21.6 C
Zaragoza
22.3 C
Huesca
19.5 C
Teruel
13 junio 2024

Travis Birds “L’atmosphère du Bosque Sonoro correspond à 100% à ma musique”

Travis Birds (Madrid, 1990) n'aime pas étiqueter son style. Depuis qu'il a commencé à s'entraîner avec la guitare de sa tante entre quatre murs jusqu'à aujourd'hui, avec deux albums sortis et de nombreux concerts derrière lui, il s'est abreuvé d'influences artistiques nombreuses et variées. En octobre, il sort son prochain album "Perro Deseo", dont nous avons déjà pu écouter une partie, et dans lequel il s'est tourné vers une musique plus joyeuse et lumineuse.

Pour quelqu’un qui ne vous a jamais entendus, comment décririez-vous le son et le style musical de Travis Birds ?

C’est toujours très difficile pour moi de répondre à cette question, je trouve cela très difficile parce que c’est tellement éclectique. Je m’inspire de beaucoup de choses différentes et je pense que le style est très varié dans ce sens. C’est toujours difficile pour moi de répondre, parce que toutes sortes de styles et de musiques très différentes m’inspirent, donc je ne saurais pas vraiment comment vous le dire. Je préfère presque laisser aux autres le soin de l’identifier.

En parlant d’influences, quelles ont été vos principales influences musicales pour débuter en tant qu’artiste ?

J’en ai beaucoup, mais si je devais mettre en avant quelques noms qui me tiennent à cœur, ce serait Chet Baker, Camarón, Amy Winehouse et Extremoduro.

En octobre, vous sortirez votre nouvel album “Perro Deseo”. Depuis l’album précédent, vous avez sorti cinq singles, seront-ils tous inclus dans l’album ?

Oui, compte tenu de la façon dont la musique est consommée de nos jours, nous avons pensé qu’il fallait donner à l’album le plus de vie possible. Nous avons donc sorti ces cinq titres de manière assez espacée dans le temps, et nous attendons finalement l’album complet en octobre.

À quoi peut-on s’attendre avec cet album ?

Il est assez différent des deux albums précédents, même si je pense qu’il réunit les deux mondes et en ajoute de nouveaux. Il est un peu plus lumineux que le précédent. Je me suis surtout inspirée des rythmes. J’ai travaillé avec des rythmes différents de ce que je faisais auparavant. Je voulais faire un album qui soit agréable à jouer en concert.

“La Costa de los Mosquitos” était un album très dense et sombre. Après cette tournée, qui a été assez longue, je voulais que les concerts soient un peu plus amusants, moins déchirants, moins dramatiques. Je suis allé vers quelque chose d’un peu plus lumineux.
Pourront-ils entendre tout ce nouveau matériel lors de votre concert au Bosque Sonoro ?

Pas en totalité. Nous apportons un résumé de ce que nous avons produit et des deux premiers albums. Nous apportons une bonne partie des nouveaux morceaux parce que nous les attendons avec impatience. Pour ce genre d’endroit, nous pensons qu’ils conviennent très bien.

À quoi peut-on s’attendre d’un concert de Travis Birds, en particulier au festival Bosque Sonoro ?

Nous apportons un mélange des trois mondes. Comme nous sommes encore dans le no man’s land en ce qui concerne l’album, et peut-être que s’il était déjà sorti, nous aurions tout défini, nous apportons les meilleures chansons qui ont le plus marché, donc ce sera un “greatest hits”.

Le fait que le festival Bosque Sonoro se déroule au milieu d’un environnement naturel vous plaît-il ?

Oui, j’adore cela. Je suis une personne qui vit très intensément dans la nature et le fait qu’il y ait des projets comme celui-ci me plaît beaucoup.

Pensez-vous que cette atmosphère correspond à votre musique ?

Cent pour cent, oui, cent pour cent. Je ne pense pas qu’il y ait un meilleur endroit.

Vous vous êtes déjà produite plusieurs fois en Aragon. Nous avons pu vous voir en concert au Monasterio de Veruela ou lors des fêtes de Pilar. Comment nous sentons-nous en tant que public ?

Nous sommes formidables. J’aime y aller parce qu’il y a toujours une très belle énergie. Les gens sont très respectueux, mais en même temps très affectueux et très proches, et je dis toujours : “L’Aragon est toujours bon”. C’est peut-être l’un des endroits où nous allons le plus souvent.

Vous souvenez-vous d’un concert avec une affection particulière ?

Pyrénées Sud, bien sûr. Ce n’était pas seulement le meilleur concert que nous ayons donné dans la région, mais je pense que c’était probablement le meilleur de ma vie. Donc, oui, les Pyrénées l’année dernière.

Qu’y avait-il de si spécial dans ce concert à Pirineos Sur ?

Le cadre en lui-même est incroyable et c’est un festival très important. Pour moi, faire partie de ce programme et être programmé le même jour que Rozalen a été très important dans ma carrière. Je ne pense pas l’oublier un jour.

Interview travis birds

Votre dernier single, “Cuando Satán vino a verme”, raconte l’histoire de votre apparition à l’un de vos fans lors d’un concert. Comment vous êtes-vous inspiré de cette chanson ?

C’est un peu la métaphore d’une journée de concert. C’est une métaphore que j’ai trouvée très agréable à raconter de cette manière. J’aime m’arrêter là pour expliquer, parce que j’aime vraiment que chacun donne sa propre interprétation et l’emmène vers sa propre métaphore.

Ce dernier morceau est produit par Tato Latorre. J’imagine que c’est un plaisir pour vous de collaborer avec des producteurs de ce niveau.

