24.8 C
Zaragoza
21.6 C
Huesca
21.2 C
Teruel
12 septiembre 2022

La cour de L’infante, le sauvetage d’un bijou perdu

Si vous visitez Saragosse, il y a un endroit plein de magie, de souvenirs, de complicités cachées, que vous ne pouvez pas manquer de voir, c'est le Patio de la Infanta : en y entrant, vous vous sentirez déjà dans un autre endroit, qui a beaucoup d'histoires à raconter, et dont, sans aucun doute, vous tomberez amoureux.

Que représente le Patio de la Infanta ?

Le Patio de la Infanta représente un bijou précieux qui, bien qu’ayant été perdu, a pu retourner à son lieu d’origine. Par miracle, il a pu rester en attente d’être sauvé, grâce à la persévérance de ceux qui ont refusé de perdre une partie précieuse de l’histoire de Saragosse. Il ne faut pas oublier que la capitale aragonaise était connue, avant l’indépendance, comme la “Florence espagnole”, en raison du nombre de palais de la Renaissance qui ornaient cette célèbre ville.

Patio de la Infanta. Zaragoza
Patio de la Infanta. Zaragoza

Un bijou qui a commencé comme un cadeau de mariage

Son origine remonte au début du XVIe siècle, avec Gabriel Zaporta, qui était un marchand très puissant à Saragosse. Lorsqu’il est devenu veuf avec deux enfants, il a rencontré Sabina Santangel, qui est devenue sa deuxième épouse.
Son amour pour elle était tel qu’en guise de cadeau de mariage, il lui a fait construire un palais qui restera un souvenir de son grand amour. Il fallait donc que ce palais soit unique, spécial, pour représenter le grand amour qu’ils avaient l’un pour l’autre.
En secret (car il s’est converti au judaïsme), il fait appel à un astrologue pour planifier soigneusement la date du mariage. Il a écrit l’“Horoscope du mariage” dans la cour, qui a perduré dans le temps, et nous savons aujourd’hui qu’ils se sont mariés le 3 juin 1549 à 18h50. D’en haut, Gabriel et Sabina, sculptés dans le bois, président la cour comme des complices, cachés, veillant sur l’horoscope secret de leur mariage.

Détails du Palais de l’Infante

Le palais, d’une superficie de 1.700 mètres carrés, était construit autour d’une cour centrale à ciel ouvert, selon la tradition romaine, et ses ornements, conformes à la mode italienne de l’époque, étaient une démonstration de richesse et de pouvoir.
La cour était décorée sur ses quatre côtés de seize médaillons représentant des bustes de personnages historiques célèbres tels que Charles Ier, Ferdinand le Catholique, Philippe le Beau, Charlemagne et des empereurs romains tels que Marc-Aurèle et Trajan.
Sous le parapet, sur les colonnes, il y avait 28 médaillons qui se regardent les uns les autres, représentant quatorze couples d’amants célèbres, tels que: Paris et Hélène, les juifs Abraham et Sarah, Eros et Psyché, Dante Alighieri et Béatrice, Jacob et Rachel, Ulysse et Pénélope, et le gréco-latin Sénèque et Pompéa. Pour cette raison, la maison Zaporta était connue en son temps comme le “Palais de l’amour“.

Quelque chose de cabalistique était caché sous les sculptures et les décorations.

Il fallut plusieurs siècles pour que toutes les sculptures historiques et les décorations mythologiques révèlent la cabale et le caché qu’elles contenaient, puisque sous les effigies de ces rois et empereurs, et une frise avec des visages d’amants universels, étaient soigneusement cachés les symboles correspondant aux quatre éléments classiques : L’eau, l’air, la terre et le feu reposaient sur les quatre colonnes centrales, qui contenaient à leur tour la représentation de quatre planètes : le soleil, la lune, Saturne et Mercure, disposées selon l’ordre du cosmos à un moment bien précis.

La dynastie est écourtée

Après quelques années, Sabina meurt et Gabriel Zaporta ne peut apparemment pas supporter cette perte. Un an plus tard, il la suit, mais avant cela, il donne les biens, y compris le palais, à son fils Luis, non sans lui avoir ordonné de ne jamais les vendre.

