18.4 C
Zaragoza
19 C
Huesca
15.3 C
Teruel
16 octubre 2021

Javier Espada : “Buñuel était un surréaliste avant de rencontrer les surréalistes”

Le réalisateur Javier Espada, l'un des principaux spécialistes de la figure de Luis Buñuel, vient de publier "Buñuel. Un cinéaste surréaliste". Le documentaire a déjà été projeté dans des festivals tels que Cannes et San Sebastian, et a été choisi pour ouvrir la première édition du festival du film de Saraqusta.

Parlez-moi du documentaire, que raconte-t-il ?

Il s’agit d’un documentaire dans lequel je condense les recherches sur Buñuel que je mène depuis de très nombreuses années. J’ai commencé en 1999, au siècle dernier, quand ils ont voulu créer la Casa Buñuel à Calanda. Donc, pendant tout ce temps, j’ai rencontré beaucoup de gens, qui sont devenus plus tard des amis, comme Jean-Claude Carrière, comme Juan Luis Buñuel, qui m’ont raconté beaucoup d’anecdotes, beaucoup d’histoires sur Luis Buñuel. Et c’est avec toutes ces recherches et le souvenir de ces conversations avec ces amis que j’ai concocté ce nouveau documentaire intitulé “Buñuel”. Un cinéaste surréaliste”.

Et je comprends que la production a été mise en route pendant l’enfermement par Covid-19, parce que d’une certaine manière, beaucoup de choses que j’avais pensées sur Luis Buñuel ont refait surface.

Exactement. Je travaillais sur un autre projet que j’ai dû mettre en attente à cause de Covid, et j’avais donné une conférence à la Cineteca Nacional de México intitulée “Luis Buñuel”. Un surréaliste au Mexique”. C’était un succès, plein à craquer, et beaucoup de gens m’ont incité à faire un documentaire avec tout le matériel que j’avais montré. J’ai dit non, qu’une conférence est une chose et qu’un documentaire en est une autre, qu’ils ont un rythme totalement différent. Et c’est là que le projet est resté jusqu’à ce que, enfermés à la maison quand nous ne pouvions pas sortir, je l’établisse comme un défi. J’ai commencé à travailler pour préparer un scénario et c’est ainsi que tout a commencé.

Comment s’est déroulé le processus de recherche, la préparation du matériel ? Parce que des documents non publiés sont également apparus.

D’une part, j’ai eu l’occasion d’accéder à des films restaurés qui n’ont pas encore été vus en public, ce dont je suis très reconnaissant à la Cineteca Nacional de México, à la Filmoteca de la UNAM, à la Filmoteca Española et à la Filmoteca Francesa, qui m’a même donné accès aux chutes du tournage de “La edad de oro”, un matériel totalement inconnu.

Buñuel est une icône du surréalisme et, bien qu’il ait cessé à un certain moment de réaliser des films explicitement surréalistes, tels que “Un perro andaluz” ou “La edad de oro”, il n’a jamais abandonné ce mouvement.
Buñuel avec sa femme et l’acteur Robert Hommet pendant le tournage de “Un perro andaluz”

Bien sûr, Buñuel était un surréaliste avant de rencontrer les surréalistes. Il pense que “Un chien andalou” a été signé avant qu’il ne rejoigne le mouvement surréaliste, écrivant le scénario avec des procédés d’écriture automatique avec Salvador Dalí. Tout cela fait que lorsque les surréalistes voient le film, ils le reconnaissent comme le leur et Buñuel et Dalí sont immédiatement admis dans le groupe sélect des surréalistes, dirigé par André Breton.

Et pourquoi pensez-vous que Luis Buñuel a choisi cette façon de s’exprimer ?

Je pense que ça vient de son enfance. L’une des thèses sur lesquelles je travaille dans ce documentaire est l’influence de son père et d’un médecin républicain de Calanda. Ces deux influences n’ont pas été beaucoup étudiées à ce jour, mais je pense qu’elles sont très importantes pour comprendre la formation de Buñuel.

Et de fait, parmi les documents inédits, une série de photographies stéréoscopiques que le père de Buñuel avait prises sur des plaques de verre a été sauvée et nous avons travaillé avec l’intelligence artificielle pour les restaurer et leur donner une qualité impressionnante.

