-1 C
Zaragoza
-4.4 C
Huesca
-6 C
Teruel
30 enero 2023

Antonio Santa Isabel: “La croissance des exportations de la province a été énorme”

Le président de la chambre de commerce de Teruel accorde une interview à Go Aragón dans laquelle il passe en revue l'état de l'économie dans la province, les défis et les opportunités auxquels il est confronté et la manière dont il abordera son second mandat à la tête de la chambre de commerce.

Né à Madrid en 1971 et élevé entre la capitale espagnole et le Chili, Antonio Santa Isabel répète son mandat à Cámara de Teruel. Cette année, il a été réélu en juin comme président d’un organisme qu’il a rejoint après avoir travaillé pour d’autres entités telles que la CEOE, où il était vice-président provincial.

Cet homme d’affaires a été lié dans sa vie professionnelle à Telepizza, une entreprise dont il est franchisé. C’est avec cette entreprise qu’il est arrivé dans la capitale de Teruel, après avoir commencé sa carrière comme chauffeur-livreur pendant ses études de commerce à Madrid. “Je n’ai pas terminé parce que j’ai appris à jouer de la musique très bien”, plaisante-t-il. Avec un parcours fulgurant, en quelques années il a atteint le poste de superviseur et, à partir de là, il a décidé de faire le saut pour devenir franchisé à Teruel. Depuis lors, il s’est impliqué dans la vie sociale de la ville et défend la province “par-dessus tout”, comme il le dit dans cette interview pour Go Aragón.

Vous avez été élu pour la deuxième année à la présidence de la Chambre de commerce de Teruel, êtes-vous satisfait?

La vérité est oui, parce qu’au début, quand j’ai commencé, l’idée était d’être seul pendant un trimestre et, entre la pandémie et d’autres circonstances, cela n’a pas été suffisant. Nous avons beaucoup changé la vision et le positionnement de la Chambre dans la province de Teruel et nous avons voulu poursuivre le projet qu’un groupe de personnes, dont presque aucune n’appartenait à l’organisation, avait lancé. Nous étions très nouveaux ; en fait, je ne connaissais même pas la Chambre de commerce, c’est curieux.

Outre la consolidation de ce que vous avez commencé, y a-t-il aussi de nouveaux défis à relever?

Oui, il y a beaucoup de nouveaux défis. Avant tout, nous devons terminer les projets que nous avons commencés. La Chambre de commerce de Teruel a été la première, car les Chambres de commerce de Saragosse et de Huesca lui ont emboîté le pas, à créer des multiservices ruraux dans la province. Il s’agit d’un projet reconnu dans l’Union européenne qui est maintenant copié dans d’autres pays. L’idée était de continuer avec ces multiservices. Je viens du monde des affaires, de la franchise, et je voulais que ces multiservices ruraux soient comme une master franchise, pour maintenir l’image. C’était l’un des projets que nous avions sur la table. Nous voulions continuer à travailler sur l’internationalisation, car c’est ce qui a permis à la province de faire un bond en avant si important. Nous cherchions également un soutien dans les foires ; finalement, les gens vont aux foires typiques, celles de Madrid, de Valence… en raison de leur proximité. Et cette année, nous avons réussi à nous rendre à une foire en Galice ou à une autre à Paris. Nous avons fait des choses totalement différentes à l’étranger, par exemple, il y a deux jours, nous avons fait une dégustation en ligne de produits de Teruel pour 16 pays et 600 boîtes de produits ont été envoyées pour la réaliser. Ce fut un grand succès.

Ce que nous cherchions, c’était à innover beaucoup et à mettre la Chambre sur toutes les lèvres. Il y a quatre ans, la première chose que nous avons faite a été d’engager une personne chargée exclusivement des réseaux sociaux et de la communication. Ce que nous cherchions, c’était à nous ouvrir et à faire en sorte que les gens voient ce que fait réellement la Chambre de commerce.

Quelle est l’importance des multiservices ruraux dans une province comme Teruel?

