9.1 C
Zaragoza
0.4 C
Huesca
1.7 C
Teruel
29 febrero 2024

Silvia Plaza, présidente de l’AJE : “Nous devons donner de la visibilité aux talents d’Aragon”

Silvia Plaza (Saragosse, 1986), diplômée en droit et en gestion d'entreprise, est l'actuelle présidente de l'Association des jeunes entrepreneurs (AJE) de Saragosse. Une institution dans laquelle le travail en réseau et l'esprit de collaboration sont des caractéristiques, et dans laquelle Silvia Plaza est arrivée en 2020 avec de grands défis à relever : une pandémie mondiale, l'éclatement de la guerre en Ukraine, l'augmentation du prix de l'énergie et la hausse générale des prix, entre autres, ont été des circonstances malheureuses qui ont conditionné la création, la consolidation et le développement des entreprises aragonaises. Un panorama complexe auquel Mme Plaza a été confrontée dès sa première minute en tant que présidente de l'AJE.

Silvia Plaza (Saragosse, 1986), diplômée en droit et en gestion d’entreprise, est l’actuelle présidente de l’Association des jeunes entrepreneurs (AJE) de Saragosse. Une institution dans laquelle le travail en réseau et l’esprit de collaboration sont des caractéristiques, et dans laquelle Silvia Plaza est arrivée en 2020 avec de grands défis à relever : une pandémie mondiale, l’éclatement de la guerre en Ukraine, l’augmentation du prix de l’énergie et la hausse générale des prix, entre autres, ont été des circonstances malheureuses qui ont conditionné la création, la consolidation et le développement des entreprises aragonaises. Un panorama complexe auquel Plaza a été confrontée dès sa première minute en tant que présidente de l’AJE.

Diplômée en comptabilité et gestion financière de l’université de Saragosse, titulaire d’une maîtrise en fiscalité des entreprises de l’Association des économistes d’Aragon et d’une maîtrise en droit des faillites de l’université de Deusto, Mme Plaza avoue être passionnée par le monde du droit et de l’entreprise. C’est pourquoi elle a fondé, avec ses associés, le cabinet Mercurio Abogados, spécialisé dans les affaires, l’urbanisme et l’environnement. Une entreprise qu’elle associe à ses responsabilités à la tête de l’AJE avec les mêmes ingrédients qui, comme elle l’avoue, l’ont conduite au succès dans les affaires : enthousiasme, passion, curiosité, effort, professionnalisme et plaisir. Comme elle l’avoue, “nous devons être rigoureux, formels et sérieux, mais cela n’est pas incompatible avec le fait de s’amuser. Nous avons besoin de kilos de plaisir, nous passons de nombreuses heures de notre vie au travail et le fait de s’amuser change à la fois l’atmosphère et les résultats.

En 2020, vous avez succédé à Pedro Lozano, PDG d’Imascono, à la présidence de l’Association des jeunes entrepreneurs de Saragosse (AJE). Quels ont été les plus grands défis que vous avez dû relever pour mener à bien un tel projet en pleine pandémie ?

J’ai dû relever de nombreux défis, car la situation était ce qu’elle était. En outre, le cœur de notre association est constitué par les relations, la création d’un réseau de contacts, et à l’époque, ces relations devaient être établies en ligne. Il ne faut pas oublier que notre point fort, ce sont les événements, les événements en face à face. Malgré ces circonstances, j’ai pris le relais avec beaucoup d’enthousiasme, mais aussi avec beaucoup de responsabilité, en raison de la situation difficile que vivaient les entreprises et les jeunes entrepreneurs à l’époque. Je crois que ce que nous avons vécu ces dernières années dans le monde des affaires est sans précédent et je pense que le réseau AJE a été un soutien très fort pour les entreprises qui font partie de ce réseau. Nous nous sommes soutenus mutuellement et nous avons collaboré dans la mesure du possible.

Dans quelle mesure l’associationnisme ou la collaboration entre entreprises influence-t-elle donc le développement d’une initiative d’entreprise en Aragon, surtout en période de difficultés ?

