en 2011 et 2023. PHOTO : Lapaca

La route des sucreries, à Fitur et Madrid Fusion

Pour l’instant, Huesca sera présente à Fitur et à Madrid Fusión avec le bonbon et sa route comme porte-drapeau, une route touristique autour de vingt pâtisseries traditionnelles et innovantes qui met en valeur la richesse de la région dans ce domaine. Ainsi, avec l’aide de la Diputación Foral de Huesca (DPH) et de l’association hôtelière et touristique de Huesca, la province mettra en avant ses desserts, tout d’abord au salon international du tourisme, qui se tiendra du 24 au 28 janvier, puis à Madrid Fusión, du 29 au 31.

“Cette initiative nous permettra surtout de démontrer le potentiel que nous avons non seulement dans la ville, mais aussi dans des dizaines de boulangeries et de pâtisseries de nos villages”, expliquait à la fin de l’année dernière José Cebollero, l’adjoint au développement du DPH.

“La particularité de Huesca par rapport à d’autres provinces est que chaque boulangerie a sa propre spécialité, même si elle se trouve dans la même ville, ce qui n’est pas le cas partout”, précise M. Tolosana. Cette variété se reflète dans le fait qu’il existe une grande différence entre ce que proposent les professionnels de Graus et les spécialités de Jaca, la capitale, ou de Barbastro, pour ne citer que quelques exemples.

Un gâteau russe.

“Je pense que c’est une bonne chose que chaque pâtisserie propose un type de gâteau différent, ce qui la différencie des autres régions”, affirme Bernal. “Lorsque ces routes sont organisées, cela signifie qu’il y a quelque chose”, ajoute ce professionnel qui estime qu’avec cette route sucrée, les pâtisseries du Haut-Aragon sont mises “en valeur”. “Je pense qu’à l’avenir, ce sera une bonne chose, je suis sûr que cela encouragera d’autres personnes à créer des entreprises”, ajoute-t-il.

Dans cette grande variété culinaire, Tolosana remarque que certaines propositions sont peut-être plus connues que d’autres, ce qui, selon lui, peut être dû au fait que les entreprises ont pu quitter la province, comme c’est le cas du gâteau russe ou de la tresse d’Almudévar. “Mais il existe d’autres spécialités plus locales, qui n’ont pas été commercialisées à l’étranger, comme les lacitos de Jaca ou le gâteau de Biarritz, qui se situent au même niveau”, affirme-t-il.

De même, dans cette gamme offerte par le territoire, Bernal note qu'”il y a des desserts pour tous les moments”, depuis les pâtes jusqu’aux desserts réfrigérés ou aux tresses, qui s’adaptent à toutes les circonstances. Bref, un plaisir très doux.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x