17.4 C
Zaragoza
18.4 C
Huesca
14.7 C
Teruel
13 noviembre 2022

Fermín Serrano: “Le climat de consensus en faveur d’un Aragon social, vert et numérique contribue à attirer les investissements”

Fermín Serrano est le commissaire à l'Agenda 2030 du gouvernement d'Aragon. Titulaire d'un diplôme en ingénierie informatique, il collabore depuis 2014 avec la Commission européenne en tant qu'expert en innovation ouverte et en science citoyenne.

L’Agenda 2030 a été approuvé par l’ONU en 2015 et ce n’est qu’en 2018 que l’Aragon s’est doté de sa stratégie de développement durable. Pourquoi a-t-il fallu tant de temps pour voir que c’était essentiel?

Parce que lorsque le président Javier Lambán est arrivé au gouvernement, il a dû renforcer une série de politiques qui étaient affaiblies, nous sortions de la phase de crise internationale et c’était d’abord l’urgent puis l’important.

Et l’Agenda 2030 n’était qu’un élément important?

Il n’y a rien de plus important que de réunir les 17 ODD et d’atteindre la durabilité économique, sociale et environnementale.

Or l’Agenda 2030 est une feuille de route mise en place depuis 6 ans dans 193 pays et il y a encore des gens qui ne savent toujours pas ce que sont les ODD… Est-ce complexe, y a-t-il un manque de pédagogie… Comment y travaillez-vous?

Il y a un manque de communication. Il est très difficile d’atteindre 100 % du grand public qui sait quelque chose, mais nous dépassons les 25 % de la population générale qui connaît les ODD. Mais il y a un manque et tout ce qui est fait est bienvenu, donc merci beaucoup pour l’interview et comme le reste des médias qui sont très engagés dans cette diffusion ; les entreprises, les banques, les universités, les mairies… le premier engagement que l’on prend quand on s’engage volontairement dans l’Agenda 2030 est de le faire connaître.

Comment le gouvernement d’Aragon fait-il connaître les ODD?

La chose la plus importante est d’inclure la boussole des ODD dans toutes les politiques, les budgets et tout ce qu’elle fait. Tous les départements, stratégies et appels à propositions contribuent et montrent qu’ils contribuent aux ODD. C’est à moi de voir la contribution globale et de veiller à ce que les politiques soient coordonnées pour y parvenir. Dans les budgets et dans le plan de gouvernement de la communauté, ils sont pour les SDG, aussi les fonds européens de régénération….

Lorsque vous dites que les budgets sont basés sur les ODD, cela signifie-t-il que les dépenses du gouvernement pour les ODD ont été identifiées?

Oui, c’est l’une des premières choses que nous avons faites au cours de cette législature : rendre obligatoire l’enregistrement de chaque dépense avec l’ODD auquel elle contribue en priorité.

Quel est le montant estimé?

Il existe une annexe qui l’indique. Le budget 2021 était de 2 600 millions pour les ODD, ce qui n’est pas la totalité du budget du gouvernement d’Aragon car il y avait certains postes comme l’achat de médicaments ou de personnel de santé qui ne pouvaient pas être enregistrés de cette manière.

Quelles sont les actions sur lesquelles travaille le gouvernement d’Aragon pour relever les défis fixés par l’Agenda 2030?

Il y en a beaucoup. Compléter le revenu minimum de subsistance fourni par le gouvernement espagnol par des allocations régionales va dans le sens de l’ODD 1 ; introduire les ODD dans tous les programmes d’enseignement afin que les étudiants étudient le recyclage, l’égalité des sexes, la mobilité durable et apprennent avec les ODD est également l’ODD 5 ; toutes les campagnes de lutte contre la violence et l’égalité entre les sexes est l’ODD 6 ; les investissements pour préserver la biodiversité dans les parcs naturels comme Ordesa va dans le sens de l’ODD 13 ; nous avons des chiffres records en matière de sécurité publique basée sur la prévention et le travail avec 112 va dans le sens de l’ODD 16….. Tout ce que nous faisons sert à atteindre un objectif de l’agenda 2013.

En fin de compte, c’est mettre une étiquette sur quelque chose qui existait déjà auparavant: des valeurs comme l’environnement, la lutte contre la pauvreté, etc. qui, en tant que bon gouvernement, devraient contribuer au bien-être social.