Dites-m’en plus sur l’influence de ce médecin.

Si l’on tient compte du fait qu’il était un fervent républicain, qu’il était anticlérical et qu’il aimait les insectes et avait une encyclopédie qui leur était consacrée, il y a déjà quelques éléments qui ont beaucoup à voir avec Buñuel.

Vous dites qu’avec ce documentaire, vous voulez ouvrir l’art de Luis Buñuel à une nouvelle génération de créateurs.

Bien sûr, je pense que l’œuvre de Buñuel est toujours inspirante, elle est toujours très riche. Il est déjà un réalisateur classique au sein du surréalisme, évidemment, mais aussi en tant que cinéaste. Et son travail est également étroitement lié à la littérature, mais aussi au monde de l’art, comme je le souligne tout au long du documentaire. Je pense que tout cela ajoute une très, très grande richesse. Et je suis sûr que tout créateur, pas seulement un cinéaste, un écrivain, un photographe, lorsqu’il sera confronté à l’œuvre de Buñuel, découvrira qu’il y a beaucoup de choses qui le toucheront, qu’il y a beaucoup d’éléments qui font partie de l’univers que Buñuel crée et qui vous captiveront.

En outre, il a une façon de faire des films ou de raconter des choses qui est toujours pertinente aujourd’hui, qui a beaucoup de choses qui peuvent s’engager avec l’art qui est fait maintenant.

Je crois que oui, c’est encore très actuel. Et il y a aussi une énorme leçon qu’il peut donner aux nouveaux créateurs, car il était très humble. Il avait très peu de budget et devait faire ses films avec très peu d’argent, alors il allait lui-même avec sa caméra pour repérer les extérieurs. Cela signifie qu’il avait ses films en tête avant même de les tourner et que le tournage était très fluide et économique. Aujourd’hui, beaucoup de gens cherchent un grand scénario pour faire un film énorme avec un budget gigantesque et de grands acteurs et actrices, mais pas Buñuel, Buñuel était capable, avec un scénario très élaboré, de faire des films qui font partie de l’histoire de l’art et du cinéma en lettres capitales.

Ce sont aussi des films qui offrent de nombreuses lectures. Il a apporté des thèmes très critiques et profonds à une majorité du public, qui a trouvé des films qui pouvaient être vus de différentes manières.

Exactement, et aussi fait avec une énorme liberté. Je suis surpris par la liberté des films de Buñuel, et je pense que ces films seraient impensables aujourd’hui en raison de la censure économique, de la pression publique… ces films ne pourraient pas être réalisés car ils seraient mal vus.

Parlez-moi maintenant du parcours de votre film. Vous avez participé aux festivals de Cannes et de Saint-Sébastien, comment avez-vous vécu cette expérience?

Pour moi, la première du film au festival de Cannes est un succès incroyable, car il s’agit du festival le plus important du monde, et le faire dans la salle Buñuel du festival de Cannes… Je pense qu’il n’y a pas d’autre endroit dans l’univers qui soit mieux adapté à la première de ce film documentaire.

Et il a également été choisi pour ouvrir la première édition du festival de cinéma Saraqusta, à Saragosse.

Exactement, après sa participation à Made in Spain, une section qui réunit le meilleur du cinéma espagnol de l’année, au festival de San Sebastian, elle a ouvert le festival de Saraqusta, un festival de cinéma historique. Et il va aussi être projeté au festival du film espagnol au Seminci à Valladolid, et aussi au Mexique, en Italie, de retour en France… Et maintenant je suis en route pour Madrid car le film clôture le Mestizolab, un forum de coproduction Espagne-Mexique.

Un voyage qui serait très spécial pour tout réalisateur, mais j’imagine qu’il l’est encore plus pour vous, qui êtes originaire de Calanda et qui avez un tel amour pour la figure de Luis Buñuel.
Luis Buñuel en tournage au Mexique.

Bien sûr, mais la vérité est que je dois avouer que tous les films que j’ai réalisés ont eu une grande tournée internationale et une grande diffusion dans la presse internationale, parfois, je dois l’avouer, encore plus qu’en Aragon.

