22.8 C
Zaragoza
22.8 C
Huesca
18.6 C
Teruel
18 mayo 2022

Irene Luzán : “Aujourd’hui, on parle de métavers, mais la numérisation est quelque chose que nous avons toujours fait”

En 2014, Irene Luzán a fondé Shu Digital, dédié à la 3D, à la photogrammétrie et à la conception numérique. Son travail a touché tous les continents avec des propositions pour le secteur artistique, le patrimoine, le cinéma, les jeux vidéo, la restauration et les parcs à thème.

Huesca est votre ville natale et, loin de partir à l’étranger, vous y avez ouvert votre entreprise. Quelles opportunités y avez-vous vu ?

Nous avons commencé à Huesca parce que normalement, on commence son activité dans le lieu d’où l’on vient. Notre secteur est totalement numérique et lorsqu’il s’agit de livrer des fichiers, il n’y a plus de barrières avec les nouvelles technologies. Être dans une petite ville a ses bons côtés car ce que vous faites est immédiatement vu, cela attire l’attention, vous apparaissez dans les médias… mais cela a aussi des mauvais côtés comme les limitations.

Quelles sont les limites ?

Nous avons rendu notre studio de photogrammétrie mobile précisément parce que ce besoin s’est fait sentir, nous devons nous rendre nous-mêmes sur les tournages, nous avons déplacé notre studio par exemple à Berlin, où nous avons travaillé à deux reprises pour Netflix, nous avons de nombreux projets hors d’Espagne. On peut parfaitement travailler depuis Huesca, mais il faut adapter ce travail pour que le client n’ait pas à se déplacer, bien que des footballeurs, des acteurs, des mannequins… soient venus ici, mais en raison de notre agenda, il est plus facile pour nous de nous déplacer nous-mêmes.

En quoi consiste le studio de photogrammétrie ?

Il y a 150 caméras synchronisées pour prendre un cliché à la fois d’une personne, d’un objet, d’un animal… Le cliché est pris, puis toutes les informations sont traitées et des retouches numériques sont effectuées avec des logiciels spécifiques. Il s’agit d’un modèle haute définition qui est utilisé en post-production d’effets numériques. Maintenant qu’il est tourné en numérique, il permet d’insérer des objets en 3D, des acteurs en 3D pour interagir avec les nouvelles modalités de tournage que l’on appelle la production virtuelle. Ce que nous avons fait avec Netflix en Allemagne, qui sortira prochainement, a été de fabriquer tous les acteurs et objets de cette manière pour les inclure dans différentes scènes.

Pouvez-vous faire de ce projet une réalité ou reste-t-il un secret ?

Pas encore… nous avons des contrats de confidentialité et tant que la série ou le film n’est pas sorti, nous ne pouvons rien dire. Nous avons travaillé sur un projet pour HBO Espagne et ils viennent d’en sortir un intitulé Feria, où nous avons fait de la modélisation pour construire le décor.

C’est l’autre partie de votre entreprise.

C’est vrai. Chez Shu Digital, nous faisons de la 3D de très haute qualité, ce qui est une façon de faire pour le département des effets spéciaux et une autre façon de le construire. Avec l’autre entreprise familiale, Tecmolde, nous fabriquons et réalisons les grandes scénographies pour le cinéma et les séries. Ces décors, qui sont réalisés sur des robots mécanisés, partent toujours d’un modèle 3D. Nous le faisons soit avec un scanner, soit avec la modélisation numérique, qui revient à sculpter numériquement de l’argile. Il est fabriqué, traité dans l’atelier avec les sculpteurs et peint. Nous prenons en charge l’ensemble du processus : de la création du fichier 3D à la fabrication. Normalement, nous sommes appelés par le département artistique de la série pour la fabrication de décors, ils vous donnent leurs idées, des croquis… et vous devez les créer en 3D.

Grâce à la modélisation 3D, vous avez également réalisé des structures pour des parcs d’attractions. Quels projets mettriez-vous en avant ?

Nous avons travaillé sur les décors de Portaventura pour Ferrari Land, Sesame Street, Shambala… pratiquement toutes les expansions depuis 2012. En série, comme je l’ai dit, nous avons conçu des décors pour la Foire, ce qui a été un très bon travail, en faisant des grottes, avec un modelage très organique. Nous travaillons sur une série américaine très puissante qui sortira dans quelques mois et, comme vous le savez déjà, nous avons réalisé des décors pour Game of Thrones, avec sept crânes géants, c’était une énorme scénographie. Pour une campagne avec l’actrice Milena Smith pour la marque Desigual by María Escoté, nous nous sommes rendus à Barcelone pour réaliser le travail en 3D.

Est-il important que des projets comme celui-ci quittent Huesca et atteignent le monde entier ?

