12.8 C
Zaragoza
15.4 C
Huesca
8.4 C
Teruel
12 noviembre 2022

Le célèbre ténor Javier Camarena ouvrira la nouvelle saison de grands concerts de l’Auditorium

L'Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, l'Orchestre symphonique du Théâtre Mariinsky et l'Orchestre Philharmonia de Londres, à l'affiche d'une saison exceptionnelle.

Javier Camarena, récemment honoré par la prestigieuse organisation des International Opera Awards en tant que chanteur masculin de l’année, s’est positionné comme l’un des artistes les plus éminents et les plus recherchés au monde, se produisant avec un succès retentissant dans les principaux opéras et salles de concert. Ces dernières années, il a enrichi son répertoire de nouveaux rôles, notamment Edgardo dans Lucia di Lammermoor de Donizetti et Gualterio dans Il Pirata de Bellini.

Après deux années sans Saison de Grands Concerts en raison de la paralysie des tournées des meilleurs orchestres internationaux à cause de la pandémie COVID, l’Auditorio de Zaragoza a présenté aujourd’hui son offre pour l’année 2022. La nouvelle saison, qui se déroulera de janvier à juin et comptera un total de 12 concerts (dont deux hors saison), se distingue par la grande qualité des orchestres sélectionnés, parmi les meilleurs d’Europe, et par la présence de Javier Camarena et de chefs d’orchestre et solistes exceptionnels de renommée mondiale.

C’est Javier Camarena qui ouvrira la saison le 17 janvier avec un concert hors saison, dans ce qui sera sans doute l’une des prestations qui suscitera le plus de passions, après son récital acclamé du 25 janvier dans la Sala Mozart. Le ténor mexicain, classé meilleur chanteur d’opéra en 2021 par l’organisation International Opera Awards, a toujours exprimé son affection particulière pour l’acoustique de la Sala Mozart depuis sa première représentation sur cette scène le 8 janvier 2019, qui a fait salle comble.

Les grands orchestres européens

Le 18 janvier, le tour des grands orchestres sera ouvert par l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, dirigé par l’Espagnol Gustavo Gimeno après son brillant passage à la Philharmonie de Berlin, dans un concert où il dirigera la Symphonie en ré mineur de C. Franck, une œuvre profonde, avec de nombreuses couches et contrastes, et qui réunit la forme cyclique française et la forme romantique allemande, avec de larges influences de Wagner et Liszt. Beatrice Rana, l’éblouissante pianiste italienne, accompagnera le groupe en première partie du concert pour interpréter la célèbre Rhapsodie pour piano sur un thème de Paganini de Rachmaninov.

Le 3 février, l’orchestre symphonique du théâtre Mariinsky, considéré comme l’un des meilleurs orchestres du monde, se produira avec son chef principal Valery Gergiev à la barre. Le chef russe est l’un des chefs d’orchestre les plus populaires d’aujourd’hui, doté d’un dynamisme hors du commun devant le pupitre, avec un style ferme, véhément et vigoureux, tout à fait dans la tradition de l’école russe de direction d’orchestre. Il a interprété le Concerto pour piano n° 2 de Brahms et le poème symphonique Une vie de héros de Richard Strauss, avec la participation de Nelson Goerner au piano.

L’Orchestre de la Suisse Romande prendra le relais international le 23 février et ouvrira son concert avec l’évocateur Concerto pour flûte et orchestre de Jacques Ibert, avec la star incontestée d’Emmanuel Pahud, considéré comme le meilleur flûtiste du monde et première flûte de l’Orchestre philharmonique de Berlin depuis 1993, accompagné des musiciens de la Suisse Romande. Comme une curiosité, Pahud fait le tour des scènes les plus brillantes avec sa flûte Brannen Cooper en or 14K, avec Jonathan Nott à la baguette. La Suisse Romande clôturera le programme avec une ode à la mort, à la vie et à l’amour en cinq mouvements passionnés : la légendaire Symphonie n° 5 de Gustav Mahler.

Le 17 mars, l’Orchestre symphonique de la radio de Vienne (ORF), l’orchestre régulier du Musikverein et du Konzerthaus, décrit comme l’orchestre le plus polyvalent d’Autriche, avec Marin Alsop comme chef d’orchestre et le violoncelliste Kian Soltani comme soliste, interprétera Heliosis de Hannah Eisendle, le Concerto pour violoncelle en la mineur, op.129 de Schumann et la Symphonie n° 7 de Dvořák. Marin Alsop, élève de Leonard Bernstein et seul chef d’orchestre à avoir reçu une bourse MacArthur, est reconnue sur la scène musicale internationale, portant sa conviction que “la musique a le pouvoir de changer les vies” dans le monde entier. Pour sa part, Kian Soltani, l’un des violoncellistes les plus remarquables de sa génération, a été décrit par Gramophone comme une “pure perfection”. Ses performances se caractérisent par une maîtrise technique et la capacité de créer un sentiment émotionnel immédiat avec son public.

