12.4 C
Zaragoza
10.6 C
Huesca
10.1 C
Teruel
16 abril 2024

Interview de Claudia Francesca Paez Soller (étudiante Erasmus) “La clé n’est pas de penser à ce qui peut aller mal, mais de penser aux choses positives que l’on peut retenir”

Claudia Paez est l’une des nombreuses étudiantes qui viennent à Saragosse grâce au programme de mobilité Erasmus. Il s’agit d’un programme visant à gérer les possibilités de mobilité universitaire pour les enseignants et les étudiants au sein des États membres de l’Union européenne.

Après son arrivée en Espagne le 27 janvier en tant qu’étudiante Erasmus, Go Aragón s’entretient avec Claudia Paez Soller, une étudiante de 22 ans qui vient d’arriver de Milan, en Italie, pour poursuivre ses études en marketing à l’université de Saragosse.

Qu’est-ce qui vous a poussée à poser votre candidature pour une bourse Erasmus?

Quitter la maison a toujours été l’un de mes rêves, non pas parce que je ne me sentais pas à l’aise avec mes parents, mais parce que je pense qu’il s’agit d’une expérience très excitante et d’une occasion unique, et que je voulais en profiter. J’aime voyager et rencontrer de nouvelles personnes, et j’ai toujours voulu aller à l’étranger pour voir à quoi ressemblait l’université dans d’autres pays.

Comment s’est déroulé le processus de sélection et pensez-vous que la plupart des étudiants européens peuvent obtenir une telle bourse?

Oui, bien sûr. Cela dépend un peu de l’université d’où vous venez, car certains de mes camarades italiens ont eu des difficultés à organiser leurs cours. Pour moi, cela a été assez facile, je veux dire que j’ai dû demander la bourse il y a déjà un an, donc les délais d’attente sont assez longs, mais pour faire toutes les démarches nécessaires, il y a beaucoup d’informations et de personnes à qui s’adresser, du moins dans mon université. Il m’a donc été facile d’obtenir cette bourse.

Pourquoi avez-vous choisi l’Espagne comme destination Erasmus?

Eh bien, mon premier choix était d’aller au Portugal parce que je comprenais mieux les cours, les matières et, en général, la langue était un peu plus facile pour moi que l’espagnol. J’ai pu choisir 5 destinations, mes deux premières étaient au Portugal et les trois autres en Espagne.

J’ai choisi ces destinations en fonction de la taille de la ville, du climat, mais surtout de l’université. Je me suis renseigné sur les différentes universités où je pouvais aller, sur les horaires et sur les matières qu’elles proposaient et que je pouvais également suivre.

En Espagne, quelles étaient les destinations possibles et qu’est-ce qui vous a fait choisir Saragosse comme destination Erasmus?

Comme je l’ai dit, j’ai choisi entre trois destinations, mais l’université de Milan nous a donné la possibilité de choisir entre plusieurs villes d’Espagne, notamment Almeria, Grenade, Cadix, Saragosse, Barcelone, Madrid et Saint-Jacques-de-Compostelle.

Mais en réalité, l’université nous donne la destination, c’est-à-dire que nous ne pouvons pas choisir notre ville, nous proposons 5 villes où nous aimerions aller et ils nous donnent la destination finale.

Comment vous débrouillez-vous avec la langue ? Connaissiez-vous l’espagnol avant de venir ici?

Eh bien, pour être honnête, j’en connaissais un peu. Mes parents sont originaires du Pérou, mais ils sont arrivés en Italie quand ils étaient jeunes, vers l’âge de 20 ans, et je suis donc née en Italie, à Milan. Mes parents ont toujours essayé de me parler en espagnol, mais je n’ai jamais répondu en espagnol, toujours en italien. Je comprends donc beaucoup de choses en espagnol, presque toutes, mais j’ai un peu de mal à parler correctement la langue.