À Saragosse, il existe de nombreuses associations d’entreprises : sectorielles, géographiques… Il existe de nombreux types d’associations, chacune ayant sa propre identité et sa propre raison d’être. Dans le cas de l’AJE Zaragoza, ce qui unit les membres de l’AJE, c’est leur façon de voir la vie et les affaires. Je pense que ce sont des personnes très dynamiques, très ouvertes et très collaboratives. Le cœur de notre association est, pour moi, de tisser ce réseau de soutien. L’entrepreneuriat est une tâche compliquée dans le sens où il ne faut pas seulement considérer le modèle d’entreprise de ce que l’on va faire. Il y a beaucoup d’autres choses auxquelles vous n’avez pas pensé et auxquelles vous devez faire face. Et ce n’est pas tout, car vous n’êtes pas très doué pour la plupart de ces questions, car il est impossible de tout savoir. Et c’est encore plus vrai aujourd’hui, avec la vitesse à laquelle tout va et avec l’excès d’informations dont nous disposons.

LE SOUTIEN QUE L’ON REÇOIT DANS L’AJE EST BRUTAL, NON SEULEMENT POUR LA RÉSOLUTION D’UN PROBLÈME, MAIS AUSSI SUR LE PLAN MORAL.

Ainsi, avoir un réseau où vous raccrochez le téléphone (cela m’est arrivé en tant que membre) et dites à un autre membre que vous avez un problème, et cette personne vous aide à le résoudre, parce qu’elle est déjà passée par là… c’est un soutien brutal. Non seulement en termes de résolution du problème, mais aussi sur le plan moral. Nous parlons de la famille AJE. Nous avons tous une famille à la maison, mais lorsqu’il s’agit d’affaires, nous sommes comme des fous qui croient en leur projet et que personne d’autre ne comprend. Par exemple, malgré les années où j’ai gagné ma vie avec mon entreprise, ma mère me demande toujours pourquoi je ne passe pas de concours. L’entrepreneuriat n’est pas seulement quelque chose de rationnel, il y a une conviction interne qui est difficile à comprendre de l’extérieur. C’est pourquoi avoir la famille AJE, où il y a des gens qui ont les mêmes préoccupations que vous, qui vivent les mêmes choses, et qui vous apportent ce soutien moral… est la valeur principale de notre association.

Nous évoluons donc vers un modèle d’entreprise très différent de celui qui a prévalu jusqu’à présent.

Les personnes que je vois dans notre association sont très collaboratives, même au sein d’entreprises concurrentes. Je pense que cette attitude est beaucoup plus propice aux affaires. Notre association est un lieu où l’on peut se réfugier dans cette aventure qu’est l’entrepreneuriat, et où l’on peut nouer des relations avec des personnes de très haut niveau.

Quel est le profil moyen des membres de l’AJE ?

Nous avons différents types de membres. Il y a les membres juniors, qui sont en phase d’idée, et qui nous rejoignent pour apprendre des idées et voir comment ils peuvent aborder au mieux leur entreprise. Ensuite, il y a les membres moteurs, avec des entreprises consolidées, qui sont très engagés dans l’AJE et qui ont plus de 41 ans, ce qui est notre limite d’âge pour faire partie du conseil d’administration et avoir un droit de vote à l’assemblée générale. La grande masse des membres sont des personnes de moins de 41 ans qui sont dans l’entreprise depuis un certain temps. Nous trouvons très enrichissant d’avoir des personnes de différentes générations dont les entreprises sont à des stades différents, des synergies intéressantes émergent toujours.

Quelle est la proportion de femmes au sein de l’AJE ? Y a-t-il des femmes entrepreneurs en Aragon ?

Nous avons beaucoup de femmes, plus nous sommes jeunes, plus il y a de cas. Je participe à de nombreux forums d’entreprises où l’on peut constater que, peut-être dans les générations plus anciennes, il n’y a pas autant de femmes, mais dans le cas de l’AJE, il y a une présence féminine.

Quel est le niveau de présence internationale des entreprises membres de l’AJE ?

Oui, il y a des entreprises qui exportent, mais ce n’est pas la majorité. En général, et pas tellement à cause du profil des entrepreneurs de l’AJE, je crois que le tissu productif et entrepreneurial de ce pays n’a pas une grande vocation à l’internationalisation. Nous avons des entreprises qui exportent, mais ce n’est pas la majorité. En outre, de nombreuses entreprises de l’EJA et d’Espagne appartiennent au secteur des services, où il est plus difficile d’exporter.

La pandémie de 2020, la crise énergétique et les conséquences du déclenchement de la guerre en Ukraine ont marqué un début de décennie peu encourageant du point de vue de la création d’entreprises. Vous avez été à la tête de l’AJE pendant cette période difficile, comment pensez-vous que les institutions publiques pourraient aider à la création et à la consolidation des entreprises ?

