6.1 C
Zaragoza
2.8 C
Huesca
4.9 C
Teruel
3 diciembre 2022

David Guirao : “J’aime Goya parce qu’il dépeint la raison par opposition aux monstres”

David Guirao (Saragosse, 1973) se consacre professionnellement à l'illustration depuis plus de 20 ans, notamment pour la littérature de jeunesse. Nombre de ses projets tournent autour de la figure de Goya et des thèmes aragonais. La dernière en date est une bande dessinée sur San Juan de la Peña, qu'il a illustrée avec le scénariste Pepe Serrano.

Quand votre intérêt pour le dessin a-t-il commencé?

Depuis qu’on m’a mis un crayon dans les mains, quand j’étais très, très petit, je dessinais déjà, mais je n’étais pas conscient du potentiel que le dessin pouvait avoir. J’ai simplement aimé dessiner et c’est quelque chose qui m’a hanté toute ma vie, le moment de dessiner me procure beaucoup de plaisir, beaucoup de bonheur. Tout type de dessin, même les plus ennuyeux, parce que j’aime vraiment dessiner.

Une commission?

Il est très important que la commission vous motive, mais vous allez chercher les ressorts pour qu’elle vous motive. Vous cherchez le terrain sur lequel vous pouvez l’emmener afin de trouver ce point et d’en profiter. Souvent, ce n’est pas qu’ils ne me motivent pas, c’est la difficulté. Quand on dessine quelque chose, l’important est de le connaître et quand on est chargé de faire quelque chose qu’on ne connaît pas, il y a déjà une difficulté, une peur et une tension qui font que la première chose à faire est d’enquêter, de chercher… et de trouver le point pour pouvoir le dessiner. Parfois, vous rencontrez des choses que vous devez communiquer par le biais de graphiques que vous ne connaissez pas, et c’est ce que je considère comme le plus grand défi.

Pouvez-vous donner un exemple de projet où cela vous est arrivé?

Je vais vous donner l’exemple de la bande dessinée San Juan de la Peña que Pepe Serrano et moi-même avons été chargés de réaliser. Lorsqu’ils nous l’ont proposé, j’ai trouvé cet espace fascinant, un des éléments du patrimoine culturel et artistique de notre territoire, et cela m’a motivé. J’ai proposé que ce soit un guide didactique ou un album illustré, mais la confrérie de San Juan de la Peña voulait une bande dessinée et moi, qui suis un lecteur régulier de bandes dessinées, je n’en avais jamais fait. C’est un langage très spécifique, j’apprécie davantage l’image fixe que la narration basée sur des séquences… et ce sentiment m’a conduit à ne pas être sûr d’être capable de le dessiner. Pour moi, c’était un défi, car dessiner une bande dessinée était quelque chose que j’avais toujours voulu faire, mais je n’en avais jamais eu l’occasion. J’ai cherché la possibilité de le faire avec un scénariste avec qui j’avais beaucoup d’affinités et avec qui je me sentais très à l’aise pour travailler, et c’est là que j’ai proposé de le faire avec Pepe Serrano. Nous avons passé deux mois sans savoir où aller, avec beaucoup de doutes… ce sentiment m’a personnellement tenu éveillé pendant de nombreux jours. Alors c’était un vrai plaisir.

Était-ce de l’insécurité?

Oui, et j’aime ce sentiment d’insécurité, il est important car il t’empêche de faire confiance et de te laisser entraîner, c’est une tension dans ta tête pour créer quelque chose d’intéressant. Si vous ne l’avez pas, vous êtes en pilote automatique et les choses sortent très abîmées. C’est un meilleur sentiment.

Que va-t-on trouver dans la bande dessinée de San Juan de la Peña?

Editorial Mira et la confrérie souhaitaient disposer d’un outil de communication et engager les nouvelles générations. Il était clair pour eux que ce devait être une bande dessinée, mais qu’elle devait montrer l’histoire du monastère, qu’elle devait avoir un but didactique, historique et pédagogique… mais nous ne voulions pas générer un tome plein de dates qui se transformerait en San Juan del “Peñazo”. Les enfants veulent prendre plaisir à lire la bande dessinée et nous avons cherché un moyen d’introduire des capsules et des informations toutes les quelques pages et de raconter une histoire qui soit une fiction. Nous avons proposé plusieurs idées et ils ont aimé une histoire sur deux auteurs qui visitent le monastère parce qu’ils veulent y situer une aventure fictive qu’ils ont créée. C’est une métacomique, on visite le monastère, on intercale des capsules d’information et l’imagination de leur histoire possible. Il y a plusieurs lignes narratives et c’est pourquoi ce fut un travail très difficile. Comme je l’ai dit, c’était un défi et c’est précisément ce qui nous a motivés…

Est-ce une façon de rapprocher le patrimoine et l’histoire d’Aragon des jeunes, car sinon ils ne le liront pas?

Exactement, c’est ce que la Fraternité voulait. Et si, en plus, ils ont suscité la curiosité d’aller au monastère et de voir à quel point l’espace est merveilleux, c’est ce que vous obtenez. Nous pensons qu’en tant qu’outil, la bande dessinée est absolument utile pour le plaisir et la communication. Elle a eu un impact considérable, précisément parce que c’est une langue qui est introduite dans la société comme un autre outil de communication. Il y a quelques années, faire une bande dessinée historique n’était pas si courant et aujourd’hui, cela semble se faire beaucoup.

Pensez-vous qu’il s’agit d’une publication qui pourrait être intéressante en dehors d’Aragon?

(pense) Je ne sais pas …. Je l’espère. Le monastère de San Juan de la Peña est absolument unique. Je pense vraiment que son cloître roman est l’un des plus importants d’Europe. C’est un espace tellement merveilleux que j’aimerais que beaucoup plus de gens le visitent.

Beaucoup de vos illustrations ou des livres que vous avez illustrés ont trait à des thèmes aragonais. Est-ce une nécessité ou un plaisir ?

Oui, j’ai eu la chance de travailler pendant de nombreuses années avec Gozarte, une société qui promeut l’art et le patrimoine aragonais. J’aime beaucoup l’histoire de notre pays, l’art… et je pense que nous avons un patrimoine très, très large et intéressant. J’ai pu travailler sur des peintres très célèbres en Aragon, l’histoire romaine à Saragosse, les légendes aragonaises… Je me sens très chanceux. J’ai eu la chance de pouvoir travailler sur ces matériaux et de leur donner cette vision.

Lequel choisissez-vous parmi tous?

C’est très difficile d’en choisir un. Il s’agit d’un court métrage d’animation que j’ai réalisé avec la Fundación Goya en Aragon pour célébrer le 275e anniversaire de la naissance de Goya. Les écoliers ont pu voir en 10 minutes ce qu’était la vie de Goya, sa façon de travailler, de peindre, sa façon de créer… J’ai beaucoup apprécié. C’était un support dans lequel je n’avais pas l’habitude de travailler.

Goya est l’un des personnages que vous avez le plus illustré.

Oui, avec Gozarte nous avons fait des guides didactiques. Ce n’est pas facile, il y a une partie sombre, dense… mais c’est aussi important pour les enfants de réaliser comment un génie voit des choses aussi dramatiques que la guerre ou ce qu’elle provoque, la corruption, le manque de professionnalisme des grands aristocrates. Ce genre de choses est très bien reflété dans Goya et il est bon que les enfants découvrent que l’art ne sert pas seulement à dépeindre, mais aussi à dénoncer ce qui émeut et inquiète un créateur”.

C’est ce que vous avez fait avec la réinterprétation du Ferdinand VII de Goya sur la Plaza del Pilar.

Oui, oui (rires). C’était un travail très difficile, quelque chose de presque immédiat, intuitif, dans la rue et en un temps record. Lorsque vous m’avez interrogé sur les commissions précédentes, je dois dire que j’ai beaucoup réfléchi à celle-ci. Je n’ai pas l’habitude de peindre devant le public, je suis gêné d’être vu en train de dessiner, je prends mon temps pour dessiner. D’ailleurs, quand ils m’ont proposé le portrait, je n’étais pas très motivé, je n’aimais pas le personnage. C’était précisément le défi, trouver un point, comme l’a fait Goya, qui n’avait pas une très bonne opinion de lui. J’ai souffert car il y avait du soleil, du vent, il pleuvait… mais j’ai passé un bon moment.

Quel était votre sentiment lorsque vous avez terminé la peinture ? Je pense que c’était l’une des réinterprétations les plus controversées.

Je pense que les gens connaissent le personnage, la vision de Goya du personnage et je pense qu’ils étaient tout à fait d’accord. Je ne cherchais pas la controverse. Quand je vois un portrait de Goya, je ne vois pas le modèle, je vois celui qui le représente : je vois Goya. Je ne me soucie pas de Ferdinand VII. C’était une critique d’un personnage qui était un mauvais professionnel, égoïste et nuisible au pays. J’aime Goya parce qu’il dépeint la raison face aux monstres ; c’est la pensée, la lucidité face à des personnages qui se comportent de manière corrompue ou monstrueuse.

Récemment, le musée du Prado a créé une île dans Animal Crossing consacrée à Goya et aux peintures noires. Pensez-vous que seuls les nouveaux langages tels que les jeux vidéo et les courts-métrages dont nous avons parlé précédemment sont le moyen de toucher le jeune public?

Ce que je constate chez les enfants d’aujourd’hui, c’est qu’ils ont une culture audiovisuelle très large et sont réceptifs à toutes sortes de langages littéraux, textuels et audiovisuels. Je pense qu’ils sont prêts à recevoir toutes sortes d’images, je ne pense pas qu’ils rejettent les images qui n’ont pas de mouvement, ils acceptent les livres illustrés. Je trouve fantastique que le musée du Prado s’adapte aux nouvelles formes de communication et aux nouveaux langages pour atteindre de nouveaux publics. Ils doivent trouver les ressources nécessaires pour rendre la visite intéressante et enrichir votre expérience. Il est vrai que lorsque vous allez voir un musée, il y a beaucoup de symboles et de langages à l’intérieur d’un tableau et vous ne les comprenez pas tous… si le musée vous offre quelques lignes directrices ou des moyens de le comprendre, vous l’apprécierez beaucoup plus. Pour profiter davantage d’un moyen d’expression, il faut le connaître et il faut que les entités en fassent la promotion.

Quels musées en Aragon choisiriez-vous?

À Saragosse, nous en avons de très puissants. Le Pablo Gargallo est absolument merveilleux, en raison du palais Renaissance, mais aussi parce que l’œuvre est spectaculaire. Le théâtre romain est magnifique et l’IAACC Pablo Serrano est très diversifié, avec des œuvres de Pablo Serrano et de Juana Francés, ainsi que d’autres artistes contemporains. À Saragosse, il y a un très bon choix de musées… vous pouvez visiter toutes les gravures de Goya dans le musée Goya !

Quel est l’état actuel de l’illustration en Aragon?

Il y a ici de très bons illustrateurs et créateurs en général dans le monde de la littérature pour enfants, ce qui est avant tout ce que je fais. Il y a de bons écrivains et illustrateurs, une bonne chaîne de grandes librairies qui prennent grand soin de la production de ceux d’entre nous qui travaillent ici et des bibliothèques qui valorisent les œuvres de ceux d’entre nous qui travaillent dans le secteur. Il y a aussi des enseignants qui rapprochent les jeunes de ce qui se fait dans notre pays.

En plus de travailler avec de grands éditeurs nationaux, vous avez conçu une falla valencienne. Comment s’est déroulée cette histoire?

Des projets qui vont et viennent… Quand j’étais enfant, j’aimais beaucoup Fallas, et il y a quelques années, un artiste de Fallas a pris contact avec moi. J’ai été surpris qu’ils m’appellent, mais nous avons travaillé ensemble et l’année suivante, j’ai réalisé une falla géante. C’était une expérience très cool, un travail d’équipe. Pour moi, c’était spectaculaire de voir mon travail créé dans un volume gigantesque, c’est l’un des plus grands projets sur lesquels j’ai jamais travaillé. Je ne sais pas si les Valenciens l’apprécieraient beaucoup ou non, parce qu’à Fallas, il y a différents styles et c’est tout un monde que je ne connaissais pas, mais c’était une expérience très intéressante.

Je viens de terminer un projet de livre avec Ana Alcolea, presque trois mois sans quitter la maison, un travail très dur, un beau livre sur les livres, les écrivains, les librairies, les personnages… en théorie, il sort au printemps. Je me sens libéré mais je dois travailler sur un projet concernant le Territorio Mudéjar, un guide didactique pour le rapprocher des écoliers, je suis en phase de documentation.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

VOUS POURRIEZ ÊTRE INTÉRESSÉ PAR

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x