Bien sûr qu’elle l’est. Nous sommes à Loporzano et cette ville est connue pour notre travail. Vous n’avez pas besoin d’être à Madrid ou à Barcelone avec tous les moyens dont nous disposons aujourd’hui. En fait, des gens viennent nous voir à Loporzano et des personnes très importantes de différents secteurs sont venues, comme des directeurs artistiques, comme les gens du département Scoot de Ridley, des footballeurs comme Sergio Ramos ou Mikel Rico de Huesca qui nous ont aidés à nous impliquer dans les projets de football.

Vous avez étudié la communication audiovisuelle et les sciences de l’information. Pourquoi vous êtes-vous spécialisée dans la photogrammétrie et avez-vous décidé d’ouvrir ShuDigital ?

J’ai toujours été formé à Tecmolde, car c’est l’entreprise familiale. Nous avions une partie des modèles 3D qu’au début nous avons créés avec des scanners. Des opportunités ont commencé à se présenter, mais nous avons réalisé que nous n’utilisions les scanners que pour le projet qui le nécessitait et nous avons vu qu’ils pouvaient être utilisés davantage il y a 8 ans. C’est ainsi que nous avons créé ShuDigital et que nous avons décidé d’avoir un studio qui fournirait toujours Tecmolde, qui était notre principal client. Maintenant, nous nous sommes ouverts à plus de domaines, plus d’entreprises et avec un soutien dans les nouvelles technologies dans lesquelles nous investissons beaucoup.

Quelle est l’importance de la R&D&I dans votre entreprise ?

Très important, nous avons fait un investissement brut et la R&D est fondamentale chez Shu Digital. Le premier investissement pour obtenir tout le matériel avec Canon Europe a été très important, mais lorsque vous utilisez le studio, vous vous rendez compte que vous devez changer des choses, et nous avons dû faire des investissements pour nous améliorer. En fait, l’une des nouveautés est que nous allons bientôt lancer un studio avec 150 véritables caméras mobiles. C’est-à-dire que nous nous déplacions en assemblant et en désassemblant le studio, mais maintenant nous allons le mettre sur un camion pour ne plus avoir à l’assembler et à le désassembler, il sera intégré dans une véritable unité mobile avec laquelle nous pourrons couvrir plus de travaux, ce sera plus rapide… En fin de compte, vous devez faire de nouveaux développements pour pouvoir être là, être plus productif, couvrir plus de projets et ouvrir davantage le marché.

Pourquoi êtes-vous revenu de Walqa à Loporzano pendant la pandémie ?

Covid a fait beaucoup de dégâts, maintenant nous avons récupéré mais nous avons décidé que la meilleure chose à faire était de retourner à Loporzano. À Walqa, nous avons reçu des aides pour être un parc technologique, mais ici nous en avons parce que c’est une zone rurale, puisqu’elle compte moins de 100 habitants. Bien que nous soyons à Loporzano, comme je l’ai dit, les gens viennent ici ravis, et ils apprécient le paysage, la Sierra de Guara, le pain de Loporzano… Ce que les gens qui viennent de Madrid ou de Londres nous disent généralement, c’est qu’ils ne sont pas surpris que nous voulions être ici.

Saisissez-vous l’occasion de leur montrer le territoire ?

Oui, et nous allons toujours à Huesca, nous savons que nous sommes toujours à Huesca.

Que recommanderiez-vous de faire à Huesca ?

La première chose est d’acheter une miche de pain de Loporzano (rires), les gens les prennent vraiment. À Huesca, visitez la cathédrale, qui est très belle, la Sala Saura de la Diputación de Huesca (DPH) et pour le déjeuner, je me souviens que nous avons emmené de nombreuses personnes à Venta del Sotón, à Espacio N à Esquedas. Nous y avons fait le design et la scénographie et c’est pourquoi nous aimons y emmener les gens. Dans le domaine de la restauration, nous avons également réalisé des décors pour Cook Fiction et, au niveau international, nous avons travaillé avec le restaurant Amazonico à Londres.

Avec Shu Digital, vous réalisez un travail important dans la diffusion de l’art et du patrimoine. Vous avez reproduit les sarcophages de Sigena pour l’exposition des panthéons royaux, entre autres. Quelle valeur votre travail a-t-il pour ce type de diffusion ?

Oui, par exemple, avec Lorenzo Quinn, nous avons fait des mains à Venise qui sortaient de l’eau et de plus en plus d’artistes veulent numériser les œuvres. Pour le patrimoine, c’est la même chose, même si, à mes débuts, j’allais dans les musées et proposais mes œuvres gratuitement. On m’a dit que non dans de nombreux endroits, au début ils étaient très réticents à la numérisation, et je parle d’il y a seulement cinq ans. Le mot “numérisation” est maintenant sur toutes les lèvres et les musées qui ont dit non, qui étaient tous hors d’Aragon, m’ont alors appelé.

Vous avez également reconstitué les visages de Ramiro el Monge et de Doña Sancha. Comment s’est déroulé ce travail ?

Avec la technologie de pointe, avec les points médico-légaux pris numériquement… c’était un travail très cool. C’est un travail qui est plus difficile à expliquer qu’à voir, mais quand on vient voir l’atelier et le studio, on le comprend. Maintenant, les gens veulent tout numériser, et avec le metaverse, je n’en parle même pas.

