26.6 C
Zaragoza
25 C
Huesca
23.2 C
Teruel
13 junio 2024

Marisa Felipe, auteur de “Casa Valer”: “Je me sens très aragonaise et j’exprime cet amour dans mes livres”

Marisa Felipe Escriche (Saragosse, 1968) se consacre depuis plus de dix ans au développement du leadership dans les organisations, en accordant une attention particulière à la visibilité du leadership féminin. Titulaire d’un diplôme en information et documentation et d’un diplôme en bibliothéconomie et documentation de l’université de Saragosse, Marisa Felipe publiera son troisième roman, “Casa Valer. Una decepción, una familia, una verdad encubierta”, un hommage à la famille, à l’environnement rural et au caractère aragonais. L’œuvre, qui sera présentée au siège de l’entreprise oscence Eboca, raconte les événements du peuple espagnol dans les années soixante, avec les conséquences de la guerre civile sur les personnes âgées, l’exode rural et le boom économique des années suivantes, avec le début de la démocratie et le développement des villes.

Marisa Felipe est une coach et une écrivaine qui est également connue pour transférer ses connaissances en matière de leadership au milieu scolaire, ce qui explique pourquoi, depuis 2013, elle donne des conférences aux parents, aux enseignants et aux étudiants de l’enseignement secondaire et supérieur. Une facette qui a donné naissance à l’un de ses romans les plus réussis, “Adolescentes del siglo XXI”, son deuxième livre après “Caesaraugusta Falls”, son premier roman, dans lequel elle dévoile les connaissances de l’univers du coaching. L’auteure aragonaise, formée à l’intelligence émotionnelle, à la PNL et à la pleine conscience, a été invitée à participer à la rencontre des femmes écrivains aragonaises à Yésero, aux Jornadas Culturales Trinitario Bartolomé et à des conférences/colloques à La Casa del Libro.

Son dernier roman, “Casa Valer”, qui se déroule à Huesca, sera bientôt publié.

Le roman se déroule dans un village de Huesca, dans un univers très familier, très rural, très aragonais. Il parle de cet univers, de la famille, des relations, en particulier des relations entre les femmes, qui est l’un des sujets qui me préoccupent et m’inquiètent le plus.

À quelle période historique se situe l’intrigue?

L’intrigue se déroule dans le présent, mais elle va aussi dans le passé. Il raconte la vie familiale de la protagoniste dans les années soixante du XXe siècle, le développement des villes, l’exode rural vers d’autres pays, d’autres villes?

MON LIEN AVEC LE MONDE DU TRAVAIL EST TRÈS FORT, AVEC LA RÉALITÉ DES ENTREPRISES ARAGONAISES.

Un roman sur le passage de la vie rurale à la vie urbaine.

Comment cet exode, ou cette origine rurale, influence les relations. Et comment les différentes migrations qui ont eu lieu au fil du temps ont également influencé le caractère et la vie des gens.

Quelle a été l’inspiration pour ce dernier roman?

Bien qu’il s’agisse d’un roman de fiction, il est vrai que j’ai toujours eu à l’esprit le village de ma mère, parce qu’il a été un lieu très important dans ma vie. C’est un endroit où je n’ai pas beaucoup vécu non plus, mais il a toujours été très présent dans ma vie. Lorsque j’écris, je me laisse aller, je ne suis pas une structure claire de ce que je vais raconter. Mais le roman est né dans cet environnement, c’est pourquoi je voulais que la présentation soit très proche de l’endroit où il se déroule.

Où le roman sera-t-il présenté?

Le 16 décembre chez Eboca, une entreprise que j’aime beaucoup, qui montre ce qui se fait dans le milieu de l’entreprise en Aragon. Comme mes liens avec le monde du travail sont très forts, avec la réalité des entreprises aragonaises, je voulais aussi montrer que ce qui se fait et que l’on peut faire des choses différentes, disruptives, et que l’on peut mélanger les romans et le monde de l’entreprise. Je voulais également dissocier les présentations que j’avais faites à Saragosse et les déplacer dans une autre ville.

Une sorte de “délocalisation” du centre de la vie culturelle aragonaise

Comme l’a récemment déclaré la mairesse de Huesca, Lorena Orduña, dans Go Aragón, “nous voulons mettre Huesca sur la carte”. Le jour où j’ai lu ce titre, la présentation à Eboca était terminée, j’ai pensé que c’était une très belle coïncidence.

Cette présentation est liée à votre facette de coach spécialisé dans le leadership pour les entreprises, bien que vous soyez bien connu en tant que coach dans les environnements scolaires.