Oui, Tato est le meilleur. Tato est un superpro et je m’entends très bien avec lui. Nous sommes devenus de très bons amis. Je travaille avec lui, non seulement parce que je vis tout le processus avec lui et que j’ai beaucoup appris en travaillant sur tous les titres de l’album qu’il a réalisés, mais aussi parce qu’il rend les choses très faciles. C’est quelqu’un d’adorable et j’adore travailler avec lui. C’est très facile et très organique.

L’avant-dernier morceau, “Urgente”, a été composé avec DePedro. Comment les collaborations se mettent-elles en place dans votre cas ?

Je voulais vraiment faire quelque chose avec DePedro. J’attendais d’avoir une bonne balle à lui proposer pour qu’il ne puisse pas dire non, et ça a été très facile. Il m’a facilité la tâche, et il a également écrit le couplet qu’il chante.

J’adore cela, car je pense que cela enrichit la chanson et la collaboration, qui se résume souvent à ce que l’autre artiste chante une partie de votre chanson. Dans ce cas, le fait que nous ayons composé ensemble me semble brutal et très enrichissant.

Que préférez-vous : créer ensemble une chanson à partir de rien ou lui donner des paroles qui vous semblent convenir ?

Cela dépend de l’artiste. Dans le cas présent, j’avais le couplet et le refrain, et la structure de la chanson était claire. C’était à lui d’écrire la partie qu’il allait chanter et, comme Jairo écrit incroyablement bien, cela a été très facile dans ce cas. Mais cela dépend un peu du projet et de l’autre artiste.

Je l’ai également fait d’une manière différente. Avec Kevin Johansen, il a été encouragé à chanter l’un des couplets de la chanson finie. C’est aussi très sympa, parce qu’en fin de compte, cela lui donne la touche de l’autre artiste. Même si, dans le cas de Jairo, je suis très heureux qu’il ait voulu écrire une partie de la chanson.

Votre musique englobe un large éventail d’influences. Comment les combinez-vous pour ne pas être répétitif ou pour ne pas jouer toujours la même chose ?

J’essaie d’écouter beaucoup de musique différente. J’essaie de prendre ce qui m’inspire dans l’art en général, pas seulement dans la musique, mais dans tout, et de le traduire dans mon propre langage. Heureusement, comme la musique que j’écoute va d’un endroit à l’autre, je ne pense pas être tombée dans la répétition, même si nous nous désignons tous nous-mêmes en fin de compte. Mais j’essaie d’écouter beaucoup de choses et de m’imprégner de l’art en général, d’écouter beaucoup de choses, de regarder beaucoup de films et de m’inspirer de partout.

Je pense que la clé, c’est qu’on peut dire que c’est une chanson de Travis Birds, mais qu’elle ne sonne pas de la même manière que les précédentes.

Bien sûr, il faut trouver l’équilibre. Je vous dis que le meilleur moyen d’y parvenir est d’être inspiré et d’avoir ce que j’appelle des périodes d’éponge, c’est-à-dire de recevoir, de voir beaucoup de choses, de voir ce qui se fait, de s’intéresser à des musiques que vous ne connaissez peut-être pas encore… Tout cela vous donnera beaucoup de ressources.

Quel a été le moment le plus mémorable de votre carrière, celui dont vous vous souvenez le plus jusqu’à présent ?

Je ne peux pas encore vous le dire, mais j’ai récemment travaillé en studio avec un artiste très important. Peut-être que maintenant, en raison de son caractère récent et de l’importance qu’il a eue pour moi, je dirais celui-ci. C’est la situation actuelle que je traverse : de plus en plus de gens viennent à mes concerts et je peux faire des collaborations très importantes. Je pense que je suis dans un moment très cool.

Interview travis birds

Est-ce que c’est ce dont vous rêviez lorsque vous avez commencé dans la musique ou est-ce que cela vous a surpris ?

J’ai toujours eu de grands rêves, mais ils ont évolué. J’ai donc essayé de faire les choses comme je le voulais et j’ai laissé les choses importantes venir à moi. Je me considère comme très chanceuse parce que j’ai eu l’occasion de faire de très belles choses qui ont marqué des étapes très importantes dans ma carrière et j’en suis très reconnaissante. Il y a beaucoup de choses que je ne pouvais même pas imaginer lorsque j’ai commencé.

Parmi les artistes avec lesquels vous avez eu le plaisir de partager la scène, quels sont ceux dont vous vous souvenez le plus ?

Beaucoup. J’ai adoré chanter avec Mateo de Conociendo Rusia. Nous nous sommes rencontrés le même jour et j’ai adoré pouvoir parler avec lui. Avec Rozalen, avec lui, avec El Kanka… Vous me prenez en défaut, mais la vérité c’est que j’ai toujours été très bien entourée et j’en suis très heureuse.

Comment voyez-vous la scène indépendante ? Il y a de plus en plus de festivals qui lui sont consacrés, est-ce qu’elle connaît une croissance exponentielle ?

Il y a de plus en plus de projets. Nous sommes à un moment où, de mon point de vue, la polyvalence des projets s’accroît. Je constate qu’il y a un plus grand mélange et nous sommes à un moment qui me semble très riche à cet égard. Nous nous éloignons des étiquettes, car ce que l’on entend par “rock indépendant” n’est pas la même chose qu’il y a cinq ans.

Y a-t-il un artiste ou un groupe avec lequel vous aimeriez collaborer à l’avenir ?

Eh bien, avec beaucoup, pour être honnête, mais c’est impossible avec Robe.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x