-1 C
Zaragoza
-4.4 C
Huesca
-6 C
Teruel
30 enero 2023

Berta Lorente : “L’entreprise familiale est un projet de vie”

Go Aragón s'entretient avec Berta Lorente, PDG de l'entreprise d'arts graphiques Zaforsa à Saragosse et vice-présidente de la Chambre de commerce.

Berta Lorente (Saragosse, 1968) est directrice générale de Zaforsa, une entreprise familiale d’arts graphiques, et vice-présidente de la chambre de commerce de Saragosse. Avec son beau-frère, Jesús Glaria, elle dirige un groupe d’entreprises qui existe depuis 50 ans et dont ils représentent la deuxième génération.

Vous êtes vice-président de la Chambre de commerce de Saragosse et directeur général de Zaforsa, comment combinez-vous ces deux facettes?

Le processus d’apprentissage a été long, car cela fait maintenant 20 ans que je suis à la Chambre de commerce, ce qui est long. Je suis entré très jeune et les responsabilités que j’avais dans l’entreprise familiale n’étaient pas celles que j’ai actuellement. Tout au long des différentes législatures et grâce à la confiance du président Manuel Teruel et, maintenant, du président Jorge Villaroya, j’ai gravi les échelons au sein de la société. C’est fait du mieux que l’on peut, et cela m’a aussi pris avec mes enfants aînés. Évidemment, ma famille me soutient et j’ai une équipe qui m’aide à me libérer à tout moment, ainsi qu’à la Chambre de commerce où ils me facilitent la tâche. Je crois que nous pouvons tous faire plus que ce que nous faisons dans nos sphères d’influence.

L’entreprise familiale que vous dirigez est maintenant dans sa deuxième génération?

Oui, Jesús -Glaria- et moi représentons la deuxième génération et en ce moment il y a un membre de la troisième génération qui est en train de se former. Nous avons bon espoir qu’à la troisième génération, il y aura plus d’un membre, que plus d’enfants ou de neveux et nièces participeront à un projet de vie, car oui, en fin de compte, l’entreprise familiale est un projet de vie. Et nous posons de nouvelles bases pour que l’entreprise puisse continuer et progresser.

Est-ce un défi de reprendre l’héritage familial?

C’est très compliqué car les entreprises familiales vous obligent à être en première ligne. Et si, en plus, vous devez vous assurer que la prochaine génération est à la hauteur, c’est difficile. Je pense que c’est plus difficile aujourd’hui que lorsque mon père a passé le relais à Jesús et à moi, car les circonstances de l’environnement n’avaient rien à voir avec ce que nous vivons maintenant. La vie était beaucoup plus “lente”, tout était beaucoup plus lent, la prise de décision était beaucoup plus lente, les investissements étaient à long terme parce que les machines duraient éternellement…… Aujourd’hui, lorsque nous investissons dans des machines, en l’espace d’un an ou de quelques mois, elles sont pratiquement obsolètes et les modes de communication avec nos clients ont également beaucoup changé. Et puis il y a d’autres circonstances que nous vivons en ce moment. Je pense que la préparation des prochaines générations est désormais plus compliquée et les défis plus difficiles pour eux.

Inflation, guerre en Ukraine, conséquences de la pandémie… quelles sont les perspectives dans ce scénario?

Pour nous, la crise de 2008 a été une fenêtre d’opportunité pour de nouveaux développements et nous en avons profité pour innover beaucoup au sein de l’entreprise. Nous nous sommes bien débrouillés. Cependant, la crise ou la quasi-récession à laquelle nous semblons être confrontés aujourd’hui, nous ne savons pas vraiment quelle direction elle va prendre. Je pense que l’environnement est caractérisé par une grande incertitude. La guerre en Ukraine a perturbé tous nos plans. Pour nous en particulier, cela a eu un impact énorme sur la disponibilité et le coût des matières premières. Des augmentations de prix exorbitantes, avec plus de onze augmentations de prix au cours de l’année, ce qui est très difficile à répercuter sur le client. En outre, il y a une pénurie de nombreuses matières premières, ce qui nous a obligés à recommencer à “stocker” comme nous l’avons fait dans les années 1990.

Quelles initiatives du secteur public pourraient aider les entreprises à mieux faire face à cette situation?

Je suis un peu critique vis-à-vis du côté politique, dans le sens où ils devraient écouter et vivre un peu plus près de ce que la société, et plus précisément les entreprises, vivent en ce moment. En fin de compte, les entreprises se sentent, d’une certaine manière, coresponsables du maintien du pays. Je parle aussi des entreprises et des travailleurs, car les entreprises sont composées de personnes. Les décisions politiques doivent viser à garantir que les entreprises disposent des meilleures conditions pour être compétitives, pour survivre, et que ces conditions sont les mêmes dans tout le pays. Plus de 80 % des entreprises de ce pays sont des entreprises familiales, qui se transmettent de génération en génération. Il faut donc créer les meilleures conditions pour faciliter la transmission intergénérationnelle, afin que les nouvelles générations aient envie de s’impliquer et que la poursuite de l’entreprise familiale ne leur coûte pas beaucoup d’argent. Si nous devenons tous dépendants de l’État, l’État seul ne peut se maintenir. Il doit y avoir une coresponsabilité et les entreprises doivent être davantage écoutées.