C’est ma principale facette professionnelle. Il se trouve que j’ai un fils de 20 ans et que, lorsque j’ai accompagné mon fils à l’école, je me suis rendu compte que les parents vivaient avec beaucoup de stress. J’ai donc décidé de transposer à l’environnement scolaire ce que je faisais dans les organisations, à savoir le leadership et le travail sur soi pour obtenir de meilleurs résultats et prendre de meilleures décisions. Et cette facette de l’environnement scolaire a eu beaucoup plus d’impact, bien que mon travail soit axé sur le leadership au sein des organisations.

Couverture de son dernier livre. Photo : Marisa Felipe

En fait, son roman “Adolescentes del siglo XXI”, qui tourne autour du concept de leadership au sein de la famille, a été l’un de ses principaux succès éditoriaux : la semaine du 12 au 18 décembre 2022, il a été l’une des meilleures ventes dans la capitale aragonaise, selon les données fournies par l’association des librairies de Saragosse.

De plus, cela a été très rapide, nous venions de le publier et dès la première semaine, il était déjà le livre de non-fiction le plus vendu en Aragon. Ce fut une grande surprise et une grande satisfaction. Le sujet des adolescents est très brûlant et préoccupe beaucoup les parents. C’est pourquoi j’ai également écrit ce livre, car j’ai constaté que les parents avaient besoin de se calmer et de se détendre pendant cette période.

Ce livre est présenté sous une prémisse intéressante: “être capable de se diriger soi-même pour que nos enfants puissent se diriger eux-mêmes”.

Nous vivons dans une société où tout va si vite, où nous avons tellement d’impulsions, et où nous faisons tellement de choses que nous n’avons pas le temps de nous arrêter. Le fait de se diriger soi-même signifie que nous devons prendre du recul : nous sommes très préoccupés par nos enfants et nous nous négligeons un peu nous-mêmes. Nous, les parents, croyons aussi que nous éduquons par ce que nous disons, mais en réalité, nous éduquons par ce que nous faisons. C’est pourquoi j’insiste sur le fait de prendre du recul, de s’arrêter un moment et de se rendre compte de ce que l’on fait. Car parfois, nous exigeons de nos enfants des choses que nous ne faisons pas. Diriger, c’est s’observer : si nous sommes calmes, si nous entreprenons des tâches de manière exigeante avec eux ?

Nous allons “comme des poulets sans tête”, comme on dit.

Absolument, et c’est l’un des signes de notre société. Les parents sont très préoccupés par l’éducation de leurs enfants, et je pense que nous devons prendre du recul dans le sens où nous allons nous regarder nous-mêmes, et à partir de là, nous allons voir ce que nous allons changer.

LORSQUE J’ACCOMPAGNAIS MON FILS À L’ÉCOLE, JE ME SUIS RENDU COMPTE QUE NOUS, LES PARENTS, VIVIONS AVEC BEAUCOUP DE STRESS. J’AI DÉCIDÉ DE TRANSPOSER CE QUE JE FAISAIS DANS LES ORGANISATIONS À L’ENVIRONNEMENT SCOLAIRE.

Dans “Adolescents du 21e siècle”, vous proposez différentes techniques de leadership : la réflexion, l’acceptation et la gestion du changement, l’art de poser des questions, la pleine conscience, l’auto-motivation… Est-il compliqué aujourd’hui de suivre ces techniques?

Non, pas du tout, il y a toujours un temps pour tout, le problème est que nous sommes très occupés par beaucoup de choses qui ne nous donnent pas l’espace nécessaire pour réfléchir. L’une des choses que j’observe chez les parents, c’est qu’ils sont très préoccupés par l’utilisation abusive des appareils, en particulier des téléphones. Mais je leur dis toujours que nous utilisons également ces appareils à mauvais escient. Nous avons aussi des réseaux sociaux, nous y passons beaucoup de temps. La première chose que je recommande est de s’arrêter et de regarder ce que l’on fait. Il est facile de voir, dans de nombreux repas en dehors de la maison, combien de parents mangent avec de jeunes enfants et leur offrent le téléphone portable pour qu’ils puissent manger et parler tranquillement. Nous encourageons quelque chose que nous critiquons ensuite. Mais nous devons l’accepter sans culpabilité, sans responsabilité supplémentaire… en être conscients sans pression et détendus.

Le célèbre pédiatre Carlos González dit souvent qu’aujourd’hui, nous voulons avoir des enfants, mais nous ne voulons pas qu’ils se fassent remarquer. C’est pourquoi, parfois, lors d’un repas de famille, nous leur offrons des appareils numériques pour qu’ils “ne nous dérangent pas”.

Depuis onze ans que je travaille avec des parents en milieu scolaire, j’ai constaté un changement. Les parents sont de plus en plus surinformés, nous recherchons beaucoup d’informations, mais nous n’en faisons rien. Nous écoutons quelqu’un qui nous dit une chose, quelqu’un d’autre qui nous en dit une autre… nous avons un mélange de choses qui sont ensuite difficiles à mettre en œuvre. Certaines techniques sont très difficiles pour nous parce qu’elles n’ont rien à voir avec nous. Je ne peux pas mettre en œuvre certaines techniques qui me disent d’être patient si je suis un tourbillon, par exemple. Nous devons voir comment nous adaptons ce que nous entendons à notre modèle familial. Tout ne fonctionne pas pour tout le monde, nous ne comprenons pas tous la vie ou l’éducation de la même manière.

