21.6 C
Zaragoza
19.5 C
Huesca
15.7 C
Teruel
14 septiembre 2022

Clara Arpa: “Le secteur privé prend le pas sur le secteur public en matière de durabilité”

Nous avons interviewé à Go Aragón Clara Arpa, PDG de ARPA mobile field equipment, l'une des entreprises les plus importantes au monde dans le secteur des solutions logistiques de terrain.

Entretien réalisé par Estrella Setuain avec Clara Arpa, PDG d’ARPA, Equipos Móviles de Campaña, l’une des entreprises les plus importantes au monde dans le secteur des solutions logistiques de terrain. En 2020, elle a été élue présidente du réseau espagnol du Pacte mondial des Nations Unies, en raison de son engagement en faveur de la durabilité tout au long de sa carrière, à travers des initiatives et des projets tels que ARPA Change pour guider les organisations dans leur transition vers la durabilité.

Clara Arpa, bonjour.

Bonjour, bonjour. C’est un plaisir d’être avec vous.

En 2021, l’Espagne est le pays qui compte le plus grand nombre de participants au Pacte mondial, avec 188 nouveaux membres. Cela montre-t-il que les entreprises sont aujourd’hui plus conscientes de la durabilité que dans d’autres pays, notamment en Espagne ?

Oui, il ne fait aucun doute que ce chiffre nous donne une idée de la façon dont les entreprises espagnoles se préoccupent de plus en plus de tout ce qui touche à la durabilité. Il est vrai que les politiques européennes, tout ce qui concerne la transition, le Pacte vert, sont plus importantes que dans d’autres pays. En Espagne, les entreprises le prennent plus au sérieux et je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons actuellement tant de nouveaux membres et que nous sommes le premier réseau international.

Quelles sont les raisons pour lesquelles les entreprises le prennent plus au sérieux ici en Espagne ?

Eh bien, à ce que je viens de dire, non ? Tout ce qui est politique de l’Union européenne, le Pacte vert, est aligné sur la durabilité. Je pense donc que les entreprises ont pris la question beaucoup plus au sérieux et sont plus conscientes de la transition que nous devons opérer vers les nouveaux modèles économiques.

Peut-être parce qu’il y avait moins de travail ici que dans d’autres pays ?

Non, je pense que le travail est le même, fait ou défait partout. En ce sens, il n’y a pas, à l’heure actuelle, de pays beaucoup plus avancé que les autres. En fait, l’Espagne est l’un des bastions des politiques sociales, tout comme l’Europe dans son ensemble, et nous savons tous que la durabilité est également liée aux questions sociales.

Quel rôle les entreprises jouent-elles dans cette amélioration de la société et des questions sociales ou du bien-être social, du bien commun, dans le cadre de cette idéologie de la durabilité ?

Eh bien, je pense que nous constatons de plus en plus que les entreprises ont un rôle pertinent dans la société. Les entreprises, après tout, sont le moteur de l’économie, surtout dans le secteur privé. La plupart d’entre nous travaillent dans des entreprises privées et aussi dans des petites et moyennes entreprises, ce qui constitue le tissu entrepreneurial espagnol. Ces initiatives qu’ils prennent, ces pas en avant, ces certifications, ces certifications tant en matière de durabilité que de qualité, ces négociations d’accords… Nous avons une politique sociale très avancée dans ce sens et nous devons l’exiger. Je pense donc que oui, il est vrai que les entreprises, en ce sens, notamment le secteur privé, prennent le pas sur le secteur public.

Vous parliez des PME, les petites et moyennes entreprises, qui sont précisément celles qui tissent notre tissu économique. Sont-elles précisément celles qui s’engagent le plus dans la durabilité ?

Eh bien, ce sont eux qui ont le plus de mal, n’est-ce pas ? Parce que plus il y a de réglementation, plus il y a de réglementation, plus ils ont besoin de ressources. Nous savons que les PME ont des ressources limitées. Mais il est vrai que si, en fin de compte, quatre-vingt-dix-neuf virgule quatre-vingt-dix-huit pour cent du tissu est constitué de petites entreprises, alors sans elles, nous n’allons vraiment nulle part.

Quelles actions concrètes ces entreprises prennent-elles ?

Tout d’abord, je pense que les entreprises sont conscientes des droits sociaux dans ce sens. Les droits syndicaux des travailleurs, l’égalité en Espagne est l’un des pays où nous avons le plus de plans d’égalité dans les entreprises. Je crois que la question de la flexibilité des horaires de travail est également prise en compte. Bien sûr, tout ce qui concerne la transition vers une énergie propre. De plus en plus d’entreprises envisagent l’autoconsommation et la réduction de leurs émissions de CO2. Nous verrons bientôt les entreprises commencer à parler d’économie circulaire à travers leur chaîne d’approvisionnement. En bref, je crois que ce sont ces types d’actions qui prennent les entreprises en ce moment.

