9.1 C
Zaragoza
0.4 C
Huesca
1.7 C
Teruel
29 febrero 2024

Dinesh K. Patnaik, ambassadeur : “Les entreprises espagnoles qui veulent s’internationaliser doivent être présentes en Inde”

A la tête de l’ambassade d’Inde en Espagne depuis près de deux ans, Dinesh K. Patnaik a un objectif clair : faire connaître le potentiel des deux pays à tous les niveaux. Conscient de la croissance de son pays, qui est devenu cette année le plus peuplé du monde, il affirme que les entreprises espagnoles qui veulent être globales doivent être présentes en Inde.

Comme il l’a souligné lors d’un entretien avec Go Aragón dans son bureau à l’ambassade de Madrid, les entreprises espagnoles ne peuvent pas manquer l’occasion de tirer parti de cette croissance.

Vous êtes à la tête de l’ambassade depuis le 16 janvier 2022. Comment se sont déroulés ces mois ?

J’ai pris mes fonctions en janvier 2022 et la première semaine de février, j’ai été reçu par le roi, ce qui signifie que je suis ici depuis un an et dix mois. Cela a été une période merveilleuse au cours de laquelle j’ai découvert l’Espagne comme un endroit où l’Inde devrait être en mesure de faire beaucoup plus.

Heureusement, nous avons de très bonnes relations avec l’Espagne, mais ces relations peuvent être encore meilleures, parce qu’en Espagne, il y a encore beaucoup de gens qui ne sont pas conscients du potentiel de l’Inde. D’autre part, lorsque les Indiens se tournent vers l’Europe, ils ont tendance à se tourner vers d’autres pays et moins vers l’Espagne.

C’est pourquoi nous construisons des ponts pour réunir des entreprises et des personnes : des hommes d’affaires, des politiciens, des universitaires, des étudiants, des personnes du monde de la culture… L’objectif est que les Indiens et les Espagnols apprennent à mieux se connaître.

NOUS CONSTRUISONS DES PONTS POUR RAPPROCHER LES ENTREPRISES ET LES PERSONNES.

Quels sont les principaux défis que vous relevez ?

Le défi est entièrement lié à l’information. En Espagne, les informations sur l’Inde sont limitées et, en Inde, les informations sur l’Espagne sont également limitées.

Je peux donner de nombreux exemples. Par exemple, très peu de gens en Inde savent que l’Espagne est l’un des plus grands exportateurs de défense au monde. Quand ils pensent au pays, ils pensent aux plages, aux fêtes, aux vacances… Les connaissances sont très limitées et la même chose se produit en Espagne à propos de l’Inde : ils voient un pays exotique, mais ils ne voient pas un pays où l’on peut faire des affaires, un pays à la pointe de la technologie et qui vient juste de faire atterrir un vaisseau spatial sans équipage sur le pôle sud de la lune, quelque chose qui a été très médiatisé en Espagne.

Les gens d’affaires, les universitaires et les politiciens sont plus au courant, mais pas la plupart des gens. Mon plus grand défi est donc de pouvoir éduquer les gens sur les différents aspects de l’Inde. Bien sûr, ils connaissent l’Inde, mais d’une manière générale : le yoga, Bollywood… Mais il y a plus de points forts : la technologie, le commerce, les affaires… C’est mon grand défi.

L’ambassadeur de l’Inde en Espagne, Dinesh K. Patnaik, pendant l’entretien. Photo : Inés Escario.

Comment se présentent actuellement les relations entre l’Inde et l’Espagne ?

Les relations sont très bonnes, nous n’avons aucun problème. Mais là n’est pas la question. Les relations ne se construisent pas sur l’absence de problèmes, elles se construisent sur autre chose.

Nous devons donc construire une relation qui nous permette de nous faire confiance, de faire des affaires, de faire travailler nos entreprises ensemble et de faire en sorte que nos échanges commerciaux atteignent des niveaux élevés. La présence des entreprises indiennes dans l’écosystème espagnol est encore très faible, et il en va de même dans l’autre sens. Nos hommes politiques doivent également apprendre à se connaître.