La création d’entreprise a toujours été une tâche très compliquée. La détermination, la capacité de sacrifice et la persévérance de la personne qui porte le projet sont essentielles. Personne n’arrive à rien sans cet effort ; c’est un dénominateur commun à toutes les personnes que je connais et qui dirigent des entreprises. Ce qui se passe dans le contexte actuel, c’est que l’incertitude a augmenté de façon exponentielle. La pandémie, la guerre, le prix de l’énergie, l’IPC, les difficultés avec les matières premières, la situation économique, la situation politique en Espagne… le dénominateur commun est l’insécurité et l’incertitude qu’elles génèrent. On ne sait pas ce qui va se passer demain, et cela peut être n’importe quoi. Ici, les jeunes entrepreneurs ont fait preuve d’une grande flexibilité et d’une grande capacité d’adaptation. Leurs entreprises se caractérisent par une plus grande flexibilité et une plus grande réactivité.

LES JEUNES ENTREPRENEURS ONT FAIT PREUVE D’UNE GRANDE FLEXIBILITÉ ET D’UNE GRANDE CAPACITÉ D’ADAPTATION FACE À LA CRISE.

Ce que je crois que les institutions publiques et la sphère politique peuvent faire, c’est, dans le contexte d’incertitude que nous connaissons inévitablement, générer autant de certitude que possible. Par exemple, s’il y a quatorze lois et que chaque jour nous introduisons quatorze nouvelles lois, vous ne savez même pas de quel côté souffle le vent. Cela génère davantage d’insécurité juridique. Dans ce sens, je pense qu’il y a deux points essentiels à garder à l’esprit. D’une part, un message d’unité : sur les questions importantes, il devrait y avoir unité et unanimité. Les citoyens peuvent comprendre qu’il y ait des critères politiques différents sur certains aspects, mais je crois qu’il y a des objectifs globaux sur lesquels nous devrions tous travailler main dans la main. J’aimerais voir une table de travail où il y a unanimité sur les questions économiques, où il y a unanimité pour les travailleurs et les entreprises du pays. Il y a des objectifs communs, je pense que parfois nous nous perdons dans les débats et nous n’abordons pas ces questions économiques avec une stratégie en tant que pays. Une autre chose à faire est d’essayer de créer autant de sécurité juridique que possible.

Dans quelle mesure ces désaccords au sein des différentes institutions publiques espagnoles compromettent-ils l’image de l’Espagne en tant que pays, et de l’Aragon en tant que communauté autonome, vis-à-vis de ses entreprises ?

J’y ai toujours vu une certaine contraction. En même temps qu’il semble y avoir une série de mythes autour de l’Espagne, quand on cherche des talents, on les cherche en Espagne. On sait que les gens sont très bien préparés ici. Il y a une contradiction entre cette image, qui correspond à un cliché et qui est très éloignée de la réalité, et le fait qu’en réalité, beaucoup de gens d’ici sont embauchés en raison de leurs qualifications. Une autre chose est de savoir si nous savons tourner cela à l’avantage de notre pays, et c’est là que je pense que la stratégie politique en tant que pays dans le domaine des affaires et dans le domaine économique entre en jeu. Et c’est là que je pense qu’il devrait y avoir une unité.

L’AJE compte actuellement plus de 300 jeunes entrepreneurs dans ses rangs. Selon le dernier rapport GEM Espagne 2021/2022, le taux d’entrepreneuriat a augmenté au cours de cette période. Ce diagnostic a-t-il été remarqué dans l’activité de l’AJE ?

L’Aragon est bien en dessous de la moyenne nationale en termes de taux d’entrepreneuriat, mais le rapport souligne qu’une fois que les gens se lancent en Aragon, la vie de leur entreprise dure plus longtemps. On réfléchit plus, mais une fois qu’on a pris la décision, on est plus confiant. Nous sommes au-dessus de la moyenne nationale en termes de taux de survie des entreprises.

Le taux de survie des nouvelles entreprises en Espagne est d’environ cinq ans. L’Aragon dépasse-t-il ce taux ?

Oui, il dépasse même sept ans ou plus.

Ce rapport de l’Observatoire de l’entrepreneuriat en Espagne indique que 70 % des personnes qui créent une entreprise le font en raison d’une pénurie d’emplois. Quelle serait la principale motivation des membres de l’AJE lorsqu’ils lancent un projet d’entreprise ?