Pourquoi l’appelait-on le Patio de la Infanta ?

En 1793, María Teresa de Vallabriga, déjà veuve de l’Infant Luis de Borbón, frère de Carlos III, décide de retourner dans sa ville natale après des années passées à la cour et s’installe dans la maison Zaporta.
Cela a fait de la maison un lieu de rencontre pour les illuminés, les artistes et les intellectuels, et à partir de ce moment, le palais a été rebaptisé Casa de la Infanta et sa cour, Patio de la Infanta, nom sous lequel il a survécu jusqu’à aujourd’hui.

Incendie, démolition, anniversaire de la mort de son premier propriétaire

Le 11 septembre 1894, la maison Zaporta subit un incendie malheureux, dont seuls la cour et l’escalier sont sauvés. Après l’incident, les héritiers ont décidé de démolir la maison et de vendre ses murs. Curieusement, la démolition a commencé précisément le 4 février 1903, date de l’anniversaire de la mort de Gabriel Zaporta. Est-ce une coïncidence ?
Les intellectuels de l’époque ont déployé de nombreux efforts pour préserver les vestiges de la maison, mais la cour a finalement été vendue à l’antiquaire français Ferdinand Schultz pour la somme de 17 000 pesetas. Elle a été démontée, déplacée et remontée pour servir de vitrine à son magasin d’antiquités, où elle était visible au 25 rue Voltaire à Paris.

Patio de la Infanta
Patio de la Infanta

Le retour tant attendu

En 1958, une nouvelle était au centre de l’attention du monde entier, José Sinúes, alors directeur de la Caja de Ahorros de Zaragoza, Aragón y Rioja (aujourd’hui Ibercaja) avait décidé de la racheter avec la ferme intention de restaurer ce vieux et beau souvenir de Gabriel Zaporta, qui avait pu survivre pour montrer, d’une certaine manière, la splendeur de cette Saragosse de la Renaissance.
Le prix payé par José Sinúes était de 30 millions de francs français. Le patio est resté entreposé pendant plus de vingt ans, jusqu’à ce que finalement, en 1980, il soit installé dans le nouveau siège d’Ibercaja à Plaza Paraíso, c’est ici, où aujourd’hui, vous pouvez encore apprécier ce qui reste de la maison Zaporta, le “Patio de la Infanta” est un bijou plein d’histoire, digne d’admiration, une relique qui sûrement, cache encore beaucoup de secrets.

Une visite conçue pour les plus jeunes membres de la famille !

La visite de la cour de l’Infante peut sans aucun doute être très vivante et amusante pour les enfants, ils ne s’ennuieront pas même s’il s’agit d’un lieu de monuments, car Ibercaja a pris une initiative très créative dans l’intention d’attirer l’attention de ce public spécial ; ainsi en arrivant, les enfants sont accueillis par nulle autre que l’Infante Maria Teresa, qui se charge de leur raconter l’histoire de ce fabuleux joyau.
Mais ce n’est pas tout : ils peuvent danser un menuet, jouer à des jeux, faire des dessins dans la cour, bref, ils passent une excellente journée, s’amusant tout en apprenant l’histoire.
Donc, si vous avez l’occasion de visiter Saragosse, ne manquez pas l’occasion de visiter ce joyau caché.

Tout ce que vous avez à faire est de vous rendre au siège d’Ibercaja.
Vous pouvez également entrer par un accès direct, en entrant par la rue San Ignacio de Loyola 16, où vous verrez le “Patio de la Infanta”.

Si vous arrivez et qu’elle est fermée, vous pouvez entrer par les bureaux d’Ibercaja, il y a aussi un autre accès qui vous mène au “Patio de la Infanta”.

Heures d’ouverture pour votre visite :
Du lundi au vendredi de 8h30 à 14h30 et de 18h à 21h.
Samedi de 11h00 à 14h00 et de 18h00 à 21h00.
Dimanches et jours fériés de 11h à 14h.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x