Le seul orchestre britannique de la saison, le Philharmonia Orchestra of London, fera ses débuts avec Mozart le 20 avril. Le Philharmonia est l’orchestre le plus enregistré au monde et a eu des chefs d’orchestre de la stature de Karajan, Klemperer et Mutti. À Saragosse, il interprétera l’unique concerto pour violon composé par Beethoven, le Concerto pour violon en ré majeur, op.61, qui est devenu un incontournable du répertoire de l’instrument et, à cette occasion, l’Écossais Nicola Benedetti, violoniste surdoué lauréat, en 2020, du Grammy dans la catégorie Meilleur solo instrumental classique, qui, par curiosité, se produit dans certains concerts avec un Stradivarius Gariel (1717). Dirigé par Santtu-Matias Rouvali, l’ensemble clôturera le programme avec la Symphonie n° 5 de Tchaïkovski.

Le 11 mai, ce sera au tour de l’Orchestre symphonique de la radio suédoise, l’un des orchestres les plus prometteurs de la scène musicale européenne actuelle, dirigé par Daniel Harding, qui est également le principal chef invité du London Symphony Orchestra. Le concert, entièrement consacré à J. Brahms, comprendra les symphonies 1 et 3 du compositeur allemand. À titre d’information, la première symphonie de Brahms a été appelée par certains “la dixième”, en référence aux neuf symphonies de Beethoven, bien qu’elle n’ait pas beaucoup de rapport avec le style de Beethoven, mais c’est une œuvre très caractéristique du Brahms de la maturité. Quoi qu’il en soit, les symphonies de Brahms constituent l’un des points culminants du genre symphonique du XIXe siècle et sont restées constamment au sommet du répertoire symphonique jusqu’à aujourd’hui.

Le 24 mai, l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’un des orchestres les plus réputés au monde et le plus ancien de Russie, montera sur la scène du Mozart avec, comme chef d’orchestre, le grand maestro Yuri Temirkanov, dont la carrière de cinquante ans le place parmi les meilleurs chefs d’orchestre de la scène musicale. Dans ce spectacle unique, le maestro dirigera la Suite Carmen de Bizet et le Concerto pour piano n° 2 de Rakhmaninov, avec le rôle principal joué par le grand pianiste international Behzod Abduraimov.

Le rôle prépondérant de nos orchestres : de Bach à Stravinsky en passant par Nebra

Dans cette réunion avec les grands orchestres, il y a aussi une place pour nos propres groupes musicaux de grande qualité, comme les groupes résidents de l’Auditorium : Al Ayre Español, Los Músicos de Su Alteza et l’Orquesta Reino de Aragón, ainsi que l’Orquesta Sinfónica del CSMA.

Le 14 février, l’orchestre symphonique du CSMA se produira, un ensemble académique aux résultats de plus en plus fins et matures sous la direction de Miguel Rodrigo, avec un programme centré sur C.M.V. Weber et Stravinsky. La première partie sera consacrée aux compositions du maître romantique allemand, avec l’ouverture du Braconnier, op. 77 et le Concerto pour clarinette et orchestre n° 2, qui mettra en vedette le soliste Francisco Antonio García, qui enseigne à la chaire de clarinette du Conservatorio Superior de Música de Aragón et dont la grande musicalité et la maîtrise technique ont toujours été saluées par la critique. Le concert se terminera par le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky.

Le 8 mars, l’ensemble de renommée internationale Al Ayre Español, dirigé par Eduardo López Banzo, présentera un programme centré sur des œuvres de Cabanilles, Durón, Corelli, Francés de Iribarren, Seixas, de Torres et de l’Aragonais José de Nebra. Comme son titre ¡Con júbilo en el orbe ! le proclame, ce sera le grand festival de la musique baroque espagnole.

Le 4 avril, ce sera l’heure de l’une des œuvres de l’histoire de la musique qui ne fait aucun doute. Sa grandeur transcende le temporel et le strictement musical, artistique. C’est le cas de la Passion selon saint Matthieu, composée par Johann Sebastian Bach à la fin des années 1720. Une œuvre exécutée dans la partie musicale par les Musiciens de Son Altesse et dans la partie chorale par le Coro Amici Musicae. Les deux groupes seront dirigés par Luis Antonio González, chef de l‘orchestre baroque Los Músicos de Su Alteza, et Igor Tantos, chef du Coro Amici Musicae. Le rôle d’Evangelista sera interprété par le ténor José Pizarro, tandis que le baryton-basse Pablo Acosta prêtera sa voix à Jesús.

La saison sera clôturée par l’Orquesta Reino de Aragón le 23 juin, lors d’un concert “hors saison” dont le programme reste à déterminer, en attendant sa prochaine tournée en Chine, mais qui promet d’être spectaculaire. Un orchestre résident, comme les groupes précédents, de l’Auditorio de Zaragoza, qui fête cette année son dixième anniversaire, sous la baguette de Ricardo Casero, et qui, selon la critique, présente une maturité et une aisance interprétative à la hauteur des grands orchestres qui composent le panorama orchestral espagnol.

Un programme exceptionnel de retrouvailles avec les Grands Orchestres, qui sera le prélude au retour à une complète normalité dans la programmation de notre ville.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x