Dans l’AJE, je n’ai rencontré personne qui réponde à ce paramètre, ce n’est pas le profil des entreprises que nous avons dans l’AJE. Il y a des gens ici qui sont très passionnés et enthousiastes pour leurs projets. Et pour moi, c’est un facteur clé de la réussite d’un projet. Un ingrédient décisif dans la recette du succès d’une entreprise entrepreneuriale est la persévérance, l’effort et le temps que vous investissez. Plus vous croirez en votre idée et plus elle vous touchera, plus vous serez capable de traverser les hauts et les bas, de ne pas abandonner, de vous battre et d’être déterminé à atteindre vos objectifs.

Un engagement semblable à celui que l’on a avec un enfant.

C’est comme ça, c’est votre vie. C’est quelque chose que vous créez, que vous nourrissez… en fait, c’est comme un enfant.

L’une des premières étapes sur la voie de l’entrepreneuriat est le financement. Comme le montre le rapport GEM, 70 % des initiatives entrepreneuriales sont créées avec moins de 30 000 euros de capital, provenant principalement de l’épargne personnelle. Comment pensez-vous que cette réalité influence le développement des jeunes entreprises aragonaises ?

Il y a plusieurs choses à prendre en compte. Je crois qu’il existe des facilités de financement, mais il est également vrai que beaucoup de ces sources de financement recherchent des types de projets qui ne correspondent généralement pas à l’ensemble des projets entrepris. Par exemple, dans le cas des fonds européens, ils recherchent maintenant ce qu’on appelle des “licornes”, des entreprises à croissance rapide. Mais la réalité des projets réalisés, non seulement en Aragon, mais aussi dans le reste de l’Espagne, n’est généralement pas la même. Il y a parfois un décalage entre ce que les investisseurs ou les bailleurs de fonds aimeraient recevoir comme projet et les projets qui sont réalisés. Ce n’est pas qu’il n’y a pas de canaux de financement, mais plutôt que parfois je crois que le type de projets qui sont réalisés, beaucoup ont une vocation plus petite. C’est une réalité dans notre pays, ce sont des micro-entreprises qui n’ont pas la vocation d’une croissance exponentielle, ou qui n’y sont pas préparées.

IL Y A UN FOSSÉ ENTRE LES PROJETS QUE LES INVESTISSEURS AIMERAIENT RECEVOIR ET CEUX QUI SONT RÉALISÉS.

Un autre facteur qui influe sur cette question est la dispersion et la difficulté d’accès à l’information. Il existe souvent des canaux de financement, mais leur accès est difficile. En ce sens, j’ai trouvé très positive l’initiative du ministère régional de l’économie, de la planification et de l’emploi du gouvernement d’Aragon, une plate-forme où, en entrant vos coordonnées, vous pouvez savoir précisément quelles sont les subventions publiques qui s’appliquent à vous. Je pense également que le service offert par l’Espace entreprises de l’INAEM, qui fournit des informations pour des cas spécifiques, est très favorable. Vous pouvez également trouver ces conseils auprès de l’Instituto Aragonés de Fomento (IAF). Il faut garder à l’esprit que les entreprises en phase de démarrage, ou celles qui sont plus petites, font tout elles-mêmes, si pour n’importe quel type de financement elles doivent présenter des choses très compliquées… parfois elles ne se sentent pas capables d’en faire la demande.

Quels sont les programmes et les activités de l’AJE actuellement en place ?

Nous avons de nombreux projets. Par exemple, en mai, nous allons organiser un programme intitulé “En 4 heures, rencontrez 100 entrepreneurs”, un macro-événement de mise en réseau comme un speed dating, que nous n’avons pas organisé depuis avant la pandémie. Nous allons le faire avec Hiberus, Zaragoza Activa et des membres de l’AJE. L’idée est qu’en quatre heures, vous rencontrez beaucoup de gens, nouez de nombreuses relations et élargissez votre réseau de contacts.

Nous développons également “MentorizAJE”, le projet phare de notre association. Ce sera sa neuvième édition, nous avons créé un nouveau format qui sera assez révolutionnaire et très différent des autres éditions.

En octobre, nous célébrons le prix du jeune entrepreneur d’Aragon, qui a lieu tous les deux ans. Nous sommes impatients de voir quelles sont les initiatives et les projets. C’est un événement très important, car nous devons donner de la visibilité aux projets qui existent, et surtout à la personne qui est derrière eux, aux valeurs que ces personnes ont, à ce qu’elles font bouger et au talent que nous avons en Aragon. Je reste bouche bée lorsque je vois les projets présentés : les idées, la créativité et ce qui est réalisé.