Je dis toujours que Christophe Colomb a quitté l’Espagne pour se rendre en Inde, et qu’il ne l’a toujours pas trouvée ! Il est arrivé en Amérique, mais l’Espagne essaie toujours de trouver l’Inde (rires). Je pense donc que ma tâche, la vôtre et celle de tout le monde est d’aider l’Espagne à trouver l’Inde et l’Inde à trouver l’Espagne.

LA PRÉSENCE COMMERCIALE DE L’INDE DANS L’ÉCOSYSTÈME ESPAGNOL EST ENCORE TRÈS FAIBLE, ET IL EN VA DE MÊME DANS L’AUTRE SENS.

En 2023, l’Inde préside le G20 et l’Espagne le Conseil de l’Union européenne, au cours de ce second semestre. Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes confrontés ?

Bien sûr, il y a beaucoup de choses que nous avons prévues pour le G20. Cette présidence est un moyen de montrer au monde le chemin parcouru par l’Inde et de se concentrer sur des questions très importantes pour le monde.

Au départ, le G20 était axé sur l’économie et la finance, mais au fil des ans, il est devenu plus politique. Nous voulions revenir aux questions essentielles : comment résoudre les problèmes économiques et financiers, comment traiter les questions de durabilité, l’environnement, la transition verte, la transition numérique. Ce sont là quelques-uns des domaines sur lesquels nous voulions nous concentrer.

Avec la présidence espagnole, il y a aussi des questions sur lesquelles nous pouvons travailler ensemble, comme la transition verte, la numérisation, la durabilité ou l’amélioration de la résilience des chaînes d’approvisionnement. Et, surtout, travailler ensemble à un accord de libre-échange. Mais, malheureusement, en raison des problèmes liés à la situation politique, l’Espagne n’a pas eu la capacité de faire certaines des choses qu’elle est prête à faire. Nous avons fait beaucoup, mais nous aurions pu faire plus.

L’ambassadeur indien en Espagne s’entretient avec Go Aragón dans son bureau. Photo : Inés Escario.

La Chine a cessé d’être le pays le plus peuplé au début de l’année 2023 et l’Inde a pris la tête du classement. Aujourd’hui, l’Inde est également la cinquième économie en termes de produit intérieur brut (PIB). Que signifient ces changements ?

Nous sommes le cinquième pays le plus peuplé et la cinquième puissance économique du monde, et nous deviendrons bientôt la troisième. La situation est très bonne pour nous : nous disposons aujourd’hui de la bonne combinaison.

Si vous regardez le reste du monde, il y a des problèmes de croissance du PIB et nous sommes les seuls à avoir une forte croissance du PIB, une faible inflation et un taux d’emploi élevé. Tous ces éléments positifs se produisent en même temps.

En fait, je ne pense pas que la population soit un fardeau, mais plutôt un atout. Nous avons une population très jeune et nous devons bien gérer cette question. Je suis sûr que nous y parviendrons, car le premier ministre et notre gouvernement se concentrent sur la manière de les préparer à affronter les problèmes du monde. Je pense donc que si nous gérons bien la question de la population, ce sera un grand atout pour le monde. Même aujourd’hui, si vous regardez les PDG de grandes entreprises comme Microsoft, Google ou Starbucks, vous trouverez un Indien à leur tête.

En fait, les Indiens sont une communauté que tous les pays veulent attirer parce qu’ils sont talentueux, intelligents, travailleurs et qu’ils ne créent pas de problèmes sociaux et politiques dans le pays. En ce sens, l’Inde, en tant que pays le plus peuplé et troisième économie mondiale, contribuera à l’économie et à la stabilité mondiales.

JE NE PENSE PAS QUE LA POPULATION SOIT UN FARDEAU, MAIS PLUTÔT UN ATOUT.

Le Fonds monétaire international estime que vous serez la puissance économique qui connaîtra la croissance la plus rapide dans les années à venir. Votre pays s’en rend-il compte ?