Et je comprends que tous contribuent à une plus grande rentabilité, car il semble que bien souvent nous ne pensons qu’à l’aspect économique et que grâce à cette durabilité nous pouvons atteindre des objectifs encore plus rentables.

Eh bien, je dis toujours que nous devons nous approprier la rentabilité de la durabilité. Nous devons comprendre que la rentabilité n’est pas seulement économique, elle est aussi sociale et environnementale. Et tant que nous n’irons pas avec cette conscience de consommer comme le dit l’objectif numéro 12 : ” consommer et produire de manière responsable “, nous ne pourrons pas avancer. Nous ne parlons toujours qu’en termes économiques. Personne, en tant qu’individu, en tant que consommateur, ne doit être clair à ce sujet. En d’autres termes, lorsque nous choisissons nos produits ou services, nous devons tenir compte non seulement du prix, mais aussi de tout ce qui l’accompagne.

Être clair dans ce sens et savoir tout ce que cela implique pour s’engager dans les ODD. Je ne sais pas s’il y a un secteur qui est plus clair qu’un autre. Primaire, secondaire ou tertiaire. Je ne sais pas s’il y en a un qui parie plus fortement sur la durabilité.

Eh bien, je parierais qu’il y en a qui ont la vie plus facile, dans le sens où il est vrai qu’ils font beaucoup de choses, comme le secteur primaire. Nous devons passer d’une production peut-être trop intensive à une production plus extensive. Nous devons à nouveau tenir compte de la consommation écologique et biologique, dont nous constatons actuellement la résurgence. Je crois qu’il faut accorder beaucoup d’importance à la grande industrie, car elle est vraiment importante et, en fin de compte, elle est l’un des moteurs. Sans eux, nous ne pourrions pas aller de l’avant.

Je ne sais pas si la pandémie a aussi influencé cela.

Eh bien, la pandémie a tout influencé, pour le meilleur et pour le pire, et de bien des manières. En ce qui concerne la durabilité, presque, je pense que la pandémie a mis en avant toute la question de la sensibilisation. Nous avons vu les vulnérabilités auxquelles nous sommes soumis par ce système économique, qui est celui que nous devons changer pour avoir des ressources circulaires. Je pense que nous sommes plus conscients que jamais des risques auxquels nous sommes confrontés et nous sommes conscients que nous allons y mettre fin d’une manière ou d’une autre tôt ou tard.

Vous disiez que nous sommes plus conscients, je suppose, non seulement en tant qu’entreprise, mais aussi en tant que société. Je ne sais pas si, en général, nous devons améliorer quelque chose, à part les entreprises. Les institutions, par exemple.

Voyons, comme je le dis toujours, les entreprises ne sont pas une entité étrangère ou une entité étrangère. En d’autres termes, les entreprises sont constituées de personnes et les personnes constituent la société. Lorsque nous parlons d’entreprises ou de société, il semble que nous parlions d’un tiers, d’un étranger, d’un outsider, alors qu’en fait, il s’agit de chacun d’entre nous.

Lorsque vous avez été élu président du réseau espagnol du Pacte mondial, quels objectifs vous êtes-vous fixés en 2020 ? Cela ne fait pas si longtemps, mais je suppose que beaucoup de progrès auront été faits. Comme vous l’avez dit, la pandémie a tout accéléré. Je ne sais pas quel est le cadre et quels sont ceux qui ont déjà été atteints.

Eh bien, l’objectif que je me suis fixé était d’essayer de faire en sorte que les entreprises qui étaient déjà signataires du pacte le restent, parce que, logiquement, il y avait un grand nombre d’entreprises qui couraient un risque économique important, grave. Dieu merci, non seulement nous avons eu très peu de départs, principalement d’entreprises qui ont malheureusement dû mettre la clé sous la porte, mais nous avons également connu une augmentation du nombre de membres, ce qui est une source de satisfaction. L’objectif que les présidents du Pacte mondial se sont fixé au niveau international est que notre initiative, qui est la plus grande initiative de durabilité des entreprises au monde, soit de plus en plus connue de tous, en particulier des entreprises, logiquement, et des organisations tant publiques que privées, et qu’elles y adhèrent et commencent à opérer la transformation dont nous avons si désespérément besoin.

Nous parlons du Pacte mondial des Nations unies, mais peut-être quelqu’un qui nous écoute ne sait-il pas de quoi il s’agit. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les actions que vous développez ?