En fait, tout ce que nous faisions contribuait aux ODD, au social, à l’environnement et de plus en plus au numérique. Il est vrai que l’Agenda 2030 a un rôle à jouer pour couvrir ce qui est fait, établir une cohérence et un cadre de travail partagé. Cela nous permet de mieux communiquer, de mieux nous évaluer entre les administrations et d’aider les plans gouvernementaux et les décisions stratégiques à aller dans la bonne direction.

L’évaluation est une étape clé. Nous parlons souvent des objectifs, mais rarement de ce qui est réellement réalisé. Je comprends qu’un outil a été mis en place pour contrôler la réalisation des objectifs du gouvernement.

Nous avons déployé, par l’intermédiaire du portail de transparence, l’outil VisualGob, qui permet de visualiser l’ensemble des politiques, des actions et du budget des départements, ainsi que leur contribution à chacun des 17 ODD. Vous pouvez voir l’accomplissement de chaque action et je pense que nous avançons à un bon rythme. En outre, sur le portail aragon.es, vous pouvez accéder à un ensemble d’indicateurs régionaux élaborés par l’IAEST, qui a mis au point, avec d’autres communautés autonomes, le tableau de bord partagé permettant d’évaluer les progrès accomplis dans la réalisation des ODD. Chaque institution a ses propres indicateurs et c’était un chaos ingérable, nous avons donc opté pour la création d’un tableau de bord automatisé et reproductible. Nous avons plus de 100 indicateurs pour analyser le nombre de personnes ayant accès à l’internet, dans les bidonvilles, les médias sur la qualité de l’eau, etc. Vous pouvez constater les progrès accomplis au cours des dix dernières années et dans la perspective de 2030.

Quelle est la réalité de ces indicateurs?

Les tendances sont bonnes en général, même si chaque indicateur est différent. Par exemple, dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités, nous étions sur la bonne voie, il y en a de moins en moins, mais avec l’arrivée de la pandémie, les inégalités ont quelque peu augmenté et nous devons les maintenir en tête de nos priorités. Où sommes-nous moins performants en Europe ? En décarbonisant notre économie, en recyclant et en dynamisant l’économie circulaire et en prenant soin de la biodiversité. Cependant, en ce qui concerne la qualité du travail et l’égalité des sexes, nous nous en sortons très bien.

Et au niveau local?

Teruel et Huesca sont dans quatre ODD parmi les 15 meilleures villes d’Espagne et Zaragoza est dans 12 des 17 ODD de ces 15 villes. Cela montre qu’en Aragon nous sommes meilleurs que la plupart, mais les ODD et l’Agenda 2030 ne sont pas une course, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir. Ni le triomphalisme ni la victimisation ne suffiront.

Selon VisualGob, 47 % de l’agenda numérique, 64,5 % de l’agenda social et 48,9 % de l’agenda vert ont été réalisés. La pandémie a-t-elle accéléré l’agenda social?

La pandémie a entraîné un changement majeur du tableau, mobilisant toutes les ressources vers la partie la plus sociale, vers les piliers de l’État-providence : santé, services sociaux et éducation. À l’époque, la numérisation a été forcée et nous a pris au dépourvu, ce qui a montré que nous devons maintenant réinvestir et réaccélérer les investissements dans des domaines tels que la numérisation des centres éducatifs et des universités, la télémédecine, etc.

Y a-t-il des défis qui auraient été relevés à une date plus proche de 2030 et qui ont déjà été atteints?

En général, oui, mais je veux voir le côté positif. Auparavant, de nombreuses personnes ne comprenaient pas qu’une action individuelle, à la première personne, pouvait avoir une répercussion mondiale. Le “mettez votre masque”, “faites-vous vacciner”, “restez chez vous” a servi le bien de tous et ce cadre mental est là pour rester. Des choses comme “achète trop de vêtements”, “ne jette pas une pile à la poubelle parce que tu vas contaminer les aquifères” ne semblaient pas aller avec eux. En outre, je dois souligner la réussite collective pour l’Europe et pour nous tous d’avoir engagé les fonds de relance européens qui permettront de réparer une partie des dégâts et surtout d’accélérer les transformations que nous avions déjà engagées vers le social, le vert et le numérique. S’il n’y avait pas eu de pandémie, il n’y aurait pas eu cette injection supplémentaire de fonds.

Cela montre-t-il que nous devons fonctionner comme une Europe unie face aux défis mondiaux et aux défis futurs?