Tout ça. Au final, lorsque la dernière boulangerie ou le dernier bar d’un village ferme, le village est mort. Alors, que faisons-nous avec les services ruraux ? Une boutique, un bar, un hôtel, un point de collecte de colis… le tout dans un seul magasin. Logiquement, il doit avoir un soutien, un soutien institutionnel, de la mairie, de la province, de la région et du gouvernement d’Aragon, jusqu’à la personne qui vient mettre son argent en jeu, qui est celle qui va le gérer. C’est une invention de la Chambre de Teruel il y a 20 ans et elle a fonctionné en pleine pandémie, lorsque les gens ne pouvaient pas aller au supermarché, car ils ne pouvaient pas se déplacer. Ils sont devenus des points de distribution des produits et de communication avec le monde extérieur dans de nombreux cas, car nous avons aussi des problèmes de connexion. En fin de compte, on lui a donné la valeur réelle qu’il avait et, depuis, il y a eu beaucoup plus de soutien institutionnel que n’importe quelle autre année. En fait, en 2022, des fonds sont venus de l’Union européenne qui, avec ce que le DPT a mis, ont atteint 700 000 euros. Ils ont été investis dans 70 multiservices et nous les avons complètement retournés. Et nous avons présenté un autre projet pour compléter les multiservices, afin qu’ils disposent tous de casiers numériques, d’une technologie de centrale d’achat et de cartes de fidélité pour les clients. Nous avons lancé des bons d’achat dans les zones rurales afin qu’il soit plus positif d’acheter au village que dans un grand supermarché, avec des remises de 30% sur l’achat.

Je pense que c’est là que le tournant a été pris et les multiservices sont, pour moi, une des grandes idées et, en fait, ils sont copiés par de nombreux pays de l’UE. Au cours des cinq dernières années, nous avons participé au programme européen Sarure, nous étions les leaders et, grâce à cela, cette idée a remporté de nombreux prix et est mise en œuvre dans de nombreux pays.

Antonio Santa Isabel
Antonio Santa Isabel FOTO: Marcos Díaz

Peut-on dire que ces multiservices ont également servi à structurer le territoire?

Absolument. Nous parlons du fait que, en fin de compte, ils sont un point de rencontre. Je pars du principe que sauver un territoire est très difficile, très compliqué ; sauver 200 et quelques villages de la province est impossible. Mais ce que nous ne pouvons pas faire, c’est jeter l’éponge parce que c’est impossible. Nous devons examiner les points qui peuvent être sauvés ; peut-être les chefs-lieux de comté, peut-être pas seulement eux, mais la ville suivante dans le même comté… Tout d’abord, nous devons fournir à ces villes des services minimums et ensuite nous devons laisser l’économie elle-même décider si c’est rentable ou non. Je pense que c’est ce sur quoi nous travaillons et je pense que nous travaillons bien.

Très récemment, les prix Pyme Teruel ont été remis par la Chambre de commerce et la Banque Santander…

Ils reconnaissent les petites entreprises de la province. Je dis toujours que, lorsque j’ai rejoint la Chambre, nous connaissions deux ou trois entreprises très puissantes dans la province, mais lorsque vous commencez à visiter les entreprises, lorsque vous allez à leur siège et que vous voyez ce qu’elles ont, le volume qu’elles gèrent, leur positionnement dans le monde, pas en Espagne ou en Europe, vous dites “attention”. Ce qui se passe, c’est que l’homme d’affaires de la province de Teruel a toujours été, disons, timide. Il n’a pas aimé parler de sa bonté, il a été très discret, il est passé très inaperçu et il n’a pas aimé être impliqué. Cela a joué en leur faveur, car ils ont grandi sans que personne ne les dérange, mais aussi contre eux, car ils ont été de grands inconnus. Ainsi, lorsque nous avons commencé à connaître les entreprises de la province, nous avons été surpris. Le Bas-Aragon possède des entreprises bestiales, les gens seraient stupéfaits s’ils allaient les visiter. Nous parlons de certains d’entre eux qui sont peut-être les deuxièmes meilleurs au monde dans leur domaine et personne ne le sait. La Chambre les met en lumière parce que c’est important.