D’autre part, le 22 juin, nous aurons notre dîner d’été, qui est un événement très attendu, tant par nos membres que par le reste de la communauté des affaires, parce que c’est un événement annuel qui attire toujours beaucoup de monde.

Nous organisons également nos réunions en terrasse, qui sont des rencontres informelles entre les membres, et le réseautage que nous faisons chaque mois, qui fait partie de nos activités régulières.

Vous êtes à la tête de Mercurio Abogados, un cabinet d’avocats spécialisé dans les affaires, l’urbanisme et l’environnement, avec le sceau RSA+ depuis 2019. Comment est née cette initiative et quels sont les défis que vous avez relevés au fil des ans ?

J’ai étudié le droit et l’administration et la gestion des entreprises, et j’ai toujours aimé le monde des affaires. En quatrième année de licence, lorsque j’ai étudié le droit commercial, j’ai adoré le droit des sociétés. Mon professeur, Esther Hernández, m’a transmis sa passion pour le droit des sociétés, et j’ai alors su que c’était à cela que je voulais me consacrer. C’est un domaine du droit qui mêle le monde des affaires et le monde juridique. Lorsque j’ai terminé mes études en 2009, j’ai commencé à travailler comme stagiaire dans un cabinet d’avocats et, en 2012, les avocats de ce cabinet ont décidé de faire le grand saut et nous avons créé une entreprise tous les trois : le projet Mercurio Abogados a vu le jour, qui s’appelait alors MSP Abogados. Au début, nous voyions qu’il y avait des choses qui ne fonctionnaient pas bien, nous ne savions pas si nous orientions correctement l’entreprise. Ils nous ont alors parlé de l’AJE et le premier jour où j’ai fait partie de l’association, lors d’un dîner, ils m’ont fait asseoir à côté de Ricardo Buil, le créateur de Central de Reservas. Pendant mes études, j’avais étudié son entreprise comme un modèle d’innovation, car c’était la première agence de voyage en ligne. Ricardo est aussi une personne brillante et, au cours du dîner, il m’a donné beaucoup d’idées, même si mon entreprise n’avait rien à voir avec la sienne. Il m’a aidé à prendre un virage incroyable et à faire preuve d’ouverture d’esprit. Il nous a également donné une perspective sur ce que les entreprises demandaient. À l’époque, notre clientèle se composait de 80 % de particuliers et de 20 % d’entreprises, mais nous voulions changer cela. Nous avons donc commencé à réfléchir à la proposition de valeur de notre entreprise pour y parvenir. Grâce au contact avec les entreprises d’AJE, avec l’ouverture d’esprit que l’on a en voyant ce que font les autres, on trouve des choses qui aident beaucoup notre entreprise.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut se lancer dans un projet d’entreprise ?

La chose fondamentale est de s’entourer de personnes. Il n’est pas nécessaire de créer une entreprise seul, et je suis sûr que si vous le faites en société, le résultat sera différent. Un entrepreneur doit être soutenu par quelque chose, quelle que soit la clarté de son idée, il a besoin d’ouverture d’esprit et d’autres points de vue. Surtout avec les réalités complexes dans lesquelles nous vivons aujourd’hui. Il se trouve que j’ai récemment été choisie comme marraine de la dernière promotion de la Faculté d’économie et de commerce, et dans le discours que j’ai prononcé, j’ai parlé de cela. Je leur ai dit que je n’avais pas la formule magique du succès, mais que je pouvais leur parler des cinq ingrédients d’une recette qui, en tout cas pour moi, fonctionne :

Enthousiasme et passion : vous devez faire quelque chose qui vous fait vibrer. Il faut croire en son projet jusqu’à la moelle.
Curiosité : nous ne cessons jamais d’apprendre, il faut être au courant de beaucoup de choses, et si vous n’êtes pas une personne curieuse, vous n’avancerez pas bien.
Effort : vous devez savoir que personne ne donne un centime pour une pièce de cinq cents et que les choses qui marchent bien demandent beaucoup d’efforts. Il faut être prêt à payer ce prix.
Professionnalisme : je pense que nous souffrons souvent de la médiocrité. On peut tout faire, mais il faut le faire comme les meilleurs. Quoi que vous fassiez, soyez excellent, faites-le avec rigueur et super bien.
Le plaisir : il faut être rigoureux, formel et sérieux, mais ce n’est pas incompatible avec le plaisir. Nous avons besoin de kilos de plaisir, nous passons de nombreuses heures de notre vie au travail et le fait de s’amuser change à la fois l’atmosphère et les résultats.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x