Notre croissance est plus lente que prévu, même si nous sommes la puissance économique la plus dynamique. Nous devons croître plus rapidement si nous voulons offrir à notre population les avantages du progrès et c’est pourquoi le gouvernement travaille dur chaque jour pour mettre en œuvre des politiques visant à garantir une croissance aussi rapide que possible de l’économie indienne.

Mais nous vivons dans un monde globalisé et notre croissance dépend également de l’économie mondiale. Cette croissance est donc freinée parce que la croissance économique mondiale a ralenti en raison de la guerre en Ukraine et de la hausse des prix. Aujourd’hui, c’est aussi le cas au Moyen-Orient. Tout cela va donc avoir un effet sur notre économie, même si elle reste celle qui connaît la croissance la plus rapide. Nous pouvons donc imaginer la vitesse à laquelle elle pourrait croître sans les problèmes mentionnés.

Dinesh K. Patnaik
Dinesh K. Patnaik sera l’ambassadeur de l’Inde en Espagne à partir de début 2022. Photo : Inés Escario.

Qu’en est-il des relations commerciales avec l’Espagne ?

Nous avons des relations commerciales d’une valeur de près de 8 milliards de dollars et nous avons des centaines d’entreprises espagnoles en Inde qui travaillent dans des domaines tels que les produits chimiques ou les communications. Il existe des domaines de collaboration intéressants, comme la défense ou l’espace, qui est un nouveau domaine.

En général, les relations sont très bonnes, mais très bonnes ne suffisent pas, elles doivent être excellentes pour parvenir à une meilleure situation.

Ce journal organise un cycle de conférences sur les opportunités commerciales en Asie. L’une des sessions, à Saragosse, était consacrée à l’Inde. Avez-vous des conseils à donner aux hommes d’affaires aragonais qui souhaitent investir dans ce pays ?

En général, les mêmes que pour n’importe quel homme d’affaires : bien faire les démarches administratives, connaître son marché, faire de bonnes recherches, être clair sur le produit que l’on veut vendre, acheter ou produire, embaucher les bonnes personnes?

En ce qui concerne spécifiquement l’Inde, je peux dire que les entreprises espagnoles qui veulent s’internationaliser doivent être présentes en Inde, et nous ne pouvons pas faire l’erreur d’attendre que l’Inde se développe encore plus pour y arriver.

Nous avons des entreprises de toute l’Europe – Allemagne, Italie, France, Royaume-Uni et Pays-Bas – qui se sont déjà établies en Inde. Les entreprises espagnoles ne peuvent pas manquer l’occasion de profiter de cette croissance.

J’invite donc toutes les entreprises qui souhaitent obtenir des informations à s’adresser à Go Aragon ou à l’ambassade. Nous venons de créer une chambre de commerce chargée de fournir des conseils sur différentes questions et nous espérons organiser bientôt un événement à Saragosse.

LES ENTREPRISES ESPAGNOLES NE PEUVENT PAS MANQUER L’OCCASION DE PROFITER DE CETTE CROISSANCE.

Quels sont, selon vous, les secteurs les plus intéressants dans lesquels les entreprises espagnoles peuvent apporter une valeur ajoutée ?

Les secteurs dans lesquels les entreprises espagnoles se concentrent le plus sont les énergies renouvelables, l’ingénierie, les industries chimiques et pharmaceutiques, ainsi que les technologies de l’information. Mais l’avenir appartient à l’industrie de la défense. Comme je l’ai dit, très peu de gens connaissent le marché de la défense en Espagne. La défense indienne est actuellement à la recherche de partenaires.

En fait, nous venons de passer une commande de 56 avions à Airbus, et nous sommes en train de négocier pour des sous-marins et des navires. En ce qui concerne les missiles et les radars, nous savons qu’il existe un marché énorme.