Et puis, le scénario a beaucoup changé. Dans le passé, l’homme d’affaires en tant que tel, en Espagne, était un homme qui s’enfermait et ne voulait pas que quelqu’un sache ce qu’il faisait. Sa stratégie était sa stratégie. Le monde a changé, maintenant nous partageons les stratégies. Il est vrai qu’il y a des points qui ne peuvent pas être commentés, logiquement, mais, au final, ce que les entreprises ont, c’est beaucoup de communication entre elles. Et c’est ce que nous avons demandé au Club Cámara, où nous partageons ces informations. Cette communication entre les entreprises nous a permis d’accélérer les processus.

L’un de ces prix porte sur l’internationalisation. Comment la province se débrouille-t-elle à cet égard?

Teruel, au cours des 8-9 dernières années, n’a pas cessé de croître, pas même en cas de crise ou de pandémie. En d’autres termes, la croissance des exportations de la province a été phénoménale. Nous parlons d’une croissance de 10-12% et, en termes de nombre de transactions, de 30%, ce qui est ce qui fonctionne pour moi. Lorsque nous constatons un nombre très élevé d’opérations, cela signifie quelque chose de très important, à savoir que de nombreuses petites entreprises commencent à exporter. Et c’est très positif. Je pense que la pandémie nous a aidés à nous numériser beaucoup plus rapidement, chacun selon ses besoins. Je suis de ceux qui soutiennent que la numérisation n’est pas la façon dont on la vend ; il faut numériser en fonction de ce dont on a besoin. Ce que les entreprises ont réussi ces deux dernières années, c’est à se numériser et à partir à l’étranger, et cela nous a beaucoup aidés, notamment dans le secteur agroalimentaire, qui est assez fort dans la province et qui a explosé ces 6-8 dernières années. Et puis, dans l’industrie, nous avons connu une croissance importante.

Antonio Santa Isabel
Antonio Santa Isabel FOTO: Marcos Díaz

Quelles actions sont menées par la Chambre pour aider les entreprises à s’internationaliser?

C’est le gène des Chambers. Leur tâche principale est de s’internationaliser. Il existe un département d’internationalisation où l’entreprise vient nous voir, nous lui disons ce qu’elle doit faire, nous préparons une analyse et nous commençons à la mettre en contact avec d’autres hommes d’affaires. Notre principale fonction est l’internationalisation et c’est pourquoi nous avons ce réseau de chambres dans le monde entier qui fonctionne si bien. Si vous voulez lancer votre produit à l’étranger, c’est très facile pour vous.

En ce qui concerne l’agroalimentaire, quelle importance revêtent des labels tels que l’appellation d’origine “jambon de Teruel”?

Tout ça. Il ne faut pas oublier que l’appellation d’origine Teruel Ham a été la première dans ce pays, elle a donc déjà beaucoup de poids. Mais nous avons trois appellations au total, avec la pêche et l’huile. Je pense que le jambon de Teruel, en étant le premier, a été un pionnier et a ouvert la voie au reste des appellations et aux IGP (Indications géographiques protégées) qui s’ajoutent maintenant. Nous ne devons pas oublier que, dans l’agroalimentaire, nous avons des produits comme le dernier qui vient d’être incorporé, à savoir la truffe, dont nous sommes les plus grands producteurs au monde. Nous devons chercher à mettre en valeur ce que nous avons et il est vrai que Teruel, à bien des égards, a été un peu gênée. Et nous ne devrions pas avoir de complexes. Je dis toujours que je suis un fervent défenseur de Teruel et que je ne suis pas de Teruel. Je n’ai aucun lien avec Aragon. Mais je suis devenu de Teruel et maintenant je le défends par-dessus tout.

Et les infrastructures telles que l’aéroport et les espaces comme Motorland, que signifient-ils pour la province?