Le livre nous invite à retrouver la “bienveillance”, non pas à l’égard de nos adolescents, mais à l’égard de ce que nous avons accompli en tant que parents. La parentalité est-elle si mauvaise pour nous au XXIe siècle?

Pendant l’adolescence de nos enfants, il se passe quelque chose de très évident, et pourtant on l’ignore. Lorsque nos enfants sont adolescents, il est très probable que nous soyons dans une autre phase vitale : la ménopause et l’andropause. Nous vivons donc notre propre révolution intérieure. Ainsi, dans un foyer, l’adolescence se conjugue avec la ménopause de la mère et l’andropause du père. C’est une véritable poudrière. Si nous ajoutons à cela les crises personnelles, les crises professionnelles, les crises économiques, les crises politiques… ce que chacun d’entre nous traverse dans sa ville, sa communauté autonome ou son pays. L’adolescence est parfois l’excuse qui nous permet de canaliser ces nombreuses autres choses qui se produisent.

Interview Marisa felipe
Marisa Felipe Escriche. Photo : Marisa Felipe

Avec l’accès à l’information d’aujourd’hui, nous nous inquiétons de choses que nous ne connaissions pas auparavant.

Il y a des choses qui ne peuvent pas être dissimulées. Et en ce qui concerne les adolescents, certaines données sont vraiment alarmantes. Mais ce n’est qu’un des éléments qui composent cette réalité. Je dis qu’il ne faut pas se focaliser sur une seule de ces parties, mais qu’il faut regarder toutes les autres, qui sont très intéressantes. Et l’adolescence, c’est beaucoup de choses.

Avons-nous perdu la perspective des risques de l’adolescence dans les générations précédentes et aujourd’hui?

J’étais jeune dans les années 80 et plus de la moitié des jeunes de ma génération sont morts à cause de la drogue. C’est un fait qui existe. Il est vrai que chaque période et chaque contexte ont leurs problèmes spécifiques. Dans les années 90, la Ruta del Bacalao a été dévastatrice… Chaque génération a son propre contexte qui affecte ce groupe, qui est bien sûr très vulnérable.

Dans vos livres, vous mentionnez souvent Aristote, qui se plaignait déjà des jeunes il y a 2 000 ans.

Oui, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. La technologie a beaucoup changé notre façon de vivre et de voir les choses. Mais le sens de la famille, la façon dont nous vivons les relations familiales, en particulier avec nos enfants, n’a pas beaucoup changé, elles sont toujours problématiques. Il est vrai que ce que nous voulons aujourd’hui, c’est avoir une vie comme celle qui est montrée sur les médias sociaux : une vie parfaite où les enfants sont merveilleux et les parents adorables, où il n’y a pas de cris ni de disputes, et ce n’est pas la réalité. Considérons ces différences entre les membres de la famille comme normales.

En tant que parents, avons-nous moins de tolérance pour l’échec?

Je ne sais pas si l’on peut généraliser, mais je constate dans mon travail qu’il y a beaucoup de frustrations particulières. Nous reportons probablement ces frustrations sur nos enfants, mais nos parents en ont également fait l’expérience.

Adolescents difficiles ou adultes immatures?

Nous accusons nos adolescents d’être immatures, et c’est vrai, ils arrivent dans les organisations avec une immaturité évidente, mais nous sommes également très immatures. Nous avons des comportements qui, à mon avis, ne sont pas matures.

NOUS VOULONS TRANSFÉRER LES TECHNIQUES QUE NOUS CONNAISSONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DES PERSONNES AUX ORGANISATIONS ET AUX PERSONNES QUI FONT TANT POUR LES AUTRES.

Nous nous trompons de rôle, un père ne peut pas être un ami, il doit assumer les tâches d’un père. Et il y a des tâches parentales que nous n’aimons pas entreprendre. Il faut apprendre à dire “non”. Nous pouvons avoir une relation cordiale et amicale avec nos enfants, mais un parent est un parent et un ami est un ami. Et si je confonds ces rôles, les tâches associées à ces rôles seront confuses. Un parent doit parfois dire des choses que l’enfant n’aime pas entendre. Mais c’est à la maison et dans le foyer familial qu’il doit écouter ces choses.

Outre le succès d'”Adolescents du XIXe siècle” et la sortie prochaine de “Casa Valer”, vous avez également écrit “Caesaraugusta Falls”, le titre avec lequel vous avez fait vos débuts dans le monde de la production littéraire.