Berta Lorente

 

Quelles sont nos forces et nos faiblesses sur ce territoire?

Je crois que nous, les Aragonais, sommes très courageux et que ce que nous avons obtenu ces dernières années, c’est de perdre une partie du complexe que nous avions, grâce à de nombreuses initiatives qui ont été rendues visibles par le secteur public, mais qui ont été menées par des entreprises. L’Aragon est la communauté autonome la mieux située stratégiquement et cela nous donne beaucoup de possibilités, pas seulement en matière de logistique. De nombreux projets très intéressants sont en cours, qui permettront à Aragon de devenir dans quelques années une communauté de référence, où les jeunes voudront venir étudier et créer leur entreprise. Je pense que nous devons y croire et que nous devons travailler ensemble pour que ce projet de vie des Aragonais puisse se réaliser, ce qui, au final, profite à l’Espagne.

Voulez-vous continuer dans cette voie en vous débarrassant de nos complexes?

Oui, j’ai visité de nombreuses entreprises, non seulement en dehors de l’Aragon, mais aussi des entreprises de mon secteur en dehors de l’Espagne, de grandes entreprises, et lorsque nous y sommes allés, nous avons été surpris de constater que la nôtre semblait merveilleuse, non seulement parce qu’elle est bien équipée en équipes de production, mais aussi en équipes professionnelles, parce que nos travailleurs sont très impliqués, nous sommes une entreprise de services dynamique et que ce que nous devons faire, c’est cela, aller à l’étranger et nous aimer. Nous avons plus de clients en dehors d’Aragon qu’en Aragon et l’une de mes tâches a été de donner de la visibilité à notre entreprise au sein de notre communauté autonome. Je pense que la Chambre de commerce nous a certainement aidés dans ce domaine et je tiens à l’en remercier.

Envisagez-vous d’ouvrir de nouveaux marchés?

Nous travaillons très peu en dehors de l’Espagne, nous travaillons un peu avec la France et directement avec des clients dans le secteur agroalimentaire ainsi que dans le secteur des loisirs et des événements. Nous travaillons principalement en Espagne. Probablement, notre orientation interne, qui pendant de nombreuses années a été axée sur le produit, est maintenant plus orientée vers le service et le service technologique. Et maintenant nous avons des projets, qu’il est encore trop tôt pour commenter, avec des clients importants, des multinationales, qui veulent aussi compter sur une entreprise comme la nôtre. C’est pourquoi je dis que nous ne devrions pas avoir de complexes, qu’il y a de grandes entreprises qui sont maintenant sur les lèvres des politiciens de la communauté et qui ont des entreprises comme les nôtres. Nous allons nous développer dans les nouveaux produits liés aux entreprises et je pense que nous allons beaucoup travailler sur la technologie.

En parlant de technologie, le monde de l’imprimerie a-t-il beaucoup changé ces dernières années?

Tout à fait. L’impression traditionnelle, analogique, a diminué, tandis que l’impression numérique a augmenté. Mais la qualité a également baissé, avec la disparition de profils qui n’existent plus, comme les correcteurs, et on se plaint maintenant que des erreurs sont commises. Cela affecte directement les personnes qui composent votre équipe. Quelle est notre différence par rapport aux autres entreprises ? Nous avons incorporé ce service gratuitement pour notre client. Mais, bien sûr, cela va à l’encontre de nos propres muscles.

Je suis un fan et un défenseur du papier, je crois que l‘histoire des entreprises ne se transmet que par le papier. Lorsque nous parlons d’entreprises centenaires, nous recherchons ces histoires, ces catalogues, ces calendriers, ces documents qui prouvent que l’entreprise existe depuis 100 ans. Et ils n’apparaissent pas sur une clé USB, sur un CD que vous ne pouvez plus lire, sur un iCloud dont vous ne vous souvenez plus du mot de passe. Et ils n’apparaissent pas sur le mobile que vous avez modifié et que vous n’avez pas sauvegardé. Elles apparaissent sur ces traces de papier ou sur cette étiquette, si vous êtes dans le monde du vin, que vous chérissez parce qu’elle date de l’année 35. Vous devez agir de manière responsable, vous ne pouvez pas utiliser l’impression analogique autrement que ce qui est nécessaire, ce qui ne signifie pas que vous cessez d’utiliser le support, un support qui est également durable. Mais, voyons, la tendance est au numérique et nous avons également pris un engagement clair en faveur du digital.

Berta Lorente

Vous avez été lié en tant qu’entreprise à des initiatives culturelles, comme le Festival Aragón Negro (FAN) et des initiatives de solidarité, pensez-vous que l’entreprise devrait également avoir un engagement social?