Les objectifs mondiaux partagés, comme celui d’être le premier continent neutre en termes d’émissions, ont été accélérés par la pandémie. Des défis tels que la réduction de la perte de biodiversité ont été accélérés. L’Europe a accepté que les engagements qui étaient prévus pour 2055 le soient désormais pour 2050, et les délais sont accélérés.

Vous portez le pin’s SDG. Pablo Iglesias, lorsqu’il était deuxième vice-président du gouvernement et responsable de l’Agenda 2030, a même déclaré à une occasion que “le risque existe que les ODD deviennent un lifting pour certaines entreprises Ibex qui, à part porter le pin’s, n’ont rien fait d’autre”… Qu’en pensez-vous?

Je comprends ceux qui considèrent le green washing comme un problème. Personnellement, je pense que nous pouvons voir le verre à moitié plein ou à moitié vide en toute chose. Personne n’est totalement durable, aucun secteur n’est totalement durable et aucun secteur n’est totalement irresponsable. Je suis totalement contre la criminalisation en général. Bien sûr, il existe de mauvaises pratiques, mais je suis satisfait que quelqu’un qui ne savait pas auparavant ce qu’était la durabilité sociale, économique et environnementale soit en train de changer sa façon de comprendre le monde, de se comprendre lui-même et de travailler avec ses employés et ses collaborateurs, et qu’il prenne des mesures dans ce sens. Je n’aime pas prendre quelqu’un de haut et je ne pense pas que ce soit la bonne façon de proposer une alliance mondiale positive pour mobiliser davantage de fonds.

Comment les entreprises aragonaises se conforment-elles à l’Agenda 2030?

Comme tout le reste. Les grandes entreprises sont extrêmement bien informées et travaillent avec des actions très innovantes et souvent pionnières sur ces questions. Nous avons de grandes références en Aragon comme Clara Arpa, présidente du Global Compact, Juan Royo Abenia pour RSA, ECODES, CEOE, CEPYME… Mais les PME, les coiffeurs de quartier ou de village, les vétérinaires, toutes les petites entreprises, les indépendants ou les entrepreneurs doivent prendre conscience du potentiel des ODD pour leur activité. Le gouvernement d’Aragon a mis en place des mécanismes tels que le sceau RSA, qui a été décerné à plus de 1 000 entreprises, ainsi que des prix pour les meilleures pratiques…

La Conférence européenne sur l’innovation dans le domaine de l’eau 2019 (EUWIC) s’est déroulée en Aragon sous le signe des pratiques durables et guidée par les ODD.

Le développement durable est-il la seule possibilité de croissance économique en Aragon?

L’Agenda 2030 est inévitable. Xi Jinping en Chine parle de moins en moins de PIB et de plus en plus de durabilité environnementale et sociale pour son peuple, l’Europe ou Biden aussi et les grands fonds d’investissement vont tous vers les ODD. L’Aragon est une terre de pas fermes et nous avons une tradition importante dans l’économie circulaire, la mobilité durable, les énergies propres comme l’hydrogène vert et une culture et des valeurs citoyennes alignées sur les ODD. Le dialogue social est un excellent exemple que le climat de consensus vers un Aragon social, vert et numérique contribue à attirer les investissements, et cela se voit avec les grandes entreprises qui nous considèrent comme un territoire loyal, capable, innovant et intéressant pour développer leurs affaires. Ce que nous voulons, c’est que ces investissements soient une croissance équitable pour la société et des emplois de qualité avec une plus grande valeur ajoutée.

Comment imaginez-vous 2030?

Plus sociale, plus verte et plus numérique, mais avec beaucoup d’affaires inachevées sur lesquelles continuer à travailler, je suis sûr qu’il y aura une autre feuille de route et une autre feuille de route pour 2050 d’ici là. Nous n’allons pas résoudre tous les problèmes d’ici 2030.

Nous voulons en savoir plus sur vous… Recommandez-vous un endroit où manger à Aragon?

Je recommande le Bar Cervino à La Almozara (Saragosse). Son directeur m’a dit un jour quel était le secret de son succès et c’était aussi simple que la qualité et la cohérence. Et ils tiennent toujours leurs promesses.

Un voyage en Aragon?

Aux piscines de la rivière Bergantes à Aguavaiva, qui se trouve près de mon village, Mas de las Matas.

Un plan culturel?

Tout concert ou festival est un bon plan pour moi. Que ce soit dans les montagnes, à Sos del Rey Católico ou dans une salle de concert de Saragosse… que la musique ne s’arrête jamais et continue à nous sauver.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x