Eh bien, je fais partie du conseil d’administration au niveau international. Le Pacte mondial des Nations unies est une initiative lancée par Kofi Annan à Davos en janvier 2000. Pourquoi ? Donner au marché un visage plus amical face à la mondialisation, car on se rendait de plus en plus compte qu’elle n’entraînait pas, dans le cadre du développement, certains dommages collatéraux, comme le non-respect des droits de l’homme, des droits du travail, surtout la corruption, dont les cas sont nombreux et en augmentation, et aussi le changement climatique et l’environnement. Alors, bon, le Pacte Mondial est une initiative, comme je l’ai dit, à laquelle les organisations adhèrent volontairement et qui veulent travailler et faire des affaires, mais surtout en donnant de l’importance à quatre grands domaines tels que les droits de l’homme, les droits du travail, la lutte contre la corruption et les droits environnementaux. Sur cette base, lorsque les objectifs de développement durable sont également publiés par les Nations unies, ils sont placés sous l’égide du Pacte mondial afin que les entreprises puissent également mettre en œuvre l’agenda 2030. Et nous sommes là, à aider les entreprises dans cette transition à produire leurs rapports de durabilité, à produire leurs rapports de progrès et à avancer progressivement sur ce long chemin, pour espérer que d’ici 2030, nous serons tous sur le chemin.

Est-il plus facile d’établir un Agenda 2030 et des objectifs ou souhaits spécifiques ?

Je pense que l’agenda est un outil qui nous aide à sensibiliser réellement les gens. Ce n’est pas facile, c’est compliqué, nous sommes nombreux au niveau international. Eh bien, il y a presque huit milliards d’habitants sur cette planète, mais je crois vraiment que même si l’agenda n’est pas très connu au niveau international, parce qu’il y a beaucoup d’inégalités entre les pays, il est vrai que les pays du premier monde, ceux d’entre nous qui, en théorie, ont l’obligation de montrer la voie, doivent effectuer ce changement, cette transition le plus rapidement possible. Et l’agenda est, en quelque sorte, un guide qui nous indique quels sont les objectifs que nous avons et quels sont les buts que nous devons atteindre.

Vous disiez que l’agenda et les objectifs ne sont pas très connus au niveau international, mais pensez-vous qu’ils sont encore inconnus de la société, par exemple en Espagne ?

Malheureusement, oui. À l’heure actuelle, bien qu’il y ait eu une augmentation significative, je dirais que plus de la moitié de la population ne sait toujours pas ce que sont les objectifs de développement durable. En fait, lorsque nous allons donner des conférences dans les universités, ce qui me préoccupe le plus et me préoccupe aussi en ce moment, je vois qu’au niveau académique, au niveau des jeunes, ils ne sont pas aussi impliqués qu’ils devraient l’être en ce moment.

Est-ce à cause d’un manque de pédagogie ? Je ne sais pas si les institutions doivent aussi faire davantage pour le diffuser.

Eh bien, je ne sais pas exactement ce que nous faisons de mal, mais il est clair que nous faisons quelque chose de mal lorsque nous allons donner des conférences à l’université et que seuls 20 étudiants se présentent dans la salle de classe alors qu’il y a quatre ou cinq mille étudiants sur ce campus. Lorsque vous allez présenter un rapport d’activité à une université, où il y a trente mille étudiants et cinq mille enseignants, et qu’il n’y a que trente personnes entre enseignants et étudiants à la réunion. Donc, je ne sais pas si c’est le manque d’implication des jeunes, peut-être, ou parce qu’il n’y a jamais vraiment eu plus d’informations ou plus d’accès à l’information qu’en ce moment.

Et en parlant de la contribution de la société espagnole aux ODD, je ne sais pas si vous pouvez préciser un peu ce que fait l’Aragon pour l’Agenda 2030.

Eh bien, Aragon a plusieurs projets. Elle a un projet très intéressant qui est le label de responsabilité sociale aragonais et il y a 1 400 entreprises aragonaises, plus de 1 400 entreprises concernées qui reçoivent son label. Logiquement, le projet de sceau, qui consiste à élaborer les objectifs que les entreprises doivent réaliser lorsqu’elles s’engagent dans le sceau, est totalement lié aux objectifs de développement durable. Et j’encourage, car je pense qu’il n’y a que 180 de ces entreprises qui ont adhéré au Pacte mondial. Je les encouragerais à adhérer au Pacte mondial et à donner ainsi une grande visibilité à la communauté aragonaise, car il s’agirait de l’organisation la plus importante au niveau international et, au sein de l’organisation la plus importante au niveau international, nous serions la communauté la plus nombreuse au niveau international, et bien sûr, cela mettrait l’Aragon une fois pour toutes sur la carte dans ce sens.