Dans ce sens, pensez-vous que Buñuel est suffisamment justifié ici en Aragon ? Parce que dans des endroits comme le Mexique, il est une institution.

Je pense que c’est beaucoup plus le cas au Mexique qu’en Aragon. Et cela me blesse, car j’ai moi-même créé le Centre Buñuel Calanda, je l’ai dirigé pendant de nombreuses années et je lui ai donné une projection internationale précisément pour défendre la figure de Buñuel et sa relation avec Aragon. Mais ce sont des projets qui doivent s’inscrire dans la durée et je pense que, modestement, avec ce documentaire, je vais aussi contribuer à la diffusion de Buñuel et à cette revendication du Buñuel aragonais, parce que toute la première partie du documentaire a beaucoup à voir avec l’Aragon, et la fin du documentaire aussi.

Je suis curieux, car on dit toujours, et cela semble être un cliché, que Buñuel avait en lui la Calanda et l’Aragon, mais comment quelqu’un de la Calanda comme vous perçoit-il cela?
Luis Buñuel filme Nazarín.

Par exemple, lors du tournage du film Nazarín. Lors de mes recherches, j’ai découvert une boîte à chaussures remplie de photographies à la Filmoteca Española et j’en suis arrivé à la conclusion que Buñuel lui-même les avait prises en cherchant les lieux de tournage de ses films mexicains. Et de tous, celui dont j’avais le plus de photos était précisément Nazarín, car c’est un film qui se déroule dans de nombreux endroits. J’ai donc réalisé un documentaire sur ce film, en utilisant ces photographies, à la recherche de ces lieux aujourd’hui. Je les ai tous trouvés et j’ai eu l’impression que Buñuel avait précisément choisi ces lieux parce qu’ils avaient quelque chose à voir, un lien secret et nostalgique avec sa patrie : les rues en terre, les murs en adobe, le silence… beaucoup d’éléments qui ont à voir avec cet Aragon profond que Buñuel connaissait.

Vous avez parlé plus tôt de la relation entre Buñuel et Goya. Nous célébrons précisément le 275e anniversaire de la naissance du peintre, qui est très étroitement lié à Luis Buñuel.

Oui, et cela se reflète également dans le documentaire, avec une plaisanterie que Buñuel a faite lorsqu’il était à la Residencia de Estudiantes : il a affiché un poster pour une visite guidée du musée du Prado comme s’il était un spécialiste, et de nombreux professeurs américains se sont inscrits à cette visite, au cours de laquelle Buñuel a tout inventé et leur a raconté des mensonges sur Goya. C’est une anecdote amusante, mais elle montre la grande connaissance qu’avait Buñuel du musée du Prado et de ses liens avec l’art. Un lien secret, mais qui est mis en évidence dans le documentaire.

Vous avez fait beaucoup de recherches sur Buñuel, vous avez consacré presque toute votre vie à sa figure… reste-t-il des choses à découvrir sur lui?

Bien sûr qu’il y en a. Il s’agit d’un documentaire d’opinion, pour ainsi dire subjectif, réalisé avec le fruit de mes recherches, de mes contacts, de mes conversations, de mes souvenirs et des choses que j’ai trouvées en chemin au cours de toutes ces années. Mais on continue à trouver des éléments et toute personne qui commence à enquêter trouvera d’autres éléments et pourra donner une autre approche. J’ai axé ce documentaire, par exemple, sur la figure de Buñuel et ses liens avec le surréalisme, mais aussi en bouclant la boucle avec le premier documentaire que j’ai réalisé avec Gaizka Urresti, qui était un voyage dans les lieux où Buñuel a vécu, accompagné de Jean-Claude Carrière et de Juan Luis Buñuel.

Par exemple, lorsque j’ai réalisé le film “Tras Nazarín”, sur le film “Nazarín” de Buñuel, beaucoup de gens m’ont dit que l’on pouvait faire un documentaire sur chaque film de Buñuel. On peut faire un documentaire sur “Los olvidados”, “Viridiana”, “El ángel exterminador”… il y a beaucoup de films de Buñuel auxquels on peut consacrer un documentaire, et je laisse la porte ouverte aux futurs chercheurs.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x