Nous sommes une entreprise extrêmement humaniste et avec l’humanisme vient l’éthique. Nous comprenons que l’entreprise est une extension de la famille, nous passons plus de temps ensemble ceux qui partagent l’espace que, parfois, nous passons avec nos propres familles. Et cela nécessite un engagement interne et une éthique. Une éthique que nous appliquons également à nos clients, qui sont des partenaires indispensables. Nombre de nos clients ont été les principaux moteurs des investissements que nous avons réalisés et des nouveaux développements et produits. Et cela signifie que nous devons agir de manière transparente et responsable. Je pense que l’éthique est le mot qui définit le mieux notre entreprise. Comme nous sommes une société de services, de nombreuses organisations sociales nous demandent de collaborer avec elles. Nous ne sommes pas une ONG mais, dans la mesure du possible, nous essayons d’aider un grand nombre de ces organisations.

Le FAN est un engagement purement culturel, mais je tiens à souligner notre engagement en faveur de l’esprit d’entreprise. Nous faisons partie d’une association à but non lucratif appelée Generando Futuro dans laquelle nous aidons non seulement les jeunes, mais aussi les jeunes et moins jeunes qui lancent un projet d’entreprise. Pendant un an, les entreprises qui composent l’association leur fournissent gratuitement nos services, en les accompagnant dans le processus d’être et de créer une entreprise. Je pense que cela fait également partie de notre engagement en faveur de l’environnement. Nous sommes engagés auprès d’Aspanoa et d’Atades depuis de nombreuses années…

Votre sœur Belén est correspondante pour TVE à Lisbonne. Imaginiez-vous, lorsque vous étiez petite, que vous atteindriez des objectifs aussi élevés?

Belén, plus précisément, je n’avais jamais imaginé qu’elle serait journaliste, car elle voulait être vétérinaire et a commencé à étudier la chimie. Mais à un certain moment, elle a décidé que le journalisme était sa vie et elle a organisé sa propre interview et étudié à l’université de Navarre (privée). Dans mon cas, je n’ai jamais pensé que j’allais devenir avocate, en fait, je ne suis pas avocate maintenant, je suis une femme d’affaires. J’aimais l’architecture, également assez éloignée de ce que je suis devenu. En fin de compte, la vie vous montre que l’entraînement est le point de départ d’un tremplin qui ouvre des portes, ou vous donne la possibilité d’ouvrir des portes, et ce que vous devez faire, c’est l’essayer. Belén est une femme très courageuse. Et j’ai une autre sœur, Conchita, qui travaille dans l’entreprise familiale et est responsable des ressources humaines.

Quelles mesures devons-nous prendre en tant que société pour que les femmes puissent décider librement entre leur vie professionnelle et leur vie familiale ou combiner les deux?

Chaque personne prend des décisions ou oriente ses vocations. Il y a des femmes qui décident de rester à la maison et de se concentrer sur leur famille, et ce choix est tout aussi légitime que celui fait par celles qui ne veulent pas avoir d’enfants et se consacrent à une vie professionnelle, managériale ou politique sans engagements familiaux. En fin de compte, ce sont des portes que vous ouvrez ou fermez au fil de votre vie. Ce qui doit être facilité, c’est que vous pouvez ouvrir ou fermer ces portes. Cela signifie qu’il doit y avoir une éducation égalitaire, qui doit commencer dans les familles et les écoles et respecter toutes les opinions. Nous devons commencer par le respect et faciliter les choses.

Que devons-nous faire en Aragon pour que les entreprises vendent davantage en dehors de la région?

Cela dépend du secteur, mais, par exemple, dans le secteur agroalimentaire, un effort important est fait, avec le tourisme, pour que les citoyens de l’extérieur de l’Aragon viennent vivre des expériences positives et puissent connaître les produits et services sur lesquels les entreprises aragonaises travaillent si bien. En outre, en dehors de l’Espagne, je pense que le parapluie doit être unique, qu’il est le parapluie de l’Espagne. Je suis très aragonais, mais quand vous allez à l’étranger, ils ne connaissent pas l’Espagne aussi bien que nous la connaissons nous-mêmes. D’autre part, l’effort qui est fait pour que Saragosse, Huesca et Teruel disposent de plates-formes logistiques et que des entreprises étrangères viennent s’y installer fait que la vente et le positionnement de ce que nous produisons dans notre région s’améliorent sensiblement. Je crois que tout ce qui vient d’Aragon est très bien accueilli, il est perçu comme compétitif et de haute qualité.

En dehors de la chambre

Un endroit pour manger…

Par affection, El Cachirulo. C’est le restaurant où j’ai célébré mon mariage et où j’ai célébré la communion et le baptême de mes enfants. Mais je pense qu’il y a beaucoup d’endroits en Aragon où l’on peut se perdre et s’amuser, la cuisine s’est beaucoup améliorée.

Un lieu en Aragon…
Panticosa.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x