Quelle est votre contribution au métavers ?

Nous avons fait des choses parce que ce que nous faisons fonctionne pour le métavers, c’est de numériser. Maintenant on l’appelle comme ça, mais c’est quelque chose qu’on a toujours fait. Nous créons des scénarios numériques, des personnages numériques… mais spécifiquement pour le métavers, nous avons travaillé pour H&M.

Mais de cette manière, la consommation de ces produits est démocratisée. Tout le monde voudra avoir son avatar numérique.

Sûrement, oui, c’est comme ça. J’aimerais en savoir plus sur le métavers, les NFT et les tests.

Maintenant que nous parlons du métavers et de la déshumanisation qu’il peut entraîner, quelle est la valeur de l’équipe humaine dans une entreprise technologique ?

Je dis toujours que la technologie doit aller de pair avec l’équipe humaine. Dans notre cas, nous disposons d’une technologie de pointe pour réaliser, par exemple, un énorme décor, mais c’est possible parce qu’il y a une équipe humaine derrière : quelqu’un doit être derrière pour assembler, poncer, sculpter, peindre… dans notre cas, c’est comme ça. Au niveau mondial, il y a eu beaucoup de substitution de processus, mais il y aura toujours quelqu’un qui travaillera derrière.

Votre technologie pourrait-elle être utilisée pour fabriquer des maisons ou des bâtiments ?

Oui, nous avons réalisé des projets qui sont restés dans les limbes. Avec Tecmolde, nous avons réalisé un projet de maison préfabriquée pour le Qatar. Cela n’a finalement pas abouti, mais nous disposons d’un scanner laser longue distance d’une portée de 150 mètres avec lequel vous pouvez scanner les façades. Pour cela, vous pouvez utiliser différentes technologies, comme le modelage au laser.

Avez-vous des projets sociaux ?

Nous avons fait beaucoup de choses. Pendant la pandémie, un médecin de San Jorge de Huesca nous a demandé de l’aide pour faire des dépistages sanitaires. Nous avons fait un développement très simple pour les fabriquer, et de manière altruiste, nous avons fabriqué un demi-million d’écrans qui ont été distribués dans toute l’Espagne. Un réseau de volontaires a été créé, qui sont venus travailler dans des entreprises comme la nôtre, par le biais de l’association Concausa de Huesca. Nous avons beaucoup travaillé avec Atades Huesca et avec Aspace Huesca nous avons fait des chaises spécifiques avec des moules en plâtre, nous l’avons fait avec un scanner et ensuite nous les avons modelées et ajustées pour les enfants avec ce qu’ils voulaient.

Vous faites partie de Mujeres Tech, quel est selon vous le problème des femmes qui ne choisissent pas les métiers de la tige ?

Quand ils m’appellent, j’essaie d’y aller et de faire des choses, ils m’ont appelé pour Mujeres Tech en 2017 à Etopia et j’ai donné une conférence sur mon travail. Depuis, j’ai été appelée pour des événements de ce type, c’est très intéressant car il y a des femmes qui ont des postes et qui font des choses incroyables.

Avez-vous dû prouver votre valeur dans ce secteur simplement parce que vous êtes une femme et jeune ?

A plus d’une occasion. J’ai eu de la chance, mais il y a des idiots et des maladroits partout. Il m’est arrivé qu’on ne me prenne pas au sérieux, je ne sais pas si c’était parce que j’étais une femme ou une jeune personne. Vous devez montrer davantage votre travail et quand ils voient que vous le faites bien, ils ne disent rien non plus, ils se taisent et c’est tout.

Il n’y a pas de reconnaissance…

Non, ces fois-là, il n’y a pas eu de reconnaissance. Dans le secteur du cinéma, comme je me suis déjà fait un nom, cela ne m’arrive pas. Il n’y a eu que quelques fois, mais c’est très triste.

Pour de telles raisons, les filles ou les jeunes filles ne sont pas encouragées à se lancer dans ce type de profession ?

Je suppose que cela a à voir avec le fait qu’il a toujours été dit que certaines carrières étaient réservées aux hommes et d’autres aux femmes. C’est justement des organisations comme Mujeres Tech qui luttent contre cela et il y a encore beaucoup de chemin à parcourir mais elles y travaillent.

Nous constatons de plus en plus que l’avenir de la science et de la technologie est féminin.

Je pense que oui. Personnellement, je reçois de plus en plus de CV de femmes que d’hommes, et toutes ont une formation plus poussée en technologie ou en sciences. Je suis heureux quand je vois cela.

Que faut-il encore faire pour que cela devienne une réalité ?

Montrer des références, donner plus de visibilité au sujet des femmes et des entreprises. Je pense que c’est déjà le cas, c’est une question de temps. Par exemple, dans mon cas, je reçois davantage d’appels pour apporter ma contribution en tant que référence, ou des personnes m’écrivent de l’université pour leur travail.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x