Il en va de même pour la technologie spatiale, à une époque où l’espace et le cyberespace représentent l’avenir. En termes de technologie spatiale, l’Inde est une grande puissance, nous venons d’atterrir sur la lune alors que d’autres pays n’ont pas réussi à le faire. L’Espagne possède également une industrie importante dans ce domaine, avec le lancement de satellites et de fusées. C’est un domaine dans lequel nous pouvons travailler ensemble.

Un autre aspect que nous partageons est la production cinématographique. En Espagne, elle est très importante et en Inde, nous produisons près de 3 000 films par an. C’est un autre domaine dans lequel nous pouvons travailler ensemble, mais aussi dans l’informatique ou dans l’industrie du jeu.

Et, bien sûr, nous pouvons continuer avec les secteurs traditionnels, tels que l’agriculture ou l’industrie pharmaceutique.

Selon l’Institut national des statistiques (INE), l’Espagne compte 51 440 personnes d’origine indienne, dont 225 en Aragon. D’après ce que vous avez pu observer à l’ambassade, quels sont les profils de ces résidents ?

Il y a deux profils de citoyens. D’une part, il y a ceux qui sont arrivés il y a longtemps et qui sont devenus citoyens espagnols. La plupart d’entre eux sont originaires d’une région spécifique de l’Inde. Ils ont également contribué à l’essor de l’économie espagnole.

Ils aiment tous l’Espagne, non seulement parce que c’est un pays où il fait bon vivre, mais aussi parce que nous partageons des particularités culturelles, comme le fait que nous sommes des gens très orientés vers la famille, heureux de travailler et de s’amuser en même temps.

Les étudiants représentent une part importante de la population, comment se passent les échanges avec l’Espagne ?

Oui, il y a de plus en plus d’étudiants qui viennent en Espagne, mais ils ne sont pas nombreux si on les compare à d’autres pays, comme l’Allemagne, où entre 10 000 et 15 000 étudiants viennent chaque année, ou la France, les Pays-Bas, et bien sûr le Royaume-Uni, le Canada ou l’Australie.

En Espagne, ils sont environ 2 000 à 3 000 par an, ce qui est très peu compte tenu de la qualité des universités du pays. Je pense donc que l’Espagne doit s’efforcer d’attirer davantage d’étudiants indiens.

Le principal fossé est celui de la langue, mais aujourd’hui, de nombreux Indiens apprennent l’espagnol et nous avons l’un des plus grands instituts Cervantes, qui ouvre de nouveaux centres. J’espère donc que de plus en plus d’Indiens hispanophones pourront profiter du système éducatif espagnol et travailler ici.

J’ESPÈRE DONC QUE DE PLUS EN PLUS D’INDIENS HISPANOPHONES POURRONT PROFITER DU SYSTÈME ÉDUCATIF ESPAGNOL ET TRAVAILLER ICI.

Lors de la conférence organisée par Go Aragón sur l’Inde, il a été souligné à quel point les jeunes Indiens sont bien éduqués. Comment le percevez-vous ?

Nous avons beaucoup d’étudiants qualifiés dans différents domaines : des ingénieurs aux médecins en passant par les experts en technologie. Le fait est qu’il y a une forte demande pour ces professionnels parce que l’Inde est en pleine croissance et que le monde est en pleine croissance.

Si nous parvenons à conclure cet accord, l’Espagne sera en mesure d’attirer les meilleurs talents de l’Inde sans problème d’immigration, puisqu’il s’agira d’une immigration légale.

Si nous parlons de culture, Madrid accueille en novembre prochain “Olé India”, un festival qui permet de mieux comprendre la culture indienne. Quels sont les aspects les plus appréciés de la culture indienne ici ?

Les Espagnols connaissent bien la culture indienne : le yoga, la méditation, tout ce qui a trait à la spiritualité… J’ai découvert ici qu’elle est surtout suivie par les femmes, qui connaissent également la joaillerie indienne et son industrie textile, qui sont parmi les produits les plus exportés. Elles connaissent aussi notre musique et nos danses, qu’elles soient bollywoodiennes ou traditionnelles.

