11.7 C
Zaragoza
8.6 C
Huesca
4.7 C
Teruel
11 noviembre 2022

Fatoumata Diawara : “ma musique est une combinaison de mes racines interprétées à partir de ma perspective moderne”

L'artiste d'origine ivoirienne et d'origine malienne est considérée comme la voix des jeunes femmes africaines - fière de son héritage, mais avec une vision résolument tournée vers l'avenir et un message universel. En effet, elle est une pionnière dans l'utilisation de sa musique pour parler de la condition des femmes et sensibiliser l'opinion publique à son pays natal, le Mali.

Saragosse est l’une des rares villes espagnoles qui aura la chance de vous entendre, merci beaucoup de nous recevoir. Nous sommes ravis de vous accueillir au festival Música al Raso.
Comment s’est passée cette tournée? 42 villes en 7 mois, est-ce épuisant, culturellement enrichissant?

Je suis très heureuse sur scène, c’est un endroit magique pour moi, où je peux être à 100% moi-même, où je guéris mes blessures et où je peux donner le meilleur de moi-même, donc les tournées sont presque nécessaires. Bien sûr, c’est fatigant, mais c’est très enrichissant.

Avant de parler de sa musique, apprenons à la connaître un peu mieux. Vous avez déménagé en France à l’âge de 18 ans. Comment avez-vous débuté en France ? Vous aviez déjà commencé à travailler dans le cinéma, n’est-ce pas?

Oui, j’ai fait mes premiers pas dans le cinéma à Bamako, mon premier film était “le Rêve du Pytohon” où je jouais un rôle principal (SIA), puis je suis allée vivre chez ma tante en France (à 19 ans), j’ai eu la chance de pouvoir intégrer une troupe de théâtre “Royal de Luxe”, c’est là que j’ai décidé que je voulais aussi chanter.

Vous avez travaillé dans plusieurs films, mais à un moment donné, vous avez quitté le cinéma pour vous consacrer à la musique. Qu’est-ce qui vous a poussé à quitter le métier d’acteur ? Qu’est-ce que la musique vous apporte que le cinéma ne vous apporte pas?

Je n’ai jamais laissé le cinéma de côté, c’est même une activité que j’ai pu combiner avec ma carrière de musicien/chanteur. J’aime les deux disciplines, il est vrai qu’avec la musique je peux exprimer à travers mes compositions tout ce que je veux dire au monde et cela me fait me sentir vivant et connecté aux gens, mais le métier d’acteur est quelque chose qui me fascine.

Dans mon dernier album FENFO, j’aborde différents thèmes comme la paix, l’injustice, la compréhension entre les gens et j’essaie d’être la voix de ceux qui ne peuvent pas parler. Je me sens très chanceux de pouvoir profiter des deux.

Parlons de la musique, comment la définirais-tu? Qui t’a influencé à tes débuts?

Tout mon apprentissage de la musique vient de la musique traditionnelle, cela a été mon école et cela me vient naturellement quand je commence à composer. Je dirais que ma musique est une combinaison de mes racines interprétées à partir de ma perspective moderne.

Fenfo vous a pris presque 7 ans, c’est un mélange de beaucoup de styles différents, avec une base de musique malienne que vous mélangez avec des styles comme le jazz, le blues, le funk ou l’afro-pop, est-ce la raison pour laquelle il vous a fallu si longtemps?

J’avais vraiment besoin d’un espace entre FATOU et FENFO pour grandir non seulement musicalement mais aussi en tant que personne, entre-temps je suis devenue maman, quelque chose qui m’a beaucoup marquée et m’a fait apprendre…… Chaque chose a son temps.

Comment s’est déroulé le processus de création? Était-ce très compliqué de combiner la musique traditionnelle malienne avec ces styles?

La vérité est que c’est un processus assez naturel, il y a certainement une combinaison de styles et c’est quelque chose que j’ai eu beaucoup de plaisir à expérimenter.

Vous n’avez donc pas arrêté, de multiples collaborations avec des musiciens tels que : Bobby Womack et Herbie Hancock, Roberto Fonseca. Vous avez même partagé la scène avec Sir Paul McCartney. Ou au Carnegie Hall avec David Crosby, Chris Thile, Snarky Puppy, entre autres, lors d’une soirée consacrée à la musique contestataire. Quel effet cela fait-il de travailler avec eux?

Merveilleux, c’est une véritable école de sensations, d’émotions, de couleurs et d’activation énergétique. Je suis très reconnaissant à tout le monde pour cette opportunité.

Nous avons pu entendre comment vous interprétez Nina Simone, une référence sans aucun doute, qu’est-ce qui vous a attiré dans sa musique?

Elle est une référence pour moi, la façon puissante dont elle chante, si profonde, et la façon dont elle joue du piano. La paix et la douleur qu’elle porte en elle sont présentes dans sa musique, c’est tellement bluesy. …..

Nina Simone était une personne qui se battait pour les droits de l’homme, vous êtes une personne qui se bat également pour changer la situation des femmes et pour sensibiliser à la situation au Mali, dites-nous en plus sur cette facette de vous?

Comme je l’ai déjà dit, j’essaie autant que possible de donner une voix à ceux qui n’en ont pas, en particulier les femmes et les enfants en Afrique, mais cela vaut pour tout le monde. J’essaie de donner une visibilité à ce que beaucoup tournent le dos ou ignorent (préfèrent ne pas regarder) afin de sensibiliser au changement.

 Quelques questions simples et rapides:

Quel est votre endroit préféré dans le monde?
Afrique
Un souhait?

La paix dans le monde

Quelle musique écoutez-vous?

Tous les types !

Qu’est-ce qui vous inspire?

Un bon geste, la justice, l’amour

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x