Dites-nous ce que vous pensez de la ville et de ses habitants, comment les habitants de Maño vous ont-ils accueilli?

Je me plais beaucoup ici, je veux dire que je viens d’une très grande ville, stressante et oppressante, alors ici je me sens très bien, parce que c’est comme si j’étais dans une ville plus petite que la mienne, et tout est plus calme.

En outre, les gens de Saragosse sont très respectueux, c’est une autre différence que je ressens par rapport à Milan. Par exemple, rien que dans les moyens de transport, je vois qu’il y a beaucoup de différences entre Milan et Saragosse, là-bas les gens vous bousculent, vous font des grimaces…, ici les gens sont beaucoup plus respectueux.

Quels sont les endroits que vous avez visités à Saragosse et dans la province d’Aragon?

Je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter les autres villes d’Aragon, mais ici, à Saragosse, j’ai visité la majeure partie de la ville. En tramway ou en bus, j’ai visité les quartiers les plus importants de Saragosse, comme Sagasta, Paseo Independencia, Delicias ou Plaza San Francisco. J’ai également visité la vieille ville pour voir la cathédrale de la Virgen del Pilar et la Seo, ainsi que l’aquarium de Saragosse et le quartier de l’Expo.

Mais il me reste à visiter l’Aljafería, et j’aimerais aussi beaucoup me promener sur les rives de l’Ebre et voir la cathédrale du Pilar en arrière-plan, d’après ce qu’on m’a dit, il y a un beau coucher de soleil.

Outre ces lieux, avez-vous visité d’autres villes d’Espagne?

Oui, depuis mon arrivée ici le 27 janvier, j’ai visité Pampelune et Barcelone, mais j’ai l’intention de voyager davantage en Espagne et aussi en dehors de l’Espagne. J’ai l’intention d’aller au Portugal et en France avec une association Erasmus.

Mais pour l’instant, j’ai plusieurs voyages de prévus, je vais à Salamanque et Ségovie pour un week-end, plus tard je prévois d’aller à Valence, Séville et Grenade, et je vais aussi à Madrid, où mes parents viennent me rendre visite.

Qu’est-ce qui vous a le plus frappé dans nos coutumes et nos habitudes?

Eh bien, ce qui m’a le plus frappé, c’est le respect des gens par rapport à ma ville, et je suis également très surpris que la ville soit très propre, je veux dire que le centre-ville semble toujours être très propre.

A Milan ce n’est pas comme ça, ce n’est pas aussi propre qu’à Saragosse, c’est vrai que si on va dans le centre on voit toujours des camions poubelles et des gens qui nettoient, mais on remarque beaucoup plus le passage des gens, et comme il y a beaucoup de gens qui y vivent, ça se salit très vite.

Comment se passent les relations avec les autres étudiants Erasmus et les étudiants locaux?

Nous, les étudiants Erasmus, nous comprenons mieux les uns les autres sur le plan émotionnel et nous nous aidons beaucoup plus dans tous les domaines, car nous sommes tous dans la même situation, nous sommes arrivés dans un pays complètement nouveau. Par exemple, je comprends assez bien la langue et j’aide davantage les autres étudiants Erasmus dans ce domaine, et si j’ai besoin de quelque chose, ils m’aident. C’est donc une relation amicale à laquelle on s’attache, car pendant ces mois, ils sont comme une famille.

Et je me sens très bien avec les étudiants ici. Si j’ai besoin de quelque chose, ils m’aident, ils sont toujours là pour s’occuper de moi, ils me parlent ou me demandent si tout va bien. Et les professeurs aussi, si je leur pose une question ou si je demande un tutorat parce que j’ai des doutes, ils m’aident toujours et me donnent ma place en tant qu’étudiant comme les autres.

Existe-t-il une organisation au sein de l’université qui mène des activités visant à promouvoir les relations entre les étudiants Erasmus et les étudiants de Saragosse? Parlez-nous-en un peu.