D’ailleurs, lorsque je suis arrivé ici, j’ai été surpris de voir qu’il y avait des films indiens dans les cinémas. Il est également curieux de voir comment, surtout pendant la pandémie, des productions audiovisuelles sont arrivées en Inde : par exemple, “The House of Paper” est très connu.

Par ailleurs, comme je l’ai déjà mentionné, l’Institut Cervantès en Inde est l’un des plus importants, de sorte que tout le monde connaît des choses comme le flamenco, par exemple.

Oui, il y a beaucoup de coopération entre l’Espagne et l’Inde, ce qui ne se traduit pas tellement au niveau des gouvernements, où elle doit être davantage promue. Cependant, avec les gens, cela se fait automatiquement.

L'ambassadeur de l'Inde en Espagne, Dinesh K. Patnaik, dans son bureau. Photo : Inés Escario.
L’ambassadeur de l’Inde en Espagne, Dinesh K. Patnaik, dans son bureau. Photo : Inés Escario.

L’Inde est un vaste pays qui compte d’innombrables attractions touristiques.

Le tourisme intérieur croît beaucoup plus que le tourisme étranger. Pour donner quelques chiffres, le tourisme étranger représente environ 12 millions de visiteurs, tandis que le tourisme intérieur se situe entre 250 et 300 millions.

Nous nous concentrons donc sur une meilleure promotion du tourisme, car nous avons des endroits merveilleux à offrir avec de nombreuses options : patrimoine, tourisme d’aventure, nature, montagnes, ski, désert… Nous avons tout ce qu’il faut ! L’idée est donc de proposer des formules de vacances orientées vers le tourisme intérieur, mais aussi vers le tourisme extérieur.

Vous êtes en Espagne depuis deux ans, avez-vous pu visiter une partie du pays ? Et l’Aragon ?

Bien sûr que oui ! Au cours de ces presque deux années, j’ai visité de nombreux coins du pays, y compris votre région. Des Canaries à la Galice ou au Pays basque, en passant par la Catalogne ou Ceuta et Melilla. J’ai également été en Aragon, avec une visite au Monastère de Piedra, et à Saragosse, mais je n’ai pas encore fait de visite formelle, ce qui ne saurait tarder, je pense.

Personnellement, qu’est-ce qui vous plaît le plus dans ce pays ?

Ce que j’aime le plus, ce sont les gens. Ils sont aussi très chaleureux et familiers, ils parlent ouvertement et il n’y a pas de discrimination. En fait, c’est le seul endroit où j’ai plus d’amis espagnols que d’amis indiens.

Je suis également amoureuse de la cuisine espagnole. J’ai essayé beaucoup de choses et j’adore découvrir que la nourriture est très différente selon la région. La nourriture de Galice n’est pas la même que celle de l’Andalousie ou des îles Canaries. Et, bien sûr, le vin. Je retiendrai donc ces trois éléments : la nourriture, le vin et les gens.

CE QUE J’AIME LE PLUS EN ESPAGNE, CE SONT LES GENS.

Enfin, qu’est-ce qui vous manque dans votre pays ?

J’ai l’habitude d’apprendre beaucoup de choses nouvelles sur le pays où je vis et, de cette façon, votre pays ne vous manque pas tant que ça. Mais ici, en Espagne, je suis très heureux parce que cela me rappelle beaucoup mon pays : le concept d’amitié est similaire, l’amour de la nourriture ou même l’habitude de dîner tard.

Je me sens très à l’aise ici, donc l’Inde ne me manque pas tant que ça lorsque je suis en Espagne. Mais ce qui me manque le plus, encore une fois, ce sont les gens, les amis, la famille….

Je suis très heureux parce que ma femme est aussi ici en Espagne, et que mes deux filles sont l’une aux États-Unis et l’autre au Royaume-Uni, de sorte que nous sommes proches et que nous pouvons nous voir.

J’ai hâte de revenir à Saragosse, de rencontrer tout le monde et d’organiser d’autres événements ensemble.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x