Vous avez mentionné deux des trois plus importants atouts de la province. Dinópolis a disparu. Dinópolis est une attraction touristique qui a changé la vie de la capitale et de nombreux villages environnants. Ensuite, nous avons la partie économique, qui est, selon moi, l’aéroport, un géant qui a montré que différentes choses peuvent être faites. C’est un aéroport qui est sur toutes les lèvres. Sur le plan économique, il prouve qu’il est viable et que chaque jour, la croissance multiplie le nombre d’entreprises présentes dans l’aéroport. Et Motorland est le vilain petit canard d’Aragon et je crois qu’il n’a pas fonctionné comme il le devait. Les gens ont pensé que c’était un circuit pour une course et il a été abandonné par le côté politique. Je pense qu’il faut surtout travailler sur le marketing, car c’est encore un produit qui n’a pas été mesuré. Quand le Grand Prix arrive et que nous voyons Motorland Aragón dans tous les médias, il est vu par 136 pays, des millions de personnes, et la répercussion est en Aragón, ce n’est pas Motorland Alcañiz ou Teruel. Je voudrais savoir, si c’était dans la province de Saragosse, si nous aurions terminé l’autoroute ou si nous aurions déjà construit huit hôtels autour. Parfois, il faut prendre des risques, et il faut le faire sérieusement. Et, au sujet de Motorland, il y a eu un peu de frein à main.

Quelle est votre évaluation de l’économie de la province?

Je pense qu’il est en bonne santé, il fonctionne assez bien pour ce à quoi nous sommes confrontés ; le problème de l’énergie, des matières premières, des transports… Je pense que nous sommes beaucoup plus préoccupés par la main-d’œuvre, c’est un vrai problème que nous avons. Il y a un taux de chômage de 3%, ce qui n’est pas du chômage, nous sommes à un moment où nous manquons vraiment de personnes. Nous devons apprendre à parler du territoire, à dire quelles sont ses vertus. Nous avons la qualité de vie. Quand je suis venue vivre à Teruel, mes enfants étaient très jeunes et maintenant ils ont 23 et 24 ans et je peux dire que je ne changerais ces années pour rien au monde, parce que j’ai eu du temps pour mes enfants, pour mon travail, pour mes amis, pour aller à Madrid et passer du bon temps, pour voyager… et tout cela, avec les communications que nous avons, qui ne sont pas ce que nous voudrions. Nous devons changer notre mentalité, savoir ce que nous voulons vraiment, si nous voulons vivre dans le stress ou dans la tranquillité d’esprit et profiter de la vie. Et quiconque vient vivre dans la province de Teruel en profite.

Quelles synergies y a-t-il avec les chambres de Huesca et de Teruel?

Nous avons une excellente relation. Lorsque je suis entré, je ne savais pas ce qu’étaient les chambres et je me suis retrouvé face à deux présidents qui étaient là depuis 10-12 ans. C’étaient des vétérans. L’accueil a été très bon et maintenant la relation est excellente. Il y a eu un changement de présidence à Saragosse et notre relation avec le nouveau président est excellente, nous nous entendons très bien, nous avons des conversations hebdomadaires. Logiquement, j’ai plus de relations avec le président de Huesca car cela fait quatre ans que je suis en poste. Mais pas seulement dans la région, mais aussi à l’étranger. Nous avons une relation avec les chambres de Catalogne, de Valence, de Soria, de Cuenca… avec ceux qui nous entourent, des conversations presque directes ; et cela est très positif.

Vous avez quatre ans de présidence devant vous, quel héritage souhaitez-vous laisser à la Chambre de Teruel?

Je voudrais laisser une Chambre que, au moins, tout le monde connaît, qui sait que c’est une référence économique. Et, surtout, que les institutions s’appuient davantage sur les chambres, car je pense que c’est très important. Lorsque vous voulez faire quelque chose de puissant, vous devez vous tourner vers les chambres, car elles ont des bureaux dans le monde entier. Les administrations doivent s’appuyer beaucoup plus sur les chambres, et les entreprises aussi.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x