5.5 C
Zaragoza
3.5 C
Huesca
-1.3 C
Teruel
6 diciembre 2021

Ansó réimagine son costume traditionnel pour le 50e anniversaire de la Journée du costume de l’ansotano

Leurs propositions ont fait l’objet d’une exposition pour commémorer le 50e anniversaire de la Journée du Costume Ansotano. Il se compose de six looks qui reprennent la tradition de ce vêtement et le modernisent tout en respectant son essence. Découvrez comment Enrique Carrera réimagine le costume traditionnel Ansotano et le transforme en haute couture.

Il s’agissait au départ d’un projet pour le diplôme supérieur de stylisme, qui a fini par devenir une exposition admirée dans la ville même d’Ansó. Les six looks créés par le jeune designer Enrique Carrera ont enchanté tant les amateurs de vêtements de la ville d’Ansó que les passionnés de mode.

“J’ai été inspiré par les tableaux dans lesquels Sorolla a représenté les femmes Ansotan”, explique Carrera, “j’ai été frappé par le fait qu’un peintre aussi renommé s’intéresse aux femmes d’un village des Pyrénées, qui effectuent des mouvements migratoires pour gagner leur vie”. Le jeune homme fait référence aux femmes connues sous le nom de “golondrinas”, des Ansotanas qui se rendaient en France pour travailler à la fabrication d’espadrilles et qui, à leur retour, traversaient l’Espagne pour vendre ce qu’on appelle le “thé suisse”.

S’inspirant d’eux, il a créé une collection de six looks dans lesquels il apporte sa vision personnelle dans le but d'”élever la catégorie du costume traditionnel au rang de catégorie de la mode d’aujourd’hui”. Pour ce faire, il a utilisé des techniques de haute couture : “il s’agit d’une collection de Prêt-à-Couture, un mélange entre la haute couture et le Prêt-à-Porter de luxe, mêlant la confection du Prêt-à-Porter à des techniques traditionnelles liées à la haute couture, comme la broderie ou le modelage sur mannequins”.

La collection s’appelle Trasunto, un concept qu’Enrique Carrera a poussé au-delà de sa propre signification. Trasunto signifie “représentation fidèle de quelque chose”, un objectif que ses costumes ne cherchent pas à reproduire le costume Ansotano mais à le réinterpréter pour rendre hommage aux “femmes qui étaient super fortes et voyageaient pour pouvoir survivre et gagner de l’argent”, indique-t-il.

Une vision moderne qui a ravi Ansó
Détail du scapulaire conçu par Enrique Carrera.

Carrera a non seulement modernisé l’apparence du costume traditionnel d’Ansotan, mais aussi ses matériaux : “Il était fabriqué avec des tissus de laine, de coton, de lin… des tissus qui étaient fabriqués par les mêmes familles qui les cousaient. J’ai opté pour le mikado, le shangtung de soie, l’organza, le satin plissé…”. Cependant, tous ces changements n’empêchent pas ses créations de rappeler clairement ses inspirations : “Elles évoquent avec des couleurs, des silhouettes, avec des éléments caractéristiques… Je veux que les gens trouvent des similitudes avec le costume traditionnel, mais qu’ils voient quelque chose de différent de ce qu’ils ont l’habitude de voir”.

On en trouve un exemple dans les parures, les accessoires sous forme de bijoux et d’ornements qui accompagnent le costume Ansotano. Enrique les a évoqués en créant, par exemple, des scapulaires brodés et d’autres ajouts qui contribuent à façonner chaque pièce.

La basquiña en laine rouge était portée par les filles du costume Saigüelo Colorau, une tenue qu’elles portaient pour leur première communion. Elle avait également l’habitude de porter une chemise blanche à manches piquées, que Carrera réinterprète ici avec une grande fleur.

Le respect de la tradition vestimentaire d’Ansotan était tel que, lorsque le designer a présenté son idée dans le village, il a reçu une réponse très positive et a immédiatement proposé d’en faire une exposition : “J’ai expliqué le projet aux femmes responsables de la garde-robe, au conseil municipal… Je leur ai montré les figurines, elles ont aimé l’idée et ont voulu la présenter”. Mais la collaboration des habitants d’Ansó est allée au-delà de la simple approbation, deux des jeunes femmes du village se sont proposées comme modèles et de nombreuses femmes lui ont prêté d’authentiques bijoux d’Ansotan pour s’en inspirer. Et une fois les costumes exposés, lors de la célébration du 50e anniversaire de la Journée du costume, le succès a été immense, comme le rappelle le créateur : “La collection a été très populaire à Ansó, il y a eu des gens qui ont été émus, des gens qui sont venus voir l’exposition plusieurs fois… les retours ont été très positifs et j’ai été ravi”.

Ses costumes d’Ansotano sont visibles à Saragosse.

La renommée du costume Ansotan ne connaît pas de frontières et il semble que celle de sa réinterprétation non plus, car Enrique s’occupe actuellement de la future exposition qui, en septembre, présentera ses costumes à Saragosse. Le lieu ne pouvait être plus approprié : la maison Ansotano qui vient de rouvrir ses portes dans le Parque Grande José Antonio Labordeta. Il prépare également une autre collection qu’il présentera lors de la prochaine Aragón Fashion Week. Ce sont les prochaines étapes d’un designer qui, tout juste diplômé, peut maintenant se vanter d’avoir réalisé une collection de manière professionnelle et non en tant qu’étudiant. Tout cela grâce à sa vision du costume d’Ansotan qui, soit dit en passant, lui a permis d’obtenir un A dans le projet.

Ce dessin s’inspire d’une robe de soirée féminine avec une basquiña verte plissée, qui en réalité pouvait peser environ quatre kilos, et qui était ornée, comme la réinterprétation, d’un scapulaire.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x