Au sein de l’université, il n’y a pas d’organisation en tant que telle, il n’y a qu’un bureau des relations internationales et nous pouvons nous y rendre pour demander n’importe quoi. Qu’il s’agisse de demander des conseils sur la manière de trouver un logement, sur les activités sportives ou sur le supermarché où faire ses courses, ils nous aident toujours dans ce sens. Ils sont toujours disponibles, mais ils n’organisent pas d’événements ou de réunions pour les étudiants Erasmus, il n’y a rien de tel à l’intérieur de l’université.

En dehors de l’université, il y a plusieurs organisations, mais les plus connues ici à Saragosse sont ISA Zaragoza et AEGEE Zaragoza, également connue sous le nom de Happy Erasmus. Personnellement, je me sens mieux avec AEGEE – Zaragoza, parce qu’elle regroupe des personnes de nombreux pays.

Ils organisent également de grands événements et des rencontres, par exemple pour aller boire un verre dans différents endroits de la ville, et ils échangent des étudiants de différents diplômes et de différentes nationalités, ce qui fait que je rencontre toujours de nouvelles personnes. Ils organisent également des excursions et des activités en dehors de la ville tous les week-ends, par exemple des dégustations de vin, des visites gastronomiques, etc.

Combien de temps durera votre séjour à Saragosse et pensez-vous avoir le temps de faire tout ce que vous avez prévu en Aragon et dans le reste de l’Espagne?

En réalité, je ne pense pas avoir le temps de faire tout ce que je veux, je prévois d’être ici jusqu’en juillet, et comme mes examens se terminent en juin, j’espère avoir le temps de visiter la plupart des endroits que je veux visiter.

En fait, j’ai quelques amis qui ont déjà fait un voyage en Espagne, ils ont loué une voiture et sont allés voir des villes comme Teruel ou Valence, alors nous aimerions profiter de ce mois d’été pour venir me voir et visiter d’autres régions d’Espagne et du Portugal.

Si vous pouviez donner un conseil aux étudiants qui envisagent de poser leur candidature pour cette bourse, quel serait-il?

Ne pas avoir peur de quoi que ce soit, en d’autres termes, ne pas s’inquiéter de ce qui pourrait arriver, mais se laisser aller et profiter de son séjour dans son nouveau pays. La vérité est que vous pouvez avoir quelques incertitudes avant de partir, par exemple, vous pouvez penser “je vais être seul”, “je ne connaîtrai personne”, “l’université va être difficile parce que je ne comprends pas la langue” …, et en fait beaucoup de mes amis ont pensé comme cela et ont eu froid dans le dos. Mais en fin de compte, si vous n’osez pas et ne prenez pas le risque, vous le regretterez toujours.

L’essentiel est de ne pas penser à ce qui peut mal tourner, mais de penser aux choses positives que vous pouvez emporter avec vous, et aussi de ne pas avoir de grandes attentes, ni de faibles attentes, mais d’aller à votre destination, d’être calme et de penser que ce sera comme une continuation de votre vie. Ce que vous avez emporté de votre ville natale sera toujours là, et ce sera une autre expérience, mais dans un autre lieu, c’est-à-dire que vous n’avez pas besoin de vous faire beaucoup de soucis, parce qu’ils ne sont souvent pas nécessaires.

Questions hors caméra :

Quel est l’endroit que vous préférez en Aragon ?

Mon endroit préféré est le quartier de l’université, près de la Plaza San Francisco, et j’aime aussi le quartier du Parque Grande.

Et un restaurant à ne pas manquer ?

La Parrilla Albarracín.

Entretien avec Alejandra Ledesma, étudiante de BeInternational Mobility à l’université San Jorge de Saragosse.

Interview de Michela Pulsinelli, étudiante en mobilité à Saragosse : “C’était une destination imbattable”.

ARTICLES CONNEXES

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

ARTICLES CONNEXES

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x