Cela nous positionne-t-il sur le plan international ?

Absolument. C’est pourquoi j’encourage les entreprises du sceau RSA à adhérer au Pacte mondial afin de rendre beaucoup plus visible la capacité de cette région autonome.

Vous êtes le PDG d’une de ces entreprises qui est membre du Pacte mondial, qui travaille également sur la durabilité depuis très longtemps. Comment répondez-vous aux problèmes complexes d’impact environnemental qui existent dans le monde aujourd’hui ?

Eh bien, ce qui est clair pour nous, c’est que notre activité doit être aussi exempte d’émissions que possible. Il y a des activités que l’entreprise fait directement, et dans ce sens, je dois dire que dans trois ou quatre ans, nous serons une entreprise qui aura 100 % d’autoconsommation. Nous y avons travaillé, nous avons un beau projet pour convertir aussi les excédents, parce que nous avons une installation photovoltaïque et nous ne travaillons que 220 jours par an, donc le reste des jours il faut en faire quelque chose. Et nous devons dire que nous avons réalisé un petit module pour la génération d’hydrogène vert que nous utilisons ensuite pour nos propres installations et pour fournir de l’hydrogène carburant aux voitures. C’est une étape importante, c’est vraiment un projet super innovant, c’est très pionnier, c’est très avancé, très innovant et nous espérons que bientôt nous serons copiés. Nous espérons que nous serons une référence et un prédicteur de ce type d’installation afin que, partout où nous allons dans les parcs industriels, nous puissions voir que nous sommes réellement capables d’avoir des émissions zéro dans nos propres unités de production. Nous en sommes très fiers et très heureux. Nous sommes vraiment très satisfaits et nous continuons à y travailler.

Êtes-vous la première entreprise privée qui s’efforce de populariser l’hydrogène ici ?

Je pense que oui, du moins avec un modèle d’autoconsommation dans ses propres installations. Et bien, et en alliance avec d’autres entreprises, comme le groupe Zoilo Ríos, pour que cet hydrogène puisse bientôt être distribué dans leurs installations également. Soyons parmi les premiers, parmi les pionniers en Aragon, comme nous l’avons été dans de nombreuses autres situations par le passé.

Avec ARPA Change, vous essayez également de guider les organisations dans leur transition vers la durabilité. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce projet ?

Il s’agit d’une initiative dans le cadre de l’activité de l’entreprise qui nous a poussés à fournir des solutions comme celle dont je vous parle. Chez ARPA Change, nous avons tous les développements de l’hydrogène. Nous avons également apporté des solutions aux problèmes de purification de l’eau, notamment dans les zones de moins de 5 000 habitants. Nous avons vraiment un gros problème en Aragon et en Espagne, avec beaucoup de petites municipalités qui n’ont pas de station d’épuration et nous avons mis au point un système qui est 80 % plus efficace que la technologie traditionnelle qui a été développée jusqu’à présent. Nous avons également des développements pour les exploitations agricoles, pour la question très importante du lisier. Au sein de notre industrie porcine, nous nous efforçons d’aider d’autres entreprises et d’autres organisations, tant publiques que privées, à résoudre leurs, disons, leurs problèmes environnementaux ou leurs problèmes d’environnement, au moyen des nouvelles technologies.

Je vois que vous connaissez bien le secteur porcin, qui est actuellement sous les feux de la rampe ici en Espagne en raison de toutes les déclarations qui ont été faites à son sujet. Je comprends, d’après ce que vous dites, que vous travaillez à l’amélioration de la durabilité des boues issues des processus. S’agit-il vraiment d’un secteur durable ?

Bien sûr que c’est durable. Ce qui se passe, c’est que, selon le modèle d’entreprise, il faut l’attaquer ou mettre en place une série de solutions ou autres. Si nous voulons vraiment que l’industrie soit puissante et serve de référence, comme cela semble être le cas au niveau national et international, nous devons fournir tous les moyens disponibles aux entreprises pour qu’elles puissent réellement faire leur travail, en respectant toutes les exigences environnementales nécessaires.

Clara, pour terminer, comment imaginez-vous l’Aragon en termes de durabilité en 2030 ?

Eh bien, je voudrais que nous ayons vraiment intégré ces 1400 et toutes les entreprises de RSA et toutes celles qui viendront jusqu’en 2030 dans le Pacte mondial. J’espère qu’elles se sont toutes jointes à nous et que nous avons résolu le problème des municipalités, des petites municipalités, en ce qui concerne leurs déchets, qu’il s’agisse d’eau ou de déchets solides. Et je voudrais aussi que nous soyons vraiment une référence internationale pour l’ensemble de l’industrie de la viande. Il n’y a aucun doute là-dessus.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x