27.7 C
Zaragoza
22.3 C
Huesca
17.2 C
Teruel
28 junio 2022

Ana Sesé : “Chez Sesé, nous nous engageons en faveur de l’égalité des chances”

Grupo Sesé est un opérateur logistique intégré qui conçoit et fournit des solutions partout dans le monde depuis plus de 20 ans. Son modèle d'entreprise a évolué d'un 3PL à un 4PL, prenant des mesures importantes au cours des deux dernières années en renforçant ses divisions d'expédition et de distribution de commerce électronique. Nous nous entretenons aujourd'hui avec Ana Sesé, vice-présidente du conseil d'administration du groupe Sesé et présidente de la Fondation Sesé. 

Comment étaient vos débuts?

Mon frère et moi disons toujours que mon père, Alfonso Sesé, a jeté les bases de ce que le groupe est aujourd’hui. En 1965, à Urrea de Gaén, un petit village de Teruel, il a commencé son activité d’achat et de vente de produits agricoles. Il est tombé malade et quelques années plus tard, mon frère et moi avons décidé de créer notre entreprise de transport et regardez comme elle a changé !

Nous avons grandi et évolué. Nous nous sommes spécialisés dans la logistique, les services industriels, le commerce électronique… et aujourd’hui, nous couvrons tous les besoins de la chaîne d’approvisionnement. Nous nous efforçons d’être à la pointe de la recherche et de l’innovation en matière de technologie et de systèmes.

Aujourd’hui, nous disposons d’une équipe de 10 000 professionnels dans 20 pays, d’une flotte de 3 000 unités et nous réalisons 12 millions de montages par an. Nous avons un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros par an.

Ana, bien que vous soyez une femme d’affaires, avez-vous rencontré des obstacles dans votre carrière parce que vous êtes une femme?

J’ai eu de la chance. J’ai toujours été dans la partie administrative de l’entreprise et je me suis consacré au travail, au travail et au travail. Il est vrai que dès le début, je n’ai rencontré aucun obstacle parce que je suis une femme. Cependant, je peux le voir quand il y a des femmes qui viennent de l’extérieur de l’entreprise et encore plus quand elles occupent des postes de direction.

Quelles politiques avez-vous développées pour une réelle égalité au sein de l’entreprise?

Dans notre groupe, dans la partie entreprise, 70% d’entre nous sont des femmes. Dans la logistique et le transport, bien sûr, la majorité sont des hommes.

Nous travaillons pour l’égalité. C’est pourquoi nous avons élaboré différentes politiques d’égalité et d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Actuellement, nous avons mis en œuvre des mesures telles que : l’adaptation des horaires de travail, la flexibilité des horaires de travail pour les pères et les mères ayant des enfants de moins de 12 ans à leur charge ou la réduction des horaires de travail pour la garde légale.

Quelles sont, selon vous, les qualités les plus importantes pour accéder à des postes à responsabilité?

Une chose que nous avons toujours gardée à l’esprit à la maison : vouloir faire les choses bien. Mais aussi respecter les autres, se mettre à leur place et les aider autant que possible. En deux mots : effort et empathie.

Quel est le meilleur aspect du métier d’entrepreneur?

Je pourrais dire la liberté de dépendre de vos décisions, même si cela signifie une plus grande responsabilité qui vous empêche parfois de dormir la nuit… (rires), mais la meilleure chose est de savoir que vous réalisez votre propre projet, dans ce cas celui de mon frère et le mien.

Qu’est-ce qui vous inquiète ou quels sont les défis qui vous attendent?

Nous sommes soucieux de la santé et de la sécurité de tous nos professionnels et notre objectif clé est le zéro accident. C’est pourquoi nous faisons beaucoup de formation et de prévention. Nous sommes également conscients de réduire notre empreinte CO2.

Mais la passion d’Ana est la Fondation Sesé, qu’elle a lancée il y a presque 10 ans et dont elle est la présidente. Avec cette fondation, dit-elle, elle veut contribuer à une société plus prospère.

En quoi consiste le travail que vous effectuez?

C’est une organisation à but non lucratif qui a été créée dans le but de contribuer à l’amélioration du bien-être et de la qualité de vie des personnes.  Nous nous engageons à respecter l’égalité des chances. C’est pourquoi nous nous consacrons à l’inclusion et à l’intégration des personnes handicapées ou menacées d’exclusion sociale sur le marché du travail.

Quelles sont vos lignes d’action?

Nous le faisons à travers trois domaines d’action : la formation et l’emploi, les centres spéciaux d’emploi et l’action sociale.

Nous disposons actuellement de deux centres spéciaux d’emploi, l’un à Saragosse et l’autre à Martos (Jaen). Il s’agit de centres où nous fournissons aux travailleurs handicapés un travail productif et rémunéré qui facilite leur intégration sur le marché du travail.

En termes de formation et d’emploi, nous avons développé avec la Fondation Down de Saragosse le programme “Imprescindibles”, un module de formation aux tâches administratives auquel 10 personnes ont participé avec la possibilité de trouver un emploi pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Nous sommes très heureux car six d’entre eux ont déjà rejoint de grandes entreprises telles que Saica ou Fersa.

Nous avons un atelier-école sur la numérisation des documents qui font partie du patrimoine historique d’Aragon, financé par l’INAEM. Il concerne 10 jeunes âgés de 16 à 25 ans qui n’ont pas voulu terminer leur scolarité et sont considérés comme vulnérables.

Bien que vous travailliez avec des personnes handicapées depuis quelques années déjà, est-il facile de les intégrer dans le monde du travail?

L’insertion dans le monde du travail est compliquée pour tout le monde, donc, logiquement, les personnes handicapées ont un peu plus de mal. Malgré cela, notre expérience dans ce domaine est très positive. Nous essayons de leur fournir un emploi, tant par leur recrutement par des entreprises ordinaires que par leur incorporation dans nos centres spéciaux d’emploi. Bien qu’elles soient protégées par la loi générale sur le handicap, les personnes handicapées constituent un groupe qui a besoin d’un soutien continu, tant de la part de l’administration que du secteur privé. Il est également vrai que, ces dernières années, les institutions et les entreprises ont été plus sensibles à cette question. Vital, à mon avis, pour parvenir à une société plus juste et plus solidaire.

Et en matière d’action sociale, quels sont les projets que vous menez?

Eh bien, en termes d’action sociale, notre Fondation met en œuvre une grande variété d’initiatives sociales, dont beaucoup répondent à des besoins actuels.

Par exemple, nous avons deux événements de solidarité. Le Sesé Bike Tour, qui s’est tenu il y a quelques jours avec un total de 526 participants et au cours duquel nous avons récolté 19 500 euros pour le projet “S.O.S. ! Vulnerable Families, Ukraine”, qui se concentre sur la population ukrainienne après les derniers événements de la guerre.

L’autre événement est le gala musical, que nous organisons habituellement en novembre. Il y a deux ans, avec l’argent récolté, nous avons construit un cinéma pour les enfants hospitalisés à l’hôpital Miguel Servet de Saragosse.

Nous avons des programmes d’aide alimentaire, une soupe populaire à Las Delicias, nous avons des programmes de volontariat d’entreprise et nous collaborons avec d’autres entreprises et institutions comme la Banque alimentaire de Saragosse ou avec Caritas où nous réalisons le projet A todo trapo. En bref, nous ne nous arrêtons pas.

Et pour que tout soit opérationnel, combien de personnes comptez-vous dans la Fondation?

Huit personnes travaillent au sein de la Fondation et plus d’une centaine de bénévoles, sans compter le travail en réseau avec différentes entités. Cela nous permet d’atteindre directement près de 15 000 personnes par le biais de nos activités.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x