Caesaraugusta Falls” est le premier livre que j’ai écrit. Tous les livres que j’ai écrits répondent à un besoin que j’ai vu ou observé dans mon environnement de travail. Le premier livre est né lorsque j’ai constaté qu’il y avait beaucoup d’ignorance au sujet du coaching, j’en ai beaucoup entendu parler, mais le terme était confus. C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire un roman de fiction qui expliquerait ce qu’est le coaching. Je me suis rendu compte que tous les livres que j’ai écrits partagent de nombreuses caractéristiques, et l’une d’entre elles est l’amour de la terre. Je me sens très aragonaise et j’exprime cet amour sans le vouloir. On le voit dans “Caesaraugusta Falls”, avec le Pilar en arrière-plan, et les personnages principaux sont également très aragonais.

Vous êtes un coach spécialisé dans le leadership organisationnel pour les organisations et l’environnement éducatif.

Je fais des formations spécifiques sur le développement du leadership et les processus de coaching. Nous travaillons sur la personne et observons quels aspects de sa vie quotidienne sont moins productifs.

Vous êtes également membre du secteur de la solidarité de l’AECOP. Quel type de travail pouvez-vous effectuer dans ce contexte?

J’aime beaucoup savoir ce qui se passe au sein des organisations et du travail que je fais, et c’est pourquoi je suis membre de plusieurs organisations. L’une d’entre elles est l’Association espagnole de coaching (AECOP), au sein de laquelle nous réalisons des processus de coaching gratuits pour des ONG telles que Cáritas, Plena Inclusión Aragón, Asociación Española Contra el Cáncer, AMAC-GEMA, Sos Racismo, Cruz Roja… Nous voulons transférer ces techniques que nous connaissons pour le développement des personnes, à ces organisations et à ces personnes qui font tant pour les autres.

Interview Marisa felipe
Marisa Felipe Escriche pose avec son dernier livre. Photo : Marisa Felipe

Elle est également membre de l’association Directivas de Aragón.

Oui, je participe à plusieurs projets dans cette association, en particulier pour le développement du leadership des femmes cadres et précadres.

Le leadership féminin est-il différent du leadership masculin?

J’ai une vision particulière qui repose sur mon expérience. Quatre-vingt-dix pour cent de mes clients sont des femmes. Du moins, dans les organisations où je travaille, je travaille toujours avec des femmes. Nous vivons à une époque où de nombreuses impulsions nous éloignent de beaucoup de choses. J’observe que les femmes qui travaillent en général sont très en colère et très fatiguées. Nous sommes en colère à cause de tout ce qui se passe autour de nous, et nous sommes fatiguées parce que nous pensons que nous devons travailler plus dur et mieux pour être reconnues. Je nous demande toujours de regarder ce que nous tirons de ces deux émotions, la colère et la fatigue. Si nous voulons vraiment avoir un leadership féminin, et le leadership est toujours une influence (un leader a toujours une influence sur ses résultats et sur les personnes qui l’entourent), nous devons observer quel leadership, quelle influence nous avons sur notre environnement. Lorsque j’observe l’influence que j’exerce par ma fatigue et ma colère, je me rends compte qu’il y a beaucoup de choses que nous pouvons changer.

NOUS ALLONS DIRE CE QUE NOUS FAISONS ET VALORISER CE QUE FONT LES AUTRES FEMMES.

Je dois d’abord voir en quoi je suis douée, quel est mon talent inné. Pas seulement pour les grandes choses, mais aussi dans la vie de tous les jours. Je le développe, je le renforce, je le mets au service des autres et, à partir de là, je développe mon leadership. Et je le fais connaître, parce que nous attendons que les organisations ou les institutions fassent quelque chose et nous reconnaissent. Quand nous sommes nous-mêmes trop “gênés” pour parler de ce que nous faisons de bien. Nous allons dire ce que nous faisons. Et si nous avons honte de dire ce que nous faisons, soulignons ce que d’autres femmes font déjà. Dans notre communauté autonome, trois femmes gouvernent les conseils municipaux des trois capitales provinciales. Valorisons ce “quelque chose” d’historique. C’est là que je veux que nous nous concentrions, et non sur le fait qu’il y ait des différences ou non. Car je crois que cela nous induit en erreur et nous épuise. Nous avons peur de paraître arrogants si nous parlons de nos réalisations, mais si nous n’en parlons pas, qui en parlera ? Il faut faire savoir aux générations futures qu’elles ont des références, il faut créer un imaginaire collectif.

Et tout cela avec le sens de l’humour, un point sur lequel elle insiste : elle ne conçoit pas la vie sans humour.

L’humour est un élément déterminant. Face aux grandes situations de la vie, il faut savoir faire preuve d’humour. C’est une ressource que nous avons en